- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Sister Power [Pv Daphnée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Sister Power [Pv Daphnée]   Jeu 14 Juin 2012 - 20:35

14 Janvier 1997

Dur réveil, dure journée…
En effet, je n’aurai jamais cru que cette journée allait être aussi longue. Je n’en voyais plus le bout, entre les cours, le repas et les emmerdes qui trainaient à tout bout de champ.
Mon esprit vagabondait alors que l’on me poussait de tous les côtés dans les couloirs remplis de monde comme un cœur gorgé d’un sang à moitié vicié. Je marchais donc péniblement, cherchant la sortie à cette torture. Je n’arrivais plus à penser, trop de sentiments se bousculaient dans mon corps, du à la foule qui m’entourait. Entre les amoureux, les malades, les perpétuels déçus, les insatisfaits chroniques et j’en passe des vertes et des pas mûres, je ne m’en sortais plus. Heureusement que mon talisman, bien caché sous mon haut, atténuait grandement l’effet nauséabond de toute cette bousculade sentimentale.

Une fois que je fus sortis de ce gouffