- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Lun 24 Oct 2011 - 15:22

    Tête haute, le regard hautain, elle avançait parmi les élèves de sa classe qui semblaient plus ou moins heureux d’avoir connu les résultats de leur interrogation en études de runes. Mais elle, non. Elle se fichait pas mal de cette matière qu’elle jugeait inutile sauf pour les rats de bibliothèques et d’archéologie. Tout ce qui intéressait June, c’était les matières principales puisque de toute façon, elle se démarquait mieux dans ces domaines que dans les secondaires. Il faut dire qu’elle préférait se pavaner dans le château avec sa bande de gens ‘utiles’ plutôt que de réviser l’histoire de la magie. C’était plutôt dangereux cette année d’opter pour cette attitude en sachant qu’elle passerait ses BUSE’s en fin d’année. Pourtant, son examen lui semblait bien trop lointain pour s’en occuper. Certes, elle tenait à décrocher un maximum de mentions mais pour le moment, elle pouvait encore continuer à négliger les choses. C’est pour cela qu’aujourd’hui, elle avait observé sa note de « désolant » avec une certaine indifférence. Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Ce n’était qu’une option, bon sang, et non la fin du monde. Toutefois, le monstre des runes qui était le professeur Bathsheda Babbling ne semblait pas voir la chose du même œil. En même temps, il s’agissait de son domaine donc elle ne pouvait se permettre de la traiter avec si peu d’intérêts. Par ailleurs, June se demanda comment pouvait-on apprécier d’étudier des minuscules pierres antiques ? On ne s’en servait surtout en divination et la divination était un art vraiment douteux. Juste avant que la Serpentard ne quitte la salle de classe, elle s’arrêta net suite à la prononciation de son nom de famille. Lentement, elle se retourna et son regard neutre croisa celui d’une Babbling sceptique.

    Mystérieusement, la jeune fille savait ce qui l’attendrait et elle était certaine que cela ne pourrait que lui faire perdre trois minutes précieuses de sa vie. L’enseignante lui parlerait sûrement de sa mauvaise note en la sermonnant et tout ce qu’elle voudrait. Cependant, cela ne changerait rien, bien au contraire. Gronder June signifie faire face à son côté rancunière et vengeur. Plus vous la critiquez, plus elle vous détestera et dans le cas des études de rune, elle serait bien capable de devenir bordélique pour nuire aux cours du professeur. A présent que le dernier élève en retard était parti de la pièce, la verte et argent était seule en compagnie de l’assoiffée des runes. Cette dernière l’invita à s’approcher et après un mouvement d’hésitation, June s’avança jusqu’au bureau de Babbling. Celle-ci prit alors la parole :


    « - Miss MacKenzy, que vous arrive t-il ? Au début de l’année, vos notes étaient convenables, voire optimales mais plus les semaines ont passé, plus vos résultats se sont dégradés. Si quelque chose ne va pas, vous pouvez m’en parler, vous savez ? Il y a quelque chose que vous ne comprenez pas ? »

    June soupira légèrement. Elle n’aimait pas les personnes qui parlaient beaucoup trop pour ne rien dire d’intéressant et surtout celles qui vous posent des questions inutiles auxquelles vous n’avez aucune envie de répondre. Et puis d’abord, que voulait cette femme ? Ce n’était pas le moment de faire les confessions intimes et certainement pas en compagnie du corps professoral de Poudlard. De toute évidence, tout allait bien selon la demoiselle, le problème venait juste de cette flemmardise qu’elle portait à l’égard des Runes. Si elle avait sût, elle aurait pris une autre option comme l’Arithmancie. Se forçant à sourire, elle répondit :

    « - Non, madame, tout va bien. Je m’améliorerais dès à présent. »

    Son visage angélique, bien qu’innocent et plein de candeur, traduisait tout de même le mensonge qui rôdait aux coins de son sourire. Un sourire qui se voulait aimable et qui pourtant avait tous les aspects de l’hypocrisie. Observant les alentours comme pour dissimuler ses émotions. Lorsque les élèves étaient absents, la salle paraissait beaucoup plus grande que d’habitude. C’était comme lorsque vous placiez des meubles dans une pièce ; plus il y en avait, plus l’endroit était étroit.

    « - Attendez, miss. Le problème n’est pas là, il ne s’agit pas de promettre ou d’affirmer quoi que ce soit sans en avoir la certitude. En tant que professeur, il est de mon devoir de contribuer à votre réussite. Le moindre déclin montrerait que l’enseignement que j’apporte ne mène à rien et mon but n’est pas là. »

    Qu’est-ce qu’elle était ennuyante avec son blabla du professeur inquiet pour son élève alors que ce qui l’importait, c’était sûrement son salaire mensuel qu’elle ne tarderait pas à recevoir et à dépenser en lingerie féminine. La blague. June laissa échapper un rictus qu’elle voulu discret mais qui, malheureusement, n’échappa pas à l’œil observateur de la femme.

    « - Croyez moi, miss MacKenzy. Le mieux pour vous serait de travailler sérieusement la matière et j’ai réfléchi à ce que vous pourriez faire pour combler vos lacunes. Il y a, en sixième année, une élève de Serpentard qui se démarque plutôt bien en Runes. Elle s’appelle Daphné Greengrass et je suis certaine qu’elle serait enchantée de vous aider. Si vous ne la connaissez pas, vous pourrez demander à sa petite sœur, Astoria, qui est dans votre classe. »

    June écarquilla les yeux ; non, elle n’avait tout de même pas osé faire ça ? Il ne manquait plus que cela ; une aide aux devoirs menée par une personne qu’elle ne connaissait pas personnellement. Et quand bien même, la brunette détestait de se faire aider. Elle se sentait impuissante et lamentable lorsqu’elle dépendait d’une personne. N’était-ce donc pas assez malheureux pour elle d’avoir dépendu de Ambre, par le passé ? C’était hors de question ; sa fierté serait remise en cause si elle devait demander une requête à une autre personne.

    « - Madame, je suis capable d’apprendre toute seule ! » s’exclama t-elle dans un début d’impulsivité.

    Silence total dans la salle. L’enseignante avait légèrement sursauté et avait décidé de ne pas répondre pour laisser le temps à la petite de reprendre ses esprits. La jeune devait prendre du recul et se calmer car ce n’était pas bon de se laisser emporter devant un professeur. Certes, June se fichait de ses résultats mais l’image qu’elle donnait aux gens était importante à ses yeux. Le rouge colère qui colorait son teint s’éclipsa progressivement et bientôt, elle put reprendre son air angélique. Elle aurait pu s’excuser de lui avoir lâcher cela d’une telle manière mais elle ne s’excusait que peu et seulement lorsqu’elle était forcée d’avoir qu’elle était en erreur. Mais aujourd’hui, c’était tout simplement la faute de Babbling qui était la source de ce petit conflit.

    « - Vous allez faire ce que je vous ai demandé, June. » dit la femme avec une certaine sévérité qui remit étrangement l’étudiante à sa place.

    Furieuse et rabaissée, l’élève répondit positivement mais sans trop d’enthousiasme. Puis, elle se retourna et quitta la salle toujours d’un air orgueilleux mais ne cachant pas pourtant un soupçon de sa colère. Puisqu’elle était forcée de quémander l’aide de Greengrass, autant s’y mettre maintenant pour en être débarrassée rapidement. Tout d’abord, il était vraiment stupide de se faire soutenir par une personne qui ne vous a jamais adressée la parole et que vous ne connaissiez que de visage. June savait qu’elle aurait l’air ridicule en s’approchant d’elle et en lui sortant un « Tu peux m’aider, s’il te plait ? » avec un s’il te plait de trop qui n’aurait rien de bien sincère. Aussi, elle devrait faire un effort pour se montrer souriante et pleine d’optimisme alors qu’elle serait déprimée de devoir réviser sur des pierres futiles. Et si Greengrass refusait, la petite aurait bien l’air cocasse et elle risquait d’exploser à nouveau. Toutefois, elle aurait une excuse pour ne pas bosser et elle pourrait clouer le bec à l’enseignante en lui avouant le refus de Daphné. Elle se mit à réfléchir ; cette sixième année traînait avec Pansy Parkinson donc techniquement, elle devait bien s’entendre avec et partager les mêmes traits de caractère ? C’est ainsi que fonctionne l’amitié, non ? Donc, si Parkinson est une fille totalement cruche et idiote, Daphné était pareil et elle refuserait d’aider quelqu’un avant de lui lancer une réplique cinglante pour l’envoyer balader ailleurs. Oui, c’était certainement ce qui allait arriver. Peut être que cela mènerait à un litige entre les deux élèves mais au moins, l’une échapperait à une corvée. Assez satisfaite, elle devait maintenant résoudre une autre question ; trouver Daphné. Elle descendit d’étages en étages en empruntant les escaliers mouvants et en espérant croiser des Serpentard qui pourraient l’éclairer. Il n’y avait pas trente six milles endroits, c’est vrai. Il était possible que cette fille soit en cours, à la bibliothèque, dans un couloir, à l’extérieur ou dans la salle commune. Bon, ce serait tout de même long de tout visiter. Par élimination, elle retira les couloirs dans la liste des lieux où pourrait être Greengrass. Ensuite, par ce temps ensoleillée, il était normal qu’elle soit sortie. En cours, possible. A la bibliothèque ? Possible, aussi. Mais pour commencer, elle inspecterait la salle commune.

    D’un pas pressé, elle dévala les escaliers jusqu’à se retrouver dans les Cachots. Elle ignora les salutations de ses camarades, se concentrant d’avantage sur la recherche de sa proie. Et dire qu’il y a quelques minutes, elle n’était pas du tout motivée à aller voir cette fille. Pour une raison inexpliquée, elle avait reprit un peu de poil mais c’était peut être parce qu’elle s’attendait à un refus de la part de la sœur de Astoria. Dans les cachots, le calme régnait mais on entendait tout de même les explications du professeur Snape dans sa salle de cours. Ignorant ce silence, June s’avança dans les souterrains du cachot et savait que petit à petit, elle approchait des profondeurs du Lac Noir, où était situé sa Salle Commune. Arrivée devant le mur habituel qui tapissait le lieu secret des verts et argents, elle prononça le bon mot de passe qui la laissa pénétrer à l’intérieur. Les murs et le plafond de la salle commune étaient faits en pierre brute. Au dessus de la petite, des lampes rondes et verdâtres étaient suspendues, diffusant une lumière plus ou moins forte en fonction des lampes. Le décor de cette salle pouvait semblait morbide avec ses crânes qui décoraient la pièce ainsi que ses tons ternes de verts et de noir. Mais c’était le genre de choses qu’aimait beaucoup June depuis son affectation dans cette noble maison. Et lorsqu’elle s’avança, elle constata qu’elle s’était trompée. Non, elle n’était pas ici. Retour à la case départ. C’était ennuyant et cela lui faisait perdre du temps précieux. Il ne s’agirait plus de perdre trois minutes de parlotte en compagnie d’un professeur totalement cinglé mais plutôt des heures à traiter des Runes. L’élève ressortit donc des cachots et se rendit à l’extérieur de Poudlard.

    Dehors, une quantité d’élèves se réchauffaient tout en étudiant sérieusement. D’autres se détendaient sur l’herbe fraîchement coupée tout en rigolant de temps à autre. June, quant à elle, était seule et sa solitude était le contraste de tous les autres. Cela ne semblait pas l’embêter, bien au contraire. Elle avait l’habitude d’être autonome. On est mieux servi que par soi-même, n’est-ce pas ? C’était ce qu’elle aurait du répondre à Babbling, d’ailleurs. Et lorsqu’elle s’approcha d’avantage du centre du parc, elle aperçut une tête familière qui discutait avec une autre personne, toutes les deux assises sur un banc. Bonne pioche ; Daphné était là. Néanmoins, la présence de son camarade gênait un peu June qui aurait préféré lui parler seule à seule. S’avançant d’une façon méfiante, elle se présenta devant Daphné en lui montrant toute l’innocence de son être, toute l’amabilité dont elle faisait faussement preuve. C’était ce charme qui l’aidait souvent à obtenir des faveurs des professeurs ou d’autres élèves. Néanmoins, elle se demandait pourquoi elle en faisait usage face à Greengrass, alors qu’elle espérait qu’elle refuse de l’aider. Sans doute un comportement habituel qui s’est naturalisé depuis le temps qu’elle s’en servait.


    « - Bonjour, Greengrass. Tu me vois navrée de t’interrompre dans tes activités mais le professeur Babbling n’a cessé d’évoquer ton talent fou pour les Runes et m’a donc conseillée de venir te voir. Il se trouve que… j’ai quelques soucis dans la matière, en ce moment. Donc s’il te serait possible de m’aider, je suis preneuse. »

    Elle était gênée de lui demander cela, voir un peu humiliée mais elle n’avait pas le choix. Il est certain qu'elle aurait préféré lui dire : "Salut Greengrass ! Babbling me force à demander ton aide mais tu sais que j'en ai pas besoin alors tu n'as plus qu'à me dire 'non' directement et je serais libérée de cette corvée, hein !"... mais cela ne le faisait pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Lun 24 Oct 2011 - 18:56


Daphné reposa sa plume et poussa un long soupire, un peu trop bruyant qui lui valut un regard menaçant de la part de Madame Pince. Elle se souvenait de l'an passé quand son père lui répétait que la cinquième année était la plus chargée mais qu'après ça, elle serait tranquille puisque ce serait à elle de choisir ses cours. Malheureusement, depuis l'époque où son père fréquentait Poudlard, l'enseignement avait connu quelques modifications et Daphné s'était vite vu obligée de choisir une « filière » comme l'avait expliqué le professeur Snape qui déterminerait sa carrière future. Et comme elle était une personne plutôt ambitieuse, aucune chance pour elle de se retrouver avec un minimum de cours. Le professeur Snape avait particulièrement insisté auprès d'elle pour qu'elle choisisse une filière qui la mènerait loin et c'est ce qu'elle avait fait. Alors même si elle avait deux cours de moins que l'an passé et pas d'examens important à la fin de l'année, il n'était pas question pour Daphné de se reposer. Même aujourd'hui où elle avait plusieurs heures de libre et que le soleil brillait haut dans le ciel, elle se retrouvait enfermée à la bibliothèque à faire des devoirs.

Actuellement, il s'agissait d'un devoir de Métamorphose particulièrement compliqué. La fenêtre près d'elle était ouverte et lui faisait parvenir les rires et des bribes de conversation des élèves installés en bas, à l'ombre du Château, ce qui n'était pas l'idéal pour se concentrer. La Serpentard reprit sa plume, la mordilla un instant en regardant son parchemin, griffonna quelques mots et la reposa. De tout évidence, elle ne parviendrait à rien aujourd'hui, il était inutile d'insister plus longtemps. Elle replia le parchemin et reboucha son encrier avant de fourrer tout ça dans son sac et de sortir le plus discrètement possible de la bibliothèque. Dans le couloir, elle se rendit compte qu'elle ne savait pas quoi faire d'autre. Personne ne l'avait accompagné pour travailler, comme elle l'avait voulu, préférant être au calme et seule dans ces moments là pour éviter d'être distraite, parce qu'il fallait être honnête, elle aimait Pansy, mais pour travailler sa meilleure amie n'était pas la candidate idéale. Trop bavarde, trop facilement distraite. Du coup, Daphné n'avait pas la moindre idée d'où pouvaient se trouver ses amis en ce moment même. La réponse la plus logique étant la salle commune, c'est à cet endroit que se dirigea la jeune fille.

Elle descendit les trois étages rapidement, sans entrave, ce qui relevait du miracle étant donné que Peeves passait le plus clair de son temps à la poursuite des élèves trainant dans les couloirs, principalement lorsque ceux-ci étaient seuls. Daphné était la proie idéale, surtout avec son apparence frêle. Mais puisqu'il ne l'avait pas ennuyé, elle n'allait pas s'en plaindre. Arrivée à destination, il ne lui fallut pas plus d'un coup d'œil pour savoir qu'elle ne passerait pas le reste de l'après-midi avec Pansy, qui avait encore mystérieusement disparu. Cela lui arrivait de plus en plus souvent ces temps-ci et ça agaçait pas mal Daphné, d'autant plus que la brune avait une assez bonne idée d'où pouvait disparaître sa meilleure amie. Et cela ne l'enchantait guère. Il ne faisait aucun doute que Pansy trainait quelque part avec Ambre MacKenzy en ce moment et que c'était avec elle qu'elle disparaissait à chaque fois qu'elle devenait introuvable. Drago et ses...amis n'étaient pas là non plus et Théo restait comme toujours introuvable...D'ailleurs Daphné se demanda pour la centième fois au moins de la semaine où il disparaissait lui aussi en ce moment mais elle refusait d'imaginer qu'il puisse avoir une petite amie, cette idée la mettait étrangement en colère et de mauvaise humeur pour le restant de la journée. Enfin bref. Ses deux meilleurs amis disparus, idem pour son petit ami, autant dire qu'elle risquait de devoir recommencer à travailler. Heureusement pour elle, la chance commença à tourner car quand elle allait abandonner et se diriger vers une table libre, l'une de celles proches de la cheminée imposante de la salle commune auxquelles elle avait officiellement accès maintenant qu'elle était la nouvelle reine de Serpentard (même si quelques fois, le souvenir de la chaleur de l'âtre lors des froides soirées du début octobre n'était pas assez réconfortant face aux quelques désavantages que cela apportaient de sortir avec Drago Malefoy) quand elle aperçut Millicent Bulstrode qui descendait les escaliers menant aux dortoirs. Elle portait sa cape, tout comme Daphné, ce qui signifiait qu'elle avait dans l'intention de sortir. Daphné s'approcha de son amie, tout sourire et l'aborda. Les civilités de bases furent échangées puis la verte et argent demanda à sa camarade où elle allait.

« Juste faire une balade dehors, répondit Millicent calmement. »

Elle avait toujours cet air indiffèrent, calme, comme si rien ne l'affectait vraiment, comme si elle vivait ailleurs. Et c'était assez déroutant, en fait, parce qu'on ne savait jamais vraiment avec elle si elle nous écoutait et était vraiment intéressée par la conversation ou non, si on la dérangeait ou pas. Ce qui fit que Daphné n'était pas bien certaine de pouvoir poser la question qu'elle voulait en l'abordant. Mais après tout, qu'avait-elle a perdre ? Depuis quelques temps, plus personne ne refusait d'être vu en public avec elle, au contraire.

« Je peux t'accompagner ? Demanda-t-elle donc en souriant »

Pour toute réponse, Millicent hocha la tête et dépassa Daphné pour reprendre sa route vers le parc. Daphné la suivit donc et elles marchèrent quelques temps cote à cote dans le silence le plus complet. Cela ne changea pas même une fois dehors, jusqu'à ce que Millicent lui propose de se reposer un peu. Daphné accepta avec plaisir et elles s'installèrent sur un banc libre qui faisait face au château. Elles se turent encore un peu, observant toutes les deux la grande bâtisse puis Daphné se décida enfin à parler. C'était assez compliqué car Milli ne répondait quasiment que par monosyllabe ou haussement d'épaules, allant parfois tout de même par lui retourner la question. Ce manège dura une dizaine de minutes et ensuite, quelqu'un là-haut dû décider que Daphné avait assez souffert car une personne vint les interrompre pour s'adresser à elle.

La fille qui se tenait devant elle et lui demandait de l'aide en études des Runes ne disait franchement pas grand chose à Daphné. Elle savait au moins qu'il s'agissait d'une Serpentard grâce à sa tenue et qu'elle était plus jeune qu'elle puisqu'elle ne la connaissait pas, mais après... Quelque chose lui semblait familier chez cette fille mais elle n'aurait su dire quoi. Elle continua de l'observer un moment, c'en devenait presque impoli, à vrai dire, puis lorsqu'elle jugea qu'elle ne risquait pas grand chose en lui répondant ou en lui offrant son aide, elle répondit :

« Si le professeur Balbing insiste, je t'aiderai avec plaisir. »

Elle lui adressa un sourire angélique et lui tendit la main.

« Tu connais déjà mon nom mais je suis désolée, ce n'est pas mon cas. »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Mar 25 Oct 2011 - 18:04

    Un petit calme accentué par l’arrivée d’une petite brise de vent rendit l’ambiance moins joyeuse durant quelques secondes. Face à la jeune fille, la dénommée Daphné l’observait comme si elle souhaitait en savoir plus sur elle rien qu’en la dévisageant. Cette pratique avait le don de rendre June perplexe et celle-ci se demandait si l’autre avait un problème. En tout cas, elle maintient tout de même son sourire faux ainsi que son air angélique pour faire bonne mesure. Tout au fond d’elle, elle n’espérait qu’un refus et elle sentait qu’il ne tarderait pas à sortir de la bouche de l’autre Serpentard, accompagné si elle le voulait d’un mot digne d’une vipère, un mot qui brise la glace et vous envoie tous ses fragments dans le seul but de vous blesser. En attendant sa réponse, notre préfète put également profiter des joies de l’observation et cela ne l’étonnait point qu’elle ait tant de points communs physiques avec Astoria. Il aurait été plus dur de reconnaître Daphné si elle n’avait pas eu une sœur dans la même classe que June et si elle n’avait pas été aussi populaire. D’habitude, il arrive de stresser un peu quand on a affaire à quelqu’un de célèbre mais pas June qui ne manquait pas de culot. Après tout, ce n’était qu’une élève comme une autre. Néanmoins, elle s’avérait imprévisible et c’est avec beaucoup de dégoût et de surprise que June l’entendit répondre qu’elle acceptait de l’aider si la source de ce problème venait du professeur Babbling.

    Durant un instant, le sourire de la petite s’effaça et elle aurait bien voulu lui demander de répéter pour être sure d’avoir bien entendu. Mais tout était clair ; la corvée l’attendait. Elle continua de forcer son sourire mais avec moins de succès. En revanche, celui de Daphné semblait bien mieux angélique que le sien, à ce moment-là. Il n’avait rien de bien narquois, ce n’était pas l’expression de visage que l’on percevait chez une personne ayant envie de nuire à quelqu’un d’autre. Elle était donc aussi sincère qu’elle n’en paraissait ? Dans ce cas, la cinquième année s’était trompée sur son compte et elle n’était peut être pas si garce et idiote que son amie Parkinson. Troublée par son erreur, elle se demandait alors en quoi consistait une véritable amitié si les deux personnes en question ne se ressemblent pas ? Après tout, qui se ressemble s’assemble, non ? C’était à en devenir fou. Il ne servait à rien d’inventer des expressions si elles n’étaient pas valables dans tous les cas. Quoi qu’il en soit, on ne pouvait plus faire marche arrière et notre pauvre petite devrait donc sacrifier des heures perdues à apprendre en vain une matière qu’elle n’appréciait pas.

