- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 « Il faut juger à froid et agir à chaud. » [Pv Drago]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: « Il faut juger à froid et agir à chaud. » [Pv Drago]   Mer 19 Sep 2012 - 16:06

3 Mars 1997



Un pas après l’autre, les pieds assurés alors que ma tête se faisait lourde, trop lourde pour être portée.
Depuis longtemps, bien trop à mon goût, une mascarade incessante tourmentait le château de Poudlard dont je n’étais que la triste spectatrice désignée d’office. Depuis plus d’une semaine déjà, ce pauvre Gowan, que je ne connaissais que de vu avant qu’il ne rende son dernier souffle, était décédé dans l’enceinte de l’établissement provocant la peine, la panique et surtout la peur de chacun des habitants de cet endroit qui ne faisait que m’étouffait de plus en plus alors que je me débattais pour ne plus avoir à subir si fortement tout ce qu’il ressentait, mais tout ceci me dépassais, et de loin.

Alors, je marchais longtemps, très longtemps dans ce parc bien vide pour une saison si belle qui s’apprêtait à naître. Le printemps serait bientôt parmi nous, espionnant chacun de nos tourments à travers sa douce fraicheur et sa renaissance lente et titanesque. Mais, la plupart des personnes qui peuplaient cet endroit semblait l’oublier, ne faisant guère attention à ce qui les entourait. Pourtant, oublier quelques instants leur petite personne ne leur ferait pas de mal à ces idiots tous plus nombrilistes les uns que les autres. Certes, j’étais mal placée pour en parler car j’étais assez centrée sur moi-même, mais disons que l’on m’avait toujours obligé à ressentir pour les autres plutôt que pour moi-même… Des fois, je maudissais ce don que je voyais plus comme une malédiction, mais d’un autre côté, plus le temps passait, et plus il me semblait que ce don était en fait ce qui m’avait empêcher de devenir aussi insensible et égoïste que tous ces êtres qui m’entourait sans même se rendre compte que je savais tout d’eux, que je pouvais presque sentir leurs cœurs palpiter dans leur poitrines faiblardes.

Je redressais la tête, puis m’asseyais sur un banc qui offrait une vue dégagée de l’horizon. Le jour commençait à décliner, et moi, confortablement emmitouflée dans mes affaires épaisses, je ne sentais presque pas le froid acéré qui était encore bien présent. Il faisait beau en ce moment, très beau… Trop beau pour un mois de Mars d’ailleurs. Je n’étais pas pessimiste mais cela faisait bien longtemps que je n’avais pas vu un jour si éclatant en plein hiver. Les dernières semaines avaient été plutôt noires. Peut-être parce que le fait de m’être cloitrée pour éviter le reste du monde m’avait aussi aidé à ressentir une telle chose. D’ailleurs, il y avait quelqu’un aussi que je n’avais pas vu depuis longtemps alors qu’il aurait fallu que l’on discute depuis des jours entiers : Drago.
C’était bien trop bizarre que je ne le croise plus dans les couloirs. Quoi que, j’imaginais bien qu’il devait être greffé à ma sœur… Je ne me faisais pas d’inquiétude pour cela, mais ça m’ennuyait tout de même.

J’aurai tellement voulu comprendre pourquoi cette culpabilité avait repeint son cœur depuis la mort de Gowan alors que pendant l’annonce de la terrifiante nouvelle, il avait été ailleurs, perdant son âme dans je n sais quel méandre alors que son cœur lui s’agitait à trouver un moyen de remonter de l’abysse profonde dans lequel il glissait sans pouvoir remonter. Trop de parois glissantes, suintantes d’erreurs qui le faisait fléchir.
A vrai dire, je me doutais de la réponse mais il fallait que j’en ai le cœur net et puis, il n’avait jamais rien pu me cacher, alors quand j’avais croisé son regard quelques jours plus tard au détour d’un couloir, celui-ci m’avait presque appelé à l’aide alors que plus aucun mur n’était infranchissable pour mon âme qui commençait à comprendre Drago comme l’on déchiffre un manuel antique.
Mais pour autant, il m’avait fui, me prouvant presque que malgré son acharnement, rien ne suffirait à pouvoir l’aider, surtout pas le silence. Alors il fallait qu’il me parle.
Non pas que j’étais un élément important à ces yeux, mais je savais que même sans qu’il ait véritablement à parler, j’aurai facilement compris ce qui se tramait dans son cœur lacéré.

Alors que je regardais le coucher de Soleil, je ne cessais de penser lu et à ce qu’il aurait du m’avouer depuis le début, en ne tâchant pas de se forcer à m’éviter. Mais pourtant, il l’avait fait. Ma sœur lui était peut-être le seul élément important à ces yeux…
Je soupirais à cette pensée, ne préférant même pas en connaitre la réponse, et encore moins le contenu. Peut-être voulais-je être trop importante pour lui alors qu’il n’avait presque que faire de mes bonnes intentions ?... Cela non plus je ne préférais pas en avoir la réponse.
Me relevant alors que le Soleil finissait sa descente à l’horizon, laissant derrière lui un ciel orangé, presque rouge, rappeler à nos petites âmes impuissantes que rien ne serait jamais aussi puissant et égalitaire que lui. Dans le fond c’était bien vrai… Rien ne pourrait jamais supplanter la chaleur et la douceur d’un Soleil presque printanier.

Alors que j’avais décidé de rentrer un peu au chaud, je fis un léger détour par un coin encore plu déserts que celui où je m’étais aventuré, sachant pertinemment que Drago s’y cachait souvent pour être seul. Peut-être qu’avec un peu de chance je l’y trouverai.
J’avançai lentement et surtout sans bruit vers ce lieu bien plus sombre et à l’abri des regards que n’importe quel autre. Ramenant mes mains dans mon gros pull bordeaux qui m’arrivait à mi-cuisses, je commençais sérieusement à sentir le froid traverser mes trois collants noirs que j’avais mis en dessous de mon pull qui me servait plus de robe qu’autre chose. Les pieds bien au chaud dans mes bottes plates noires, de grandes chaussettes noires à motifs bordeaux me remontaient jusqu’aux genoux alors que j’avais le nez coincé dans mon épaisse écharpe en laine noire. Un bonnet recouvert des mêmes motifs et couleurs que mes chaussettes, était posé sur ma petite tête bien rafraichie par l’air vivifiant du dehors.
Arrivant sans bruit dans cet endroit calme, je commençais enfin à discerner quelques pas devant moi, l’homme que je cherchais depuis plus d’une semaine…

« Et bien j’ai cru que je n’aurai jamais la chance de pouvoir enfin te reparler Drago… J’espère que t’as une bonne raison de m’avoir évité comme ça. » dis-je alors que je connaissais déjà la réponse abrupte et sans appel qu’allait m’offrir Malefoy malgré que mon intonation fut douce et sans la moindre amertume.

M’avançant vers lui, je posais ma petite main froide sur son épaule sans rien dire, me contentant de ressentir tout ce que son être dévasté voulait cacher au monde entier.
Revenir en haut Aller en bas
 

« Il faut juger à froid et agir à chaud. » [Pv Drago]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» chaud-froid-chaud-froid... j'ai dis chaud. Ah bah non, j'ai tiré froid !
» agir comme si on ne ressentait rien.
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Monture sang-froid et homme lézard
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Extérieur :: Le Parc-