    Sa main se crispa sur la lanière de son sac, comme si elle contenait la féroce puissance de sa colère dans le bout de ses doigts blancs qui se glaçait de seconde en seconde. Tandis que ses yeux se baissèrent sur la main tendue de Daphné, June hésita un instant à lui prendre la main tout en sachant que ce signe insinuerait une collaboration entre les deux demoiselles, une entente qui devrait se faire sans anicroches. Mais elle n’avait pas le choix. Elle laissa tomber la lanière de son sac au sol et leva sa main pour prendre la sienne, les bouts de ses propres doigts retrouvant une couleur plus chaude au contact de la main tiède de Daphné. Puis, cette dernière semblait ne pas avoir oublié le moindre détail de la conversation contrairement à June qui avait été bien trop préoccupée par sa future corvée. Il était vrai que la petite préfète détenait une information de plus que sa nouvelle camarade et il était normal qu’elles soient mises sur un pied d’égalité. Se détendant un peu plus, elle parvint à reprendre son masque d’innocence et à étouffer son excès de colère.



    « - Moi c’est June MacKenzy…Mais appelle moi tout simplement June.»

    Elle n’était pas sure que Daphné ait entendu son nom de famille pour la simple raison que le cri d’une jeune fille de Poufsouffle engloba ses paroles. Celle-ci semblait crier après son ami suite à une bêtise qu’il venait de commettre. Ils attirèrent l’attention de la moitié du parc d’où plusieurs paires de regard se rivèrent vers eux. Vraiment… certains n’arrivaient pas à rester discret et calmement tranquille ! Ce n’était pourtant pas compliqué. Cette fille aurait eu une meilleure place dans un Zoo plutôt qu’à Poudlard. Quoi qu’il en soit, continuer à l’observer ne ferait que la rendre heureuse d’avoir attiré l’attention. Notre protagoniste aux cheveux bouclés se tourna de nouveau vers Daphné avant de baisser le regard sur son sac, étendu au sol. Heureusement, son contenu ne s’était pas étalé donc elle put chercher ses cours sans aucun problème. De nature organisée, elle n’avait pas besoin de chercher pendant des heures et des heures où était son contrôle de Runes puisqu’elle le trouva entre deux leçons de la même matière. Elle relaissa son sac tomber au sol sans s’en soucier autant des parchemins qu’elle tenait en main. Vérifiant qu’ils étaient triés par ordre de date, elle lança à Daphné.


    « - Donc en fait, je dois revoir tout ce qui concerne les traductions des runes. Le seul souci c’est que je n’y arrive pas et il m’arrive de tout confondre. »

    En vérité, elle aurait mieux fait de lui répondre qu’elle n’apprenait rien du cours et qu’elle s’en fichait pas mal. Cependant, cette fille était certainement une passionnée des runes et montrer un intérêt négatif pour cela ne pourrait provoquer que une entorse à leur collaboration.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Mar 25 Oct 2011 - 19:39

Ambre fit tourner sa plume entre ses doigts et poussa un soupire en regardant son devoir. Elle le trouvait terriblement médiocre et se disait qu'elle n'arriverait pas à obtenir une note convenable à ce devoir. Enfin, peu importait, ce n'était pas sa matière principale, de fait elle pouvait se le permettre, même si ça lui laissait un goût amère. Suçotant la pointe de sa plume, du côté qui ne servait pas à écrire bien entendu, elle se relut rapidement, corrigeant parfois une faute. Elle ajouta une dernière phrase à la conclusion de son devoir et une apposa enfin le point final. Bien, voilà qui devrait suffire... Nouveau soupire de sa part, puis elle referma l'énorme volume qui se trouvait devant elle. Elle ne pourrait pas faire mieux que ce qu'elle venait de faire de toute façon. Relevant les yeux de sa copie, elle observa l'unique personne se trouvant avec elle. Il s'agissait évidemment de Pansy Parkinson. Depuis qu'elles s'étaient mises ensemble, elles passaient beaucoup de temps en compagnie l'une de l'autre, ce qui pouvait sembler logique. Il n'y avait finalement pas eu tant de bruit que ça autour de leur relation. Bon, certains avaient du mal à avaler la pilule, et Ambre avait pu le constater surtout chez les Gryffondor qui voyaient ça surtout comme une trahison. Une sorte de pacte passé avec l'ennemi. Ce qui était totalement stupide. Mais bon, chacun était bien libre de penser ce qu'il voulait, ce n'était pas elle qui allait les blâmer avec tout ce qu'il se passait actuellement. Surtout qu'elle avait conscience des rumeurs au sujet des parents de sa petite amie, et si le sujet n'avait pas encore été abordé... La brune qui était penchée sur sa propre copie releva le visage et sourit à Ambre qui lui rendit celui-ci. Il faudrait qu'elle lui parle, au sujet de diverses choses. A commencer par le fait qu'elle-même n'était pas vraiment de sang-pur. D'ailleurs, étant donné qu'elles étaient seules, c'était peut-être l'occasion de le faire.

La blonde s'apprêtait à ouvrir la bouche pour attirer l'attention de sa petite amie qui venait de replonger sur son parchemin quand quelqu'un poussa la porte de la salle de classe vide où elles se trouvaient. Légèrement agacée par cette arrivée impromptue, Ambre tourna la tête vers la personne qui venait d'arriver. Il s'agissait d'un élève de cinquième année, préfet si elle ne se trompait pas. Cela fit hausser un sourcil à la septième année, qui se demandait bien ce qu'il pouvait lui vouloir. Elle attendit donc qu'il prenne la parole, alors qu'il affichait un air visiblement gêné en lançant un regard à Pansy qui avait également relevé la tête avec un sourire, visiblement prête à se moquer du nouvel arrivant. Après avoir respiré un coup, il finit par prendre la parole.

- MacKenzy, désolé de te déranger mais MacGonagall m'a chargé de transmettre à Bulstrode qu'elle devait aller le voir au sujet d'un devoir, tu pourrais t'en occuper s'il te plaît ?

Ambre resta un instant interdite face à la demande. Pourquoi il venait lui demander ça à elle ? Elle n'était pas un hibou jusqu'à preuve du contraire et ce n'était pas vraiment le travail de la préfète en chef de servir de messager, encore moins lorsqu'on le demandait à un certain élève. Conservant son calme, elle répondit tranquillement à l'interrogation.

- Je ne vois pas ce qui t'empêche de le faire.

Comme si elle était au service des gens, et puis quoi encore.

- Ben... Je me disais juste que comme tu t'entendais bien avec les Serpentard ça te gênerait pas.

La blonde resta muette un instant, alors que la situation amusait grandement Pansy qui préféra néanmoins garder le silence. Elle poussa un soupire. Maintenant elle était devenue l'amie de tous les verts et argents. Au rythme où ça allait, elle y serait transférée si les rumeurs continuaient de courir. Ce qui était bien sûr impossible.

- Bien. Je suppose que tu n'es pas assez grand pour oser affronter les terribles Serpentard... Je m'en chargerai donc.

Il eut au moins la décence d'afficher un petit air gêné avant de déguerpir. Ambre fronça les sourcils. Elle tourna le visage vers Pansy qui affichait toujours un sourire visiblement amusé. Après s'être brièvement excusé et avoir dit qu'elles se retrouveraient plus tard, la blonde laissa la brune continuer de travailler tranquillement, non sans l'embrasser avant de partir. Bon, maintenant il ne lui restait plus qu'à trouver Bulstrode. Comme elle traînait avec la bande à Malefoy, il était fort probable qu'ils soient dans le parc et elle avec, vu le temps qu'il faisait. La blonde s'y dirigea donc d'un pas rapide, pressé d'en finir avec ça. Le soleil était radieux et le ciel particulièrement dégagé, phénomène rare en Ecosse et dont tous les élèves profitaient pleinement. Ambre s'avança dans le parc, cherchant du regard le groupe d'élève. Avançant toujours sans les voir, elle songea qu'elle devrait peut-être attendre simplement le repas du soir pour s'occuper de ça, jusqu'à ce que son attention soit attiré par le cri d'une élève de Poufsouffle, et qu'elle puisse voir derrière, plus loin, sa plus grande ennemie dans cette école, Daphné Greengrass. Bien, ça signifiait qu'au moins, elle avait quelqu'un à qui demandé. D'ailleurs, elle avait été bête de ne pas interroger Pansy quant à l'endroit où elle aurait pu trouver sa cible. Enfin, qu'importait. Elle se dirigea vers elle, sans vraiment faire attention à la fille qui se tenait debout devant, ayant constaté que Bulstrode se trouvait également là. Tout du moins, elle n'y fit pas attention jusqu'à ce qu'elle arrive à proximité du groupe. Jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour rebrousser chemin, car elle aurait alors l'air un peu bête. Et puis bon, elle n'allait pas non plus la fuir toute sa vie.

Le « la » en question ? Sa sœur, bien évidemment, qui pour une mystérieuse raison se trouvait là devant Greengrass. Ce n'était pas vraiment ses affaires, mais ça l'inquiétait un peu en tout cas. Finalement, ce n'était pas plus mal qu'elle puisse venir jusqu'ici pour porter ce message à l'autre Serpentard qui semblait totalement se fiche de l'échange se jouant entre la reine des verts et argents et sa petite sœur. Après un énième soupire, Ambre s'arrêta devant le groupe et elle salua rapidement l'assemblée.

- June, Greengrass... Bulstrode.

Elle s'arrêta sur cette dernière. Transmettre son message puis partir rapidement. Elle n'aimait pas vraiment l'idée de s'attarder en un lieu où se trouvait sa petite sœur qu'elle n'osait même pas regarder en face malgré l'envie qu'elle avait de lui reparler comme avant, de pouvoir reprendre son rôle de grande sœur et qu'elles s'entendent à nouveau. Et quant à Greengrass, inutile d'en dire plus. Bien sûr, elle lui était très reconnaissante de l'avoir poussé à aller voir Pansy, mais il ne fallait pas abuser non plus, jamais elles ne deviendraient amies et aucun doute qu'elles continueraient de se tirer dans les pâtes à la moindre occasion. Comme maintenant par exemple.

- MacGonagall veut te voir au sujet d'un devoir.

Voilà, c'était fait. Et maintenant... Maintenant, nul doute que ça allait devenir intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Mer 26 Oct 2011 - 17:15


Daphné serra la main de la jeune fille en fronçant les sourcils. Elle n'avait pas bien entendu son nom de famille, à cause d'un cri aiguë qui avait retenti au même moment mais après tout ce n'était pas important, si elle était à Serpentard, c'est que ce devait être une Sang-Pur et qu'elle méritait toute l'attention de Daphné. Et puis, son prénom suffisait amplement. D'ailleurs, Daphné aurait bientôt la réponse à sa question puisque la dénommée June plongea sa main dans son sac et farfouilla un moment pour en tirer quelques parchemins. Cela ne lui prit pas trop longtemps, apparemment elle savait parfaitement où trouver ses affaires. Organisée, bien. Daphné attrapa les parchemins que lui tendait June et les regarda distraitement, s'intéressant en particulier aux inscriptions à l'encre rouge du professeur Babbling, ce qui donnait à l'ainée un bon aperçu du niveau de la jeune fille. Bon, ce n'était pas très reluisant, il fallait être honnête. Daphné n'était pas une passionnée des runes anciennes mais tout de même... Un peu de travail, de la volonté et c'était bon. Enfin, tout le monde n'accordait pas autant d'importance aux études que Daphné.

Une fois le premier coup d'œil porté aux différents contrôles, Daphné s'intéressa de plus près au reste de la copie et particulièrement au nom inscrit en haut à gauche, entre les différentes remarques désespérées du professeur. C'est à peu près à ce moment là que June prit la parole une nouvelle fois mais c'était vain car Daphné n'écoutait déjà plus. Honnêtement, pourquoi fallait-il toujours que ça tombe sur elle ? Ses doigts se crispèrent légèrement sur les parchemins mais ses yeux restaient rivés sur le nom inscrit sur le papier. MacKenzy. Comme Ambre MacKenzy ? Daphné pensa distraitement qu'elle devrait en apprendre plus sur Ambre dans l'avenir, après tout ne disait-on pas « soit proche de tes amis mais plus encore de tes ennemis » ? Au moins, si elle avait pris la peine de s'intéresser à la Gryffondor, accessoirement la petite amie de sa meilleure amie et pire ennemie, Daphné aurait su que celle-ci avait une petite sœur du même âge que la sienne et elle ne se serait pas retrouvée tout à coup obligée de lui donner des cours de soutien. Très lentement, Daphné releva la tête vers son interlocutrice, le regard interdit et l'observa un instant. June ne laissait pas transparaitre grand chose sur son visage, comme la Gryffondor. En fait, elle comprenait mieux pourquoi le visage de June lui avait paru familier, tout à l'heure. Toujours l'air un peu sceptique, Daphné posa les parchemins sur ses genoux et se pencha un peu vers la jeune fille :

« June MacKenzy... Comme Ambre MacKenzy ? »

Bon, elle n'aurait peut-être pas dû dire ça sur un ton aussi dégouté. Si elles étaient vraiment sœurs, June risquait de mal prendre ce dégoût visible à la prononciation du « Ambre MacKenzy ». Elle ne fit pourtant aucun geste pour s'excuser et attendit simplement que June lui réponde, en espérant sincèrement qu'elle lui dirait que non, elle n'avait rien à voir avec la préfète-en-chef de Gryffondor.
Mais June n'eut pas l'occasion de répondre car alors qu'elle ouvrait la bouche, la dernière personne que Daphné aurait voulu voir sur Terre -bon peut-être pas, si elle avait eu le choix entre Lord Voldemort et cette personne, elle l'aurait choisi elle mais là n'était pas la question- s'était avancée vers eux et se tenait maintenant à côté de June. Daphné se retint de lâcher le « quand on parle du loup » qui lui brûlait les lèvres mais il aurait été tout à fait approprié puisque cette fameuse personne absolument bienvenue était justement Ambre MacKenzy. Côte à côte, la ressemblance était encore plus frappante, même si l'une était blonde et l'autre brune, elles avaient toutes les deux cet air angélique, bien que la Serpentard savait parfaitement qu'il était faux chez l'ainée. C'était sans doute aussi le cas chez sa petite sœur, alors.

« MacKenzy, salua froidement Daphné en lançant un regard mauvais à sa pire ennemie. »

Celle-ci l'ignora simplement et se tourna vers Millicent à qui elle remit un message de la part du professeur McGonagall avant de se tourner à nouveau vers Daphné et June.

« C'est très gentil à toi d'être venue en personne remettre ce message, Ambre, commença Daphné sur le ton le plus mielleux qu'elle avait en réserve, Pansy a une bonne influence sur toi, apparemment. »

Elle lui adressa ensuite un beau sourire sans la lâcher des yeux, une vraie Reine face à un sujet et cela allait sans aucun doute agacer la rouge et or. Il était très rare que Daphné Greengrass agisse volontairement comme une petite peste mais chaque fois que cela arrivait, elle avait remarqué que c'était toujours lorsqu'elle était face à Ambre MacKenzy. Bon, ce n'était peut-être pas la chose la plus intelligente à faire et ça allait à tout les coups énerver Ambre mais depuis que celle-ci sortait avec Pansy, Daphné faisait tous son possible pour rester calme et polie. Ce qui n'était pas une mince affaire car allez savoir pourquoi, MacKenzy avait le don de la rendre folle surtout maintenant qu'elle accaparait sa meilleure amie.
La Serpentard tourna les yeux à peine une demi-seconde vers June puis retourna vers sa grande sœur tandis qu'une idée saugrenue faisait son chemin dans son esprit. Sa réflexion fut visible aux yeux de tous par un sourire particulièrement inquiétant s'épanouissant sur ses lèvres. La petite June n'avait pas l'air très heureuse de voir sa grande sœur chérie, alors peut-être que Daphné pouvait en tirer quelque chose... C'était une idée sur laquelle elle devrait se pencher.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Mer 26 Oct 2011 - 20:17

    En tendant son devoir, elle partageait à Daphné une partie d’elle, de son travail, chose qui devrait normalement être gardée personnellement. Et pourtant, elle n’avait aucune gêne à lui confier cela tout d’abord parce qu’elle se sentait à son aise en compagnie d’une fille de la même maison qu’elle et également pour la simple raison que ce devoir ne lui tenait pas à cœur. Elle le brûlerait au feu ce soir après avoir fait ses devoirs et n’aurait aucun regret à ne plus revoir ce « désolant » qui ferait tâche sur son bulletin du premier trimestre. Une tâche qui ne serait pas très visible derrière des autres notes convenables. Et puis, ses parents étaient surtout pointilleux sur les matières principales alors que les options n’étaient rien plus que des miettes à leurs yeux. A part cela, ils n’étaient pas tellement stricts au niveau des résultats malgré le désir de Timothee MacKenzy à voir sa cadette entamer une grande carrière de politicienne. Ce n’était pas si étonnant que cela quand on sait à quel point il était ambitieux. Une ambition qui fut transmise à sa fille malgré sa négligence pour certaines choses qu’elle jugeait futiles. Alors que Daphné parcourait l’ensemble de ses réponses, elle regardait ailleurs comme si elle n’était pas affectée par ce que pouvait faire et penser sa comparse. La Poufsouffle hystérique avait finalement songé à retrouver son calme et elle se plongeait dès maintenant dans une lecture qui s’avérait passionnante à son regard.

    Le soleil dominant attirait à chaque minute quelques élèves en plus qui venaient seulement de quitter les cours. Au contraire, d’autres devaient mettre un terme à leur période de détente et c’est souvent accompagné de soupirs qu’ils se relevaient de leur banc avant de traîner d’un pas lent jusqu’à la Grande porte. June aimait la chaleur de l’astre solaire qui frôlait sa peau pâle et réchauffait sa tête. Et puis sentir la douce fraîcheur de l’air lui donnait l’impression de retrouver une liberté étouffée depuis des heures dans des salles de classe avec des personnes que vous n’aimez pas particulièrement. Elle aurait bien aimé y rester des heures, en fermant les yeux et en pensant à autre chose que comploter contre les gens qui lui cherchaient des noises. Néanmoins, ce n’était pas aujourd’hui qu’elle trouverait cette joie. Et lorsqu’elle se retourna, c’était parce que la voix de Daphné venait de raisonner dans ses oreilles. La prononciation de son nom lui indiquait qu’elle s’adressait à elle et June l’observa donc, en attente d’une éventuelle remarque sur ce lamentable devoir.

    Néanmoins, l’imprévisibilité de l’autre fille ne s’arrêtait pas là puisqu’elle venait de soulever une information vraiment inopinée, qui n’avait rien à voir avec les Runes. Une information qui brisa les pensées de June, effaçant toute trace d’angélisme sur son visage, transformant le petit sourire de ses lèvres en une expression dubitative, stupéfaite et troublée. Avait-elle bien dit Ambre MacKenzy ? Non, elle n’avait pas du dire Ambre mais plutôt son prénom à elle ? Ah parce qu’il serait débile de le prononcer deux fois ? La préfète fixa le regard curieux de Daphné, dont le ton de la voix avait été différent de l’enthousiasme dont elle avait fait preuve. On y percevait une trace de dégoût et de fermeté mais aussi de perplexité. Même si June ne cessait de vouloir croire que le nom de sa sœur n’avait pas été prononcé, elle savait qu’il était sujet de la blondine. Si petit à petit, elle se mit à assumer ce qu’avaient entendu ses oreilles, en revanche, elle préférait nier plutôt que de se rapprocher de celle qui l’avait trahie. Lorsqu’elle parvint à avaler sa salive avec plus de facilité, effaçant le doute qui s’était dessiné sur son visage, la petite sentit qu’elle pouvait lui répondre avec un peu plus de sérénité. Elle nierait l’information et espérerait que Daphné ne creuse guère plus loin pour trouver le trésor enfoui de June.


    « - Non, je… »

    Mais elle ne put poursuivre son mensonge puisque la présence d’une autre personne se fit ressentir tout près. Le bruit de ses pas sur le sol de pierres n’avait échappé à aucune des trois vertes et argents. Alors que notre cinquième année se retournait, une voix les salua sans optimisme. Une voix beaucoup trop familière pour une June qui l’avait entendu depuis tant d’années. Et lorsqu’elle aperçut Ambre à proximité, une mine de dégoût fut tracée sur son visage. Un dégoût qui dissimulait une colère profonde qui était pour le moment estompée mais dont il n’était pas impossible qu’elle éclate à un moment. Pourquoi avait-il fallu qu’elle soit là ? Pile au moment où Daphné l’évoquait… quel hasard, vraiment. Ce n’était décidément pas son jour de chance et elle aurait préféré bosser toute seule ses Runes plutôt que de rester près d’elle. Apparemment, la Gryffondor était venue seulement pour Milicent Bulstrode qui devrait s’en aller pour une visite chez le professeur McGonagall. Si ce n’était que cela, alors Ambre partirait aussitôt ne voulant certainement pas s’attarder avec des Serpentard. June se contenta de l’ignorer, essayant de paraître indifférente à son arrivée même si cette arrivée même-elle se mettait à jouer avec ses émotions, plus machiavélique que son visage d’ange ne le montrait. Inconsciemment, elle prit place à côté de Daphné, sur le banc où Milicent venait de se lever. Elle préférait écouter la réplique de sa camarade ainsi que jeter un coup d’œil à son interro plutôt que d’adresser la parole à son aînée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Jeu 27 Oct 2011 - 11:42

Une fois le message remit, Bulstrode hocha la tête et partie directement en direction du château. Ambre se tourna à nouveau vers June et Daphné, la première allant s'installer sur le banc, là où une place venait de se libérer, ignorant Ambre. La blonde ne s'était pas attendu à autre chose de la part de sa cadette qu'une froide considération. Dire qu'avant elles s'entendaient si bien... La rouge et or ne pouvait pas s'empêcher de se sentir blessée de se faire ainsi rejetée par sa sœur alors même qu'elle aurait voulu lui parler des vrais raisons qui l'avaient poussé à quitter le domicile familiale. La trahison qu'elle avait subit et la compréhension vis-à-vis du rejet qu'elle avait connu était encore vif lorsqu'elles avaient coupés les ponts l'une de l'autre, et aujourd'hui la blonde regrettait amèrement de ne rien avoir confié à June, de ne pas lui avoir dit que pour le moment elle ne pouvait pas l'emmener, mais que dès qu'elle le pourrait, elle le ferait, que ça ne changerait rien à leur lien. Mais égoïstement, elle n'avait pas pu. Elle était juste partie sans rien dire. Et aujourd'hui elle en récoltait les frais. Sa petite sœur se tenait à côté de sa pire ennemie. Et elle ne pouvait rien dire ou faire contre ça. D'ailleurs, à cause de ça elle faillit louper le coche pour le sarcasme de Daphné.

Ambre la fixa avec un grand sourire, le lui rendant avec le même message de haine dissimulé derrière le velouté d'une fausse douceur plaquée sur le visage. Elle n'était pas la seule à savoir jouer les hypocrites, loin de là. La blonde était très bien rodée à ce petit jeu là, la seule différence étant qu'elle ne pouvait pas le jouer sur la durée, du fait qu'elle avait une certaine tendance à finir par dire ses quatre vérités aux gens qu'elle n'appréciait pas. En parfait exemple, il y avait ce garçon, deux ans plus tôt, dont elle ne se souvenait pas vraiment du nom, qui passait son temps à lui chercher des noises. Et bien ça n'avait pas duré bien longtemps, le fait étant qu'elle avait faillit faire usage de sa baguette sur lui au final et qu'étrangement, les menaces de la blonde avaient eu un certain impact. Bref, rien de bien intéressant. Maintenant restait à répondre. La réponse lui vint quasiment instantanément.


- Je constate que je suis bien la seule à avoir subi une influence positive. Mais je te remercie de reconnaître qu'il y a des gens mieux que toi.


Son regard dériva un instant vers sa petite sœur, comme si elle voulait lui faire passer un message inconsciemment, mais revint bien vite se poser sur Daphné. Cette fille qui avait le don de faire sortir la blonde de son calme en lui donnant des pulsions de violence... Oui, Ambre était une brute au fond d'elle-même parfois. Surtout en face de cette satanée Serpentard. Dire qu'il avait suffit qu'elles se rencontrent dans une situation difficile pour que ça tourne comme ça... Enfin, peu importait.

Lorsqu'elle vit le nouveau sourire qui naissait sur les lèvres de Daphné, Ambre comprit rapidement ce qui l'animait, et elle se mordit l'intérieur de la lèvre. Apparemment, elle pu en déduire que Daphné et June venaient seulement de se rencontrer, ce qui n'augurait rien de bon pour la Gryffondor, qui hésitait d'ailleurs sur la démarche à suivre, ne sachant pas si elle devait essayer dès lors de reparler avec sa sœur où la laisser faire comme bon lui semblait, au risque qu'elle dise à Daphné qu'elle ne vivait plus au domicile familial, ce qui engendrerait d'autres problèmes et confirmait le fait qu'elle devait parler de tout ça à Pansy maintenant. Voilà une situation bien difficile. En tout cas, elle ne parlerait pas à June maintenant et essayerait de le faire plus tard. Lui restait à espérer que sa sœur aurait la bonne idée de se taire sur leurs affaires familiales.


- Sur ce... Il se trouve que certaines personnes ont d'autres choses à faire que traîner comme ça.

En septième année, la jeune femme avait effectivement une masse importante de travail, et elle ne pouvait pas vraiment se permettre de trop traîner. Et puis elle n'avait pas vraiment envie de rester ici. Voir sa soeur en compagnie de sa pire ennemie avait de quoi vraiment l'inquiéter et elle avait maintenant des choses à dire à Pansy, sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Ven 28 Oct 2011 - 21:10


Millicent ne se fit pas prier pour déguerpir, ne voulant sans doute pas se mêler à la dispute qui risquait d'éclater à tout moment entre la Préfète-en-chef et la Serpentard. De là à se précipiter dans le bureau du professeur McGonagall, aucun doute que les disputes entre ces deux là ne devaient pas être une partie de plaisir, même si depuis que Daphné avait donné un coup de pouce à Ambre pour que celle-ci répare ses erreurs avec Pansy, les deux ennemies ne s'étaient pas vraiment trouvées face à face et la verte n'allait pas s'en plaindre au contraire. Enfin, avec un peu de chance, il ne se passerait rien aujourd'hui non plus...

June prit la place de Millicent aux côtés de Daphné sur le banc, ce qui fit sourire cette dernière. Déjà la petite MacKenzy prenait les bons réflexes pour intégrer sa cours, il ne serait pas difficile de la convaincre. Daphné redressa un peu le dos et observa Ambre, son sourire insupportable toujours collé aux lèvres. Un seul coup d'œil vers la blonde lui apprit qu'elle aussi voyait d'un mauvais œil que sa cadette s'installe à cette place. Savait-elle ce que cela impliquait réellement ? En général, les élèves des autres maisons ne s'intéressaient pas vraiment à la hiérarchie interne de la maison Serpentard mais quelques connaissances de base s'imposait : Drago Malefoy régnait en Prince sur tous les verts et argents ou presque et celle qui avait la chance d'être sa prétendante officielle (ce rôle avait longtemps appartenu à Pansy) ou mieux encore sa petite amie (et dans le cas présent, il s'agissait de Daphné) en était la Reine. Depuis qu'ils étaient ensemble, Daphné avait vu le nombre de ses amies augmenter largement mais à vrai dire tout cela ne l'intéressait pas vraiment, elle était trop préoccupée par ce qui se jouait dehors et par la disparition de ses deux meilleurs amis qui ne lui adressaient quasiment plus la parole, eux/ Seulement, pour cette fois, sa place privilégiée lui apporterait peut-être la vengeance dont elle rêvait. Ce n'était pas une réaction très mature, elle devait l'admettre et en plus c'était grâce à elle que Pansy et Ambre filaient le parfait amour, parce qu'elle s'en était mêlée, sans quoi les deux filles, trop fières, n'auraient jamais rien tenté. Mais voilà, Pansy lui manquait et elle était jalouse de l'importance qu'elle donnait à Ambre. Elle n'avait plus que Drago, puisque Théo aussi se montrait distant, et le blond semblait vraiment préoccupé ces temps-ci et n'avait pas trop de temps à lui consacrer non plus. Prendre June sous son aile aurait donc deux résultats : elle s'occuperait un moment et trouverait une alliée et elle ennuierait Ambre. Que demander de plus ?

Elle en était là de ses réflexions quand la blonde daigna enfin lui répondre et ses mots auraient pu faire perdre son sourire à Daphné si elle n'était pas habituée à ce genre de chose. Elle se contenta de se crisper un peu, son sourire perdant de son éclat et visiblement figé mais il était toujours là, l'apparence restait sauve. Elle lui répondit par un simple ricanement, pour lui montrer qu'elle n'était pas affectée par cette réponse. Ambre les observa encore un instant, lançant sans arrêt des coups d'œils à sa petite sœur qui l'ignorait superbement, ce qui transportait Daphné de joie. Le simple fait d'être dans deux maisons rivales ne justifiait pas une telle haine entre deux sœurs, quelque chose s'était passé, cela ne faisait aucun doute et Daphné était bien décidée à découvrir quoi. Elle ne savait pas encore si elle y parviendrait et ce qu'elle en ferait une fois qu'elle l'aurait découvert mais il fallait qu'elle sache.

Ambre annonça ensuite qu'elle partait, ayant apparemment des tas de choses très intéressantes à faire quelque part ailleurs. Daphné lui adressa un nouveau sourire hypocrite parfaitement adorable.

« Oui, va donc vaquer à tes occupations si importantes de Préfète-en-chef, June et moi allons rester là et faire connaissance. »

En prononçant ces derniers mots, Daphné avait levé sa main et l'avait posé sur l'épaule de June, sans quitter du regard les yeux bleus d'Ambre.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Lun 31 Oct 2011 - 11:57

    Si l’on se fit au comportement que prenait Daphné et Ambre, on pourrait vite en déduire qu’elles s’étaient déjà rencontrées et qu’un petit lien les unissait. Et ce lien était certainement la dénommée Pansy Parkinson. On savait tous qu’elle était la meilleure amie de Greengrass mais on ignorait, ou du moins June ignorait, qu’elle pouvait également avoir un autre lien avec son aînée. Elle considéra la question mais la seule réponse possible qui lui vint en esprit fut qu’un conflit avait forcément eut lieu. Comme d’habitude, les couleurs rouges et vertes avaient du s’affronter et cela n’était sûrement pas un petit affront pour que Daphné s’en souvienne. Une chose est sure ; June n’en avait jamais entendu parler. D’ailleurs, cette réponse ne collait pas vraiment avec les dires de sa nouvelle « camarade ». Apparemment, si Pansy avait une bonne influence sur Ambre, cela voulait dire qu’elles se fréquentaient ou alors, que Pansy aurait cloué une bonne fois pour tout, le clapet de la Gryffondor. La dernière hypothèse semblait la mieux adaptée parce que personne n’irait croire qu’elles puissent se fréquenter. Certainement pas cette idiote de Parkinson. Quoi qu’il en soit, la rivalité qui était née entre les deux jeunes demoiselles actuellement allait servir à notre héroïne. Daphné n’était pas n’importe qui dans la belle maison de Serpentard. Elle était populaire et sa réputation pourrait lui servir à se venger de Ambre. Cette dernière tenait tête à Daphné et tenir tête à une fille connue n’était pas bon signe. Elle s’en mordrait les doigts.

    Et c’était cela qui était intéressant… Lui faire passer une année pourrie à Poudlard entre embrouilles et bouleversement moral. Bien sur, ce ne serait jamais suffisant pour lui montrer ce que June avait ressentie ce soir là, mais ce serait un bon début. Elle ne pouvait que sourire narquoisement à cette idée et ce sourire ne disparut pas lorsque sa frangine déclara qu’elle allait s’en aller. Pourtant, ce coté machiavélique qui nourrissait l’expression de son visage à cet instant dissimulait peut-être ce que son plus profond d’elle-même aurait voulu. Une fin fond de son esprit qui restait nostalgique, gravé au passé et qui n’oubliait rien. Des années de complicité n’arriveraient jamais à enlever la part d’amour qui s’était installé chez les deux sœurs. La haine pouvait emporter l’une quand elle le voulait mais il y avait toujours l’autre trace qui finirait sûrement par se manifester un jour. Instabilité. Oui, elle était instable, incapable d’enfouir sa colère lorsqu’elle était submergeante, incapable de se retenir lorsqu’elle voulait effectuer un acte avec un réel désir. Et Daphné lança une énième réplique, une nouvelle pointe à planter sur Ambre. Et pour la première fois, June lui jeta un regard qui n’était pas indifférent. Fronçant légèrement les sourcils, on aurait pu croire qu’elle la méprisait mais elle souhaitait juste la voir une dernière, elle et son visage d’ange. Un ange déchu, plein de malice et de malveillance. Néanmoins, il fallait qu’elle l’observe au moins une dernière fois. Elle en ignorait la raison mais elle le voulait tout de même.

    Etait-ce là la petite trace parmi toute cette haine ? Sans doute. Toutefois, cela ne changeait en rien ses objectifs. Détermination. Elle ne lâcherait pas son envie de vengeance et elle prendrait certainement goût à sa victoire. Une main se posa sur son épaule ; celle de Daphné. Une collaboration autre que celle du devoir de runes allait se mettre en place et ses desseins ne feraient pas du bien à Ambre. June n’avait jamais considéré personne comme ses amis mais aujourd’hui, elle se réjouissait d’avoir gagné une alliée qui saurait sûrement se montrer fourbe. Elle finit par quitter sa grande sœur du regard, affichant un sourire tout aussi hypocrite que celui de son alliée. Elle savait ce qui tracasserait Ambre si les deux demoiselles venaient à faire connaissance. Ce serait le bon moment de tout lui dire, à Daphné, pour ensuite s’en prendre aux faiblesses de la blondinette. Toutefois, elle ignorait si elle le dévoilerait aussi vite. Elle venait juste de rencontrer l'autre Serpentard et rien ne dit qu'elles se faisaient confiance à cent pour cent, pour le moment. Il faudrait que chacune gagne cette confiance. Ambre pourrait respirer tranquillement, du moins, pour l'instant.

    *Mais un jour, tu regretteras tout...*

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Mer 9 Nov 2011 - 9:23

Au moins une chose était sûre, Daphné n'était pas insensible aux sarcasmes. Le changement était subtile mais présent. Néanmoins, quelqu'un n'ayant pas l'habitude de la côtoyer pour ce genre de choses n'aurait absolument rien remarqué du changement. Avec le temps, Ambre avait appris à le voir. Ce visage soit disant souriant, elle commençait à le connaître par cœur à force d'avoir des altercations avec sa propriétaire. On ne pouvait pas haïr quelqu'un sans apprendre à le connaître au fil du temps, et la proximité avec ses ennemis était parfois bien plus profonde qu'avec ses amis. La blonde avait pu le constater avec Pansy, bien que la situation n'ait rien de comparable sur le plan final. Et la pique que lui lança sa pire ennemie glissa sur elle sans la toucher vraiment, toute concentrée qu'Ambre était sur le geste qu'effectuait la brune.

Oui, ce geste plus que quoi que ce soit d'autre fit perdre son sourire à Ambre. Première vraie victoire pour Daphné sans doute, ramenant les deux jeunes femmes à une certaine égalité. La Serpentard était en train de toucher à quelque chose que la blonde aurait préféré éviter de voir passer à l'ennemi. Sa sœur tant regrettée, qu'elle aurait voulu garder de son côté, mais ne le pouvait plus depuis qu'elle l'avait abandonné. Dieux, qu'elle pouvait regretter ça... Ce geste fit également monter une colère sourde chez Ambre, colère qu'elle se trouvait alors contrainte à contenir, mais dont l'éclat était bien présent au fond de ses prunelles bleus qu'elle fixa froidement sur Daphné. Un froid glacial, plus méprisant que jamais, indiquant clairement la position que prenait la Gryffondor. Le regard de quelqu'un pouvant se montrer dangereux s'il se retrouvait en mauvaise posture. Un regard presque effrayant. Que le serpent se montre prudent dans sa manœuvre, sans quoi il risquait de le regretter amèrement, croisant la route du lion, et même son venin injecté ça ne changerait rien à la fin du reptile en cas d'erreur.

Elle n'essaya même pas de se reprendre, laissant clairement entrevoir la menace non formulée. Aussi reconnaissante soit-elle envers Daphné pour ce qu'elle avait fait concernant Pansy, jamais elle ne la laisserait empiéter sur ses affaires familiales en toute impunité. Ca la concernait elle et sa mère. Et indirectement ses sœurs, bien qu'elles ne soient pas réellement touchées par tout ce qui pouvait tourner autour de ça, étant clairement des filles de la famille MacKenzy. Ambre allait devoir jouer finement pour tenter de provoquer l'éloignement de Daphné et sa sœur, pour que ses secrets ne soit pas dévoilés.

Fille née dans la honte.
Fille reniée de sa famille.
Fille de sang-mêlée.

Sans doute y en avait-il d'autres qu'elle ignorait encore. Mais ceux-là étaient les plus importants. Ses points faibles. Restait à espérer que le message avait été assez clair pour Daphné, qu'elle ne cherche pas trop.

La blonde décida finalement de ne rien répondre et après ce regard, elle se dit qu'il était temps pour elle de partir. Parfois le mépris était bien plus fort que le sarcasme. Et ici sans doute serait-ce le cas, même si Daphné considérerait ça comme une victoire, étant donné son caractère. Du moins c'était le plus probable. Elle se retourna sans accorder le moindre regard à sa cadette. Elle traversa ensuite rapidement le parc, ayant de nouvelles prérogatives.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Ven 13 Jan 2012 - 13:53


Ce fut bien plus facile et beaucoup moins drôle que ne l'avait imaginé Daphné. Les Gryffondors étaient pourtant connus pour réagir au quart de tour et toujours de manière disproportionnée. Or, Ambre ne fit rien. Il avait sembler a la Serpentard que cela ne lui faisait pas vraiment plaisir de voir sa sœur et sa pire ennemie assise l'une a côté de l'autre et prête a devenir de grandes amies mais cela n'avait duré que quelques secondes. Un voile devant ses yeux bleus, si bref que Daphné pensa même l'avoir imaginé. En revanche, son sourire disparaissant instantanément de son joli minois ne laissait planer aucun doute. Oh non, la blonde n'aimait vraiment pas ce qu'elle voyait et cela remplissait Daphné de joie.

C'était sans aucun doute une réaction immature et stupide mais... Ambre lui avait volé l'une des choses les plus précieuses à ses yeux : sa meilleure amie, sa sœur. Pansy et Daphné avaient toujours été très proches, plus proches que de vraies sœurs. Personne ne connaissait mieux l'autre qu'elles. Pansy par exemple, avait une réputation peu recommandable à Poudlard, elle passait pour la fille un peu idiote, superficielle et méchante que personne ne voulait approcher mais dont on faisait tout de même semblant d'être l'amie pour être dans les bonnes grâces de certains Serpentards. Daphné quant à elle... Et bien avant, elle n'était rien ni personne, simplement l'ombre, le chien, la suivante... Et maintenant elle était la parvenue, aussi cruelle et idiote que l'ancienne reine des Serpentards. Personne ne se doutait de qui elles étaient réellement. Par le passé, quand Daphné n'était rien et que Pansy n'avait pas encore été désavouée pour sortir avec une fille, une Gryffondor qui plus est, Daphné était la seule personne a pouvoir dire qu'elle connaissait réellement Pansy Parkinson. Aujourd'hui la blonde Gryffondor qui avait fait perdre son diadème à la Serpentard pouvait s'enorgueillir d'être celle qui la connaissait vraiment. Ambre avait pris à Daphné sa meilleure amie, sa seule véritable amie. Alors oui, sa réaction n'avait rien de mature et de proportionné mais c'était le seul moyen qu'elle avait pour faire ressentir à Ambre ce qu'elle-même ressentait.

Daphné resserra sa prise sur les épaules de June tandis que Ambre restait là a les regarder d'un œil sombre. Elle parvenait très bien a rester calme, sans expression mais elle ne souriait plus et ses yeux la trahissaient. Daphné avait enfin gagner une bataille contre la Gryffondor. Ce n'était pas encore la victoire finale mais c'était déjà ça. Car Daphné, même si elle restait toujours digne et insensible, savait parfaitement que depuis le début, elle était la perdante dans la guerre qu'elle menait contre Ambre MacKenzy. Mais elle tenait entre ses mains une arme redoutable dont elle pourrait peut-être se servir pour vaincre et elle n'allait pas la lâcher. Peut importe le nombre de regards haineux que la blonde poserait sur elle, comme elle le faisait en cet instant.

Leur face à face silencieux, sourire victorieux contre regard de haine, dura quelques secondes seulement puis Ambre se détourna et regagna le château sans un regard en arrière. Daphné n'esquissa pas le moindre geste, son bras reposant toujours autour des épaules de la jeune MacKenzy. Elle observa la silhouette de la Gryffondor s'éloigner puis disparaître, jusqu'à être bien certaine qu'elle ne soit plus en vue. Puis, lentement, son bras retomba, cognant contre le banc en pierre, et elle se tourna vers June. Elle souriait toujours mais cette fois son sourire n'exprimait plus la victoire, elle offrait seulement un air confiant et protecteur a son nouveau joyaux.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Dim 29 Jan 2012 - 15:21

    Si Ambre venait de prendre une bonne décision, c’était bien celle de repartir sur ses pas, évitant ainsi de jouer dans le jeu de Daphné qui n’hésiterait pas à continuer de jeter ses piques sur la blondinette. Toutefois, June regretta quand même que cette partie de plaisir ne s’arrête ici parce qu’elle aurait bien aimé continuer à être spectatrice de ces affronts verbaux. Mais les meilleures choses ont une fin, hélas et les deux Serpentard durent retrouver leur activité primaire. Ce n’était qu’une première impression mais la préfète se sentait assez en sécurité en compagnie de sa camarade qui lui adressait ce sourire qui voulait dire qu’elle pouvait lui faire confiance. Mais pour se faire, elles passeraient différentes étapes sociales avant d’en arriver à une complicité mutuelle. Elles étaient néanmoins bien parties pour ça.

    Ramenant vers elle tous les cours de Runes du professeur Babbling, elle les feuilleta en diagonal tout en exprimant au fond d’elle son dégoût pour cette matière pourtant pas aussi utile que la métamorphose, par exemple. Ses parents l’avaient plus ou moins conseillés à prendre cette option qu’ils considéraient meilleures que les autres mais ce n’était pas du tout au goût de leur enfant. Il fallait être cinglé pour apprendre les vingt quatre runes par cœur et savoir quelle est celle qui correspond à notre soi-même. Quelle importance cela avait ? Bon sang, on se battait avec des baguettes et non pas avec notre âme. Même la divination semblait encore plus rationnelle que cela ; au moins des voyants dans le passé avaient réussi à prévoir des évènements importants donc leur talent avait été bien utile à la communauté magique. En ce qui concerne les runes… à part faire mourir les élèves de difficultés et d’inutilité, cela ne restait qu’une futilité.


    « - Bon, revenons en à ces pierres. A part leurs symboles, je ne vois pas ce qu’elles ont de spéciales. D’où tous ces sorciers perçoivent-ils une force symbolique au fond de ces runes ? Personnellement, j’ai beau les observer ou les toucher, j’ai plutôt l’impression de me faire duper par cette matière. » reprit-elle avec assurance.

    Cette assurance, elle l’avait trouvé pile au moment où Ambre s’était retournée pour arpenter le chemin vers Poudlard. Elle avait tellement apprécié cet instant qu’elle était plus à l’aise dans la conversation avec Daphné. June mit la main au fond de son sac et en sortit une boîte de taille moyenne avec un gros titre qui indiquait Alphabet Futark. Dans un bruit de bois, elle retira brusquement le couvercle avant de le poser à côté sur le banc. L’intérieur offrit la vue sur une vingtaine de pierres d’allure rondes dont un symbole ornait chacune de ces cailloux. Elle en prit une au hasard et l’approcha à cinq centimètres de son œil pour mieux la scruter. C’était vraiment une blague chez choses là. Elle aussi pouvait très bien prendre une pierre au sol et la tatouer de deux ou trois traits à l’aide d’un feutre avant de l’exhiber devant la population en criant que cette rune avait le don de devenir le plus fort de tous les temps. Fouillant de nouveau dans ses cours, elle rechercha le nom de la rune qu’elle tenait entre les doigts tout en souriant malicieusement :

    « - Elle s’appelle Sowilo et elle symbolise le soleil. Moi j’ai plus l’impression qu’elle ressemble à la cicatrice d’Harry Potter avec sa forme éclair, pas toi ? »


    Puis, elle lut à voix basse les composants de cette pierre :
    Divinité : Balder.
    Lettre : S
    Symbole : Soleil
    Element : Air
    Arbre : Laurier noble, chêne et genévrier.
    Herbe : Gui
    Pierre : Topaze, Citrine et Ambre.
    Couleur : Or, blanc
    Animal : l’aigle, le lièvre.


    Franchement… d’où pouvait-on voir tous ces constituants dans un caillou ? Dans une baguette, il était facile de dissimuler des éléments mais dans une pierre ? Pleine d’interrogations, elle observa Daphné.

Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Dim 19 Fév 2012 - 16:30



Daphné fut durement ramenée à la réalité par la voix de June qui avait décidé de revenir au sujet qui l'intéressait depuis le début : les runes. Mais à vrai dire, les deux jeunes filles étaient du même avis sur la question, Daphné n'était pas plus fan de cette matière que ne pouvait l'être June, il fallait seulement faire un choix parmi plusieurs options et bizarrement dans sa famille « étude des Runes » sonnait bien mieux qu'  « étude des Moldus ». Daphné avait donc choisit plus par dépit qu'autre chose les trois options traitant plus ou moins du même thème, la divination, et qui n'apporteraient pas la honte sur sa famille. Et avec un peu de travail régulier, elle avait réussi à garder un bon niveau et même a devenir la meilleure de sa classe maintenant que Granger ne trainait plus dans les parages. Comme quoi, il ne fallait pas grand chose pour réussir. Daphné ne voyait pas cette matière sur un point de vue scolaire, elle préférait penser aux ASPICs et à ce qu'elle pourrait faire de sa vie quand elle les aurait, la vie n'avait rien d'une partie de plaisir et on ne pouvait pas toujours réussir si on ne faisait pas un peu d'efforts, cela impliquant d'étudier des matières qui ne nous plaisaient pas. Apparemment, la jeune MacKenzy ne voyait pas cela du même œil, elle semblait tout aussi impulsive que sa grande sœur, leur collaboration s'annoncerait drôle...

« Ce n'est pas bien compliqué, commença la jeune femme, il suffit de comprendre le principe de base et la raison de leur utilité. »

Daphné s'installa un peu plus confortablement et continua sa litanie.

« Les runes ont plusieurs utilités. On les utilise parfois comme objet divinatoire ou comme talismans, et, ce que nous faisons ici à Poudlard, comme un alphabet. Au départ, les sorciers utilisaient les runes pour faire des prédictions, mais elles ne répondent pas précisément en donnant une signification positive ou négative, elles sont plutôt comme un guide qui te donne une direction, elles te permettent de progresser dans la vie en suivant la bonne voie. A Poudlard, on étudie pas vraiment cet aspect, à peine quelques cours en troisième année, si tu te souviens, pour introduire la matière, et en Septième pour ceux qui se destinent à des études plus poussées en divination. »


« Étant des objets magiques très puissant de par leur composition, on les utilise aussi, comme je te l'ai dit, en talisman, une rune représente une lettre et selon sa signification, elle peut te protéger de telle ou telle chose. Par exemple, les guerriers les gravaient sur leurs armes pour se protéger de la mort. La force symbolique, comme tu dis, on la perçoit généralement selon deux choses : le caractère gravé sur la pierre. C'est simplement une histoire de symbolisme. Si tu cherches à savoir pourquoi on définit tels attributs pour telles runes, il existe des manuels à ce sujet, je ne connais pas tout par cœur, désolée. »

« Quant à la rune que tu me propose...Je ne crois pas que Potter ait quoi que ce soit à voir avec ça, laisse-le donc où il est, ce serait très mauvais pour toi si on t'entendait parler de lui avec autant de désinvolture. Les choses sont en train de changer, au dehors, June, et certains de nos camarades n'ont pas envie de t'entendre parler de Potter. »

Elle n'avait pas cherché à se montrer sèche ou désagréable mais il fallait que la jeune fille comprenne les risques qu'elle prenait en plaisantant ainsi. Elle n'avait sans doute pas pensé à mal mais le résultat serait le même si quelques Serpentards l'entendaient tenir un discours de ce genre. Parmi les enfants de Mangemorts qui peuplaient leur maison, certains prenaient tout ceci trop au sérieux et il valait mieux faire profil bas. Daphné ne risquait pas grand chose mais tout le monde ne pouvait pas en dire autant.

« Bref, cette rune symbolise le soleil, c'est un symbole très fort comme tu dois le savoir, l'essence de toute vie, il occupe une place dominante dans toutes les cultures. C'est le symbole de la vie. Cette rune est donc l'une des plus importante et des plus puissante de l'alphabet runique. La meilleure chose à faire quand tu ne sais pas, c'est de t'intéresser à cette symbolique. De toute façon, tu as a faire de la traduction en particulier, pas a prédire l'avenir. »

Daphné marqua une pause, le temps de laisser à June l'occasion d'assimiler la masse d'information qu'elle venait de lui donner mais elle reprit très vite la parole, sur un tout autre sujet cette fois.

« Ambre et toi n'avez pas l'air d'être très proche. C'est dommage, une sœur est un allié à toute épreuve, c'est important. Astoria est tout pour moi, je ne laisserai jamais rien lui arriver. Mais parfois nous trouvons dans nos amis des personnes qui nous comprennent mieux que notre propre sœur... »


C'était assez subtile, elle ne voulait pas aller droit au but même si elle se doutait que June comprendrait vite où elle voulait en venir. Ou peut-être pas d'ailleurs, il n'était pas rare de voir les gens perdre toute logique quand il s'agissait de sentiment, négatifs ou positifs. Toujours est-il que Daphné comptait en apprendre plus sur la relation des deux sœurs puis s'immiscer entre elles, si elle le pouvait.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Ven 24 Fév 2012 - 21:21

    Daphné se tourna vers la pierre en question et commença à l’observer tout en prenant la parole avec assurance. June essayait de discerner dans ses traits d’où venait cette motivation qu’elle laissait paraître à l’égard des runes. Pour elle, ces pierres n’avaient rien de bien compliquées et elle se lança alors dans un long monologue d’explications, digne d’un professeur voulant faire rentrer les choses dans le crâne des élèves. Sortant son calepin et sa plume, elle prit en note les éléments importants qu’elle ne retiendrait certainement pas d’ici quelques heures. Ainsi donc, ces cailloux avaient une grande importance pour d’anciens sorciers qui croyaient sincèrement qu’ils allaient les protéger d’une mort certaine. A l’entente de cela, la jeune fille eut une envie de rire mais elle se retint pour ne pas manquer de respect à Daphné. Cette dernière ajouta qu’à Poudlard, on étudiait beaucoup plus leur histoire et leurs symboles plutôt que leurs pratiques anciennes. Encore heureux. Si June devait se mettre à méditer avec ces runes en main, elle aurait certainement finit par devenir folle. Cela commençait déjà par la Divination ; elle essayait plus ou moins de suivre cette matière, en dépit du professeur cinglé à qui on avait attribué ce poste, mais elle avait une sainte horreur de passer des heures devant une boule de cristal qui ne lui montrait que de mauvaises choses comme le reflet de son esprit « torturé » comme disait Trelawney. Les runes se rapprochaient de ce domaine et ils avaient donc un aspect répugnant aux yeux de la brune.

    Griffonnant rapidement les informations de son aînée, elle commençait à avoir mal aux doigts à force de crisper ceux-ci contre la surface dure de la plume. Mais tant pis ; June était une fille très résistante et qui semblait presque insensible à la douleur. Non seulement elle s’était renforcée moralement à cause de ses expériences de vie fâcheuses mais elle avait également réussi à prolonger cette barrière sur la totalité de son corps. Et lorsqu’elle releva la tête, c’était pour contempler son écriture fine et amochée par la rapidité de ses gestes. Toutefois, cela restait lisible donc cela lui était égal. Elle soutint le regard de Daphné qui venait de lui dire qu’il n’était pas bon de parler de Potter. Elle lui avait dit cela sur un ton de reproche qui ne passa pas inaperçu à la préfète et elle se contenta de lui faire un de ses sourires hypocrites qui voulaient tout dire.


    « - T’inquiète. Je ne compte plus l’évoquer, c’était juste une parenthèse. »

    Elle posa sa plume à côté d’elle et continua d’écouter la dernière explication de l’autre verte et argent. Elle ne jugea pas utile de noter ces précisions qu’elle s’efforcerait de retenir dans un coin de sa tête.

    « - En gros, tout ça n’est qu’un rituel aussi barjot que l’existence du Troisième Œil en Divination… Quoi qu’il en soit, je pense que j’irais faire un tour à la bibliothèque ce soir. »

    L’idée de sacrifier un début de soirée pour des livres de runes ne l’intéressait pas mais si elle voulait rattraper ses sales notes, elle devait le faire. Pas seulement pour le bien de ses résultats, mais pour ne pas fâcher ses parents qui se montraient déjà bien assez agressifs dans leurs lettres en ce moment. June pensait bien que ce n’était que de la nervosité passagère de la part de sa famille mais mieux valait ne pas trop subir leur mécontentement. Les évènements avaient beaucoup trop changé pour qu’ils ne se calment rapidement. Le calme régna durant un instant et l’air siffla dans les oreilles de notre héroïne qui reçut une brise douce en plein visage. Il faisait vraiment bon, aujourd’hui et pourtant, on était encore en hiver. Comme quoi, le temps leur était favorable aujourd’hui. Et cela, Trelawney ne l’avait certainement pas prévu, elle qui voyait l’orage et la mort partout.

    Daphné brisa le silence et prouva son imprévisibilité en évoquant un sujet qui n’avait rien à voir avec les runes ou le beau temps. Non, elle piqua dans un sujet plus personnel ; Ambre. D’après elle, il était dommage qu’elles ne soient pas proches comme de vraies sœurs le seraient mais June resta impassible face à ces interrogations. Elle n’avait rien contre Daphné mais elle lui en voulait d’avoir été assez observatrice toute à l’heure pour vouloir assouvir sa curiosité. Pourtant, elle n’avait pas faux ; les « amis » pouvaient mieux nous comprendre que notre propre sœur. Toutefois, June n’avait aucun ami, ou du moins, elle les considérait que comme « des gens ou complices avec qui on passe du temps». Elle ne voyait pas tellement l’intérêt de les traiter au fond d’elle comme des amis même si elle ne cessait de leur dire qu’ils étaient ses amis. Une pure hypocrite, en somme. Elle tourna le regard vers son interlocutrice et répondit :


    « - Il y a cependant une grande différence entre Astoria et Ambre. »

    Elle regarda au loin puis lâcha un faible soupir.

    « - Déjà, ta sœur est à Serpentard donc vous devez avoir plus ou moins une bonne quantité de points en commun. Ambre, elle, à toute la carrure d’une fille qui se veut forte et qui se prend pour une super héroïne ou je ne sais quoi. Bref, on ne se correspond pas. »

    La formulation exacte de sa phrase aurait due être « on ne se correspond plus » mais la petite June préféra ne pas le mentionner parce que le souvenir d’une Ambre plus jeune et épanouie à ses côtés remonterait sûrement en surface si elle allait fouiller dans sa mémoire. Or, elle n’avait certainement pas envie de se rappeler comment une personne aussi gentille autrefois avait pu finir par devenir la pire des traîtresses. Et puis, étant au fond d’elle une fille solitaire, elle n’avait jamais prit l’habitude livrer ses secrets ou ses peines. Elle absorbait ses chagrins comme une terre qui aspirait l’eau qu'on lui verse. Elle subissait intérieurement ce qu'il lui était transmis à l'extérieur.

    « - Et puis, toi non plus, tu n’as pas l’air de bien l’apprécier. » ajouta t-elle avec un sourire narquois.


    Elle l’avait bien vu toute à l’heure avec les réactions successives entre les deux grandes qui avaient entamé une petite bagarre verbale. Seul un sourd n’aurait pas comprit qu’un éclair de rivalité les séparait l’une à l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Jeu 15 Mar 2012 - 11:57


Daphné se permit un petit rire léger, discret, aux remarques de la jeune fille. Peu importe ce qu'elle lui dirait, les runes ne trouveraient jamais grâce aux yeux de June. Mais elle pécisa qu'elle irait faire un tour à la bibliothèque pour approfondir ses recherches, ce qui était déjà un bon point. Elle n'aimait pas mais elle comprenait l'intérêt de faire semblant, de faire un effort. Les résultats scolaires de June MacKenzy, Daphné n'en avait pas grand chose à faire, non ce qui l'intéressait le plus dans cette réaction c'est que la jeune fille accepte de faire des choses qui lui déplaisaient clairement pour servir ses intérêts. Ça c'était vraiment une très bonne chose.

Daphné ne répondit cependant rien à la remarque de June et la laissa poursuivre la conversation. Ce qu'elle voulait savoir à présent concernait Ambre et la relation qu'entretenait les deux sœurs, les Runes, Daphné n'en avait que faire non plus. Elle n'était pas certaine que la jeune fille répondrait, après tout elles ne se connaissaient pas et n'avaient aucune raison d'aborder un sujet aussi personnel... Pourtant la réponse se fit entendre, entrecoupé d'un soupir. Pour la première fois, Daphné comprit que peut-être June devait souffrir de cette situation. Sa haine pour l'aînée était très forte mais valait-elle de faire du mal à quelqu'un qui n'avait rien demandé ? Ce n'était pas le genre de la Serpentard de faire du mal gratuitement. Elle écouta cependant avec attention la réponse de June, qui supposait que la différence de maison entre les deux MacKenzy devait être pour beaucoup dans la dégradation de leurs relations. Elle termina par faire remarquer que de toute façon, Daphné non plus n'aimait pas Ambre. L'ainée adressa un sourire à sa comparse.

« Non, je ne porte pas ta sœur dans mon cœur, c'est vrai. Elle a une forte personnalité et un tempérament de feu, c'est difficile de trouver grâce à ses yeux... »

Pour le reste, Daphné aurait été bien incapable de dire ce qu'elle avait réellement à reprocher à la blonde. Toute cette histoire avait commencé pendant l'été et elle se savait unique responsable de leurs différents mais les raisons claires lui avaient échappé depuis longtemps. A vrai dire aujourd'hui tout ce qu'elle reprochait à Ambre était d'être la petite amie de Pansy. L'affrontement entre les deux jeunes filles avaient débuté dès leur première rencontre et devenait inévitable, aucune ne voulant mettre de l'eau dans son vin face à l'autre.

« Mais le fait qu'elle se prenne pour le sauveur de la nation ne signifie pas que vous deviez être en mauvais termes. Enfin, elle n'a peut-être plus assez de temps à t'accorder entre son sauvetage du monde et sa relation fusionnelle avec Pansy ? »

Daphné hésita encore un instant avant d'abattre sa dernière carte.

« Si tu as besoin de quelque chose, pas seulement de l'aide pour les Runes, n'hésite pas à venir me le demander, je n'ai aucun monde à sauver, moi. »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Ven 16 Mar 2012 - 18:31

Daphné avoua qu’elle n’aimait pas Ambre et elle ne tenta pas de le cacher. De toute façon, cela était tellement flagrant qu’il aurait été stupide d’affirmer le contraire. Elle n’avait, d’ailleurs, pas tort lorsqu’elle parlait de tempérament de feu et dans cette expression, June percevait bien l’image de sa sœur entrain de défendre ses comparses lorsqu’on les embêtait. C’était vraiment exaspérant de la voir prendre les choses en main comme si elle était le maître de tout. Elle n’avait pourtant rien qui puisse la pousser à être fière d’elle-même. Non, à sa place, June se serait faite toute petite et n’aurait jamais pousser de coups de gueules quand elle le voulait. Elle ne dit rien et se contenta d’écouter la suite des paroles de Daphné avec attention. En même temps, elle observait les grandes collines qui se dessinaient au fin fond du paysage. Elle pourrait rester ici toute la journée tellement il faisait bon. Le soleil se mêlait au vent et apportait à la fois une dose de chaleur et de froideur qui donnait d’agréables sensations sur la peau. Il était dommage que les professeurs ne viennent pas en profiter à cause des cours.

Quoi qu’il en soit, notre protagoniste finit enfin par se tourner vers Daphné qui venait de proposer une hypothèse intéressante à propos du pourquoi ces deux sœurs ne s’entendaient pas. Pansy Parkinson… Oui, il était vrai que sa grande sœur fréquentait une fille. D’ailleurs, c’était vraiment étrange comme relation, selon June. Elle n’aurait jamais cru que sa frangine aurait eu ce genre d’orientation sexuelle. Bien sur, elle n’était pas homophobe mais les relations homosexuelles ne lui disaient rien du tout et elle ignorait comment une femme pouvait tomber amoureuse d’une femme, et de la même façon pour les hommes. Bon pour cela, il faudrait d’abord qu’elle sache ce qu’est le véritable amour car les quelques relations qu’elle avait pu avoir n’avaient rien de bien sérieux et cela se limitaient à des bécots et des câlins.

Et quand on lui avait raconté que Ambre sortait Pansy, elle n’y avait pas cru et avait éclaté de rire. Certes, elle ne causait plus à la blondine depuis longtemps mais tout de même, des liens fraternels les liaient et si Ambre n’aimait pas les garçons, June l’aurait sûrement ressenti au cours de leur enfance ? Enfin, ce sujet lui échappait totalement et elle avait l’impression que certaines choses ne tournaient pas rond. Toutefois, même si cela aurait été amusant, ce n’était pas la raison pour laquelle la verte et la rouge ne se parlaient plus. La raison était encore inconnue à la jeune préfète mais en tout cas, elle savait que Ambre avait décidé de laisser tomber sa famille. Pourquoi ? Cela restait un mystère que June avait tenté, sans succès, de découvrir.

Un mystère que Daphné souhaitait peut être découvrir à travers ces questions mais la cinquième année ignorait si elle pouvait confier tout cela à une jeune fille qu’elle connaissait peu, même si elle lui inspirait une certaine sympathie. Après tout, les affaires de famille n’étaient pas des sujets légers. Alors qu’elle plongeait en plein sceptissisme, sa camarade lui proposa son aide et pas qu’en matières de Runes. Elle paraissait sincère dans ses propos mais à Serpentard, tout le monde savait contrôler l’image qu’on reflétait. Aussi, on avait l’habitude de se fier plus aux gestes qu’aux paroles. Cela dit, l’offre restait intéressante. June ne serait pas contre ce soutien mais elle ne savait pas si elle pouvait tout débiter. Parce que rien ne changerait la situation au final. Rien n’améliorerait les choses même si extérieurement, June ne voulait pas forcément que tout s’arrange. Quand à ce que voulait vraiment son cœur, elle s’en fichait pas mal puisqu’elle préférait suivre sa propre raison. A la limite, Daphné pourrait l’aider à obtenir ce qu’elle voulait…. Une grande hésitation la rongeait. Se servir d’elle pour se venger de Ambre ? Pourquoi pas. Et puis, elle se doutait que Daphné Greengrass ne lui aurait pas proposé son aide si elle n’avait pas son propre objectif en tête. Généralement, on faisait les choses chacun pour soi et on aidait les « inconnus » que si on pouvait en tirer profit. Mmmh, oui, c’était sûrement ça. Chacune pourrait en tirer une sorte de bénéfice.


« - C’est d’accord. » finit-elle par dire, en affichant son habituel sourire.

Puis, elle ajouta :

« - En tout cas, ce n’est pas Pansy qui est la cause de tout cela puisque je ne pouvais pas la supporter bien avant qu’elles soient…mmh, ensemble. Quand j’étais en première année, ça allait et puis au fil du temps, peut être a-t-elle pris la grosse tête mais ça a mal tourné entre nous. D’ailleurs, cela s’est passé tellement vite qu’il y a des choses, chez elle, que je ne comprends toujours pas. »

En résumé, c’était un peu cela même si elle avait préféré garder le fait que des tensions avaient auparavant existé entre ses parents et sa grande sœur. Mieux valait ne pas débiter ces failles trop rapidement. Mais quand on y regardait de plus près, pourquoi Ambre aurait cessé de parler à June juste à cause de disputes familiales ? Et cela, notre héroïne bloquait toujours sur cette interrogation inextricable.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   Ven 27 Avr 2012 - 13:12


Daphné fut fort satisfaite de la direction qu'avait pris la conversation. Elle n'avait pas encore gagné la confiance de June mais elle avait déjà réussi a s'insinuer dans son esprit d'une manière ou d'une autre, en lui faisant comprendre qu'elles se battaient dans la même catégorie. Contre le même ennemi. June cependant, réfuta l'hypothèse de son ainée en affirmant qu'Ambre était déjà telle qu'elle était maintenant, même avant de sortir avec Pansy. Ça au moins, ça contredisait toutes les rumeurs selon lesquelles la Serpentard aurait une mauvaise influence sur la préfète-en-chef. Même si Daphné le savait déjà, bien entendu... Mais tout cela n'importait pas vraiment. La Serpentard n'avait pas du tout envie de savoir pour quelle obscure raison son ainée de Gryffondor était devenue une parfaite petite garce du jour au lendemain ou pas, justement. Les causes ne l'intéressaient pas, les conséquences l'avaient poussé sur la voie qu'elle prenait actuellement.

« Il ne faut peut-être simplement plus chercher a comprendre... »

Elle lui avait répondu d'un ton le plus compatissant possible. Le but n'était pas de blesser la jeune fille mais d'obtenir sa confiance et son amitié. Daphné se leva finalement et se tourna une dernière fois vers June avant de partir.

« Tu sais où me trouver si tu as besoin. Alors à bientôt, June. »

Elle lui adressa un sourire et tourna les talons pour rejoindre le château. Elle l'avait quitté sans trop de cérémonie mais il était temps pour la petite Serpentard de se retrouver seule et de penser a ce qui venait d'arriver et ce qu'elle allait faire désormais et l'ainée devait la laisser seule le plus tôt possible pour lui laisser tout le temps de la réflexion. Sur le retour, Daphné se sentait tout de même un peu coupable. June ne lui avait jamais rien fait de mal et toute cette situation ne devait pas être très facile pour elle... Daphné ne voulait pas vraiment être celle qui l'utilisait pour ses propres avantages sans penser aux conséquences. Elle se dit que peut-être, elle pourrait essayer de ne pas faire semblant d'apprendre a connaître et aider June... Enfin, elle verrait bien en temps voulus.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tiens, tiens ... qui voilà ! [Daphné & Ambre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Jake. Tiens tiens, j'ai des amis!
» Un, Dos, Tres, voilà Daphné.
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Chrétiens évangéliques atake vodouizant ak kout roch nan Cite Soley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Extérieur :: Le Parc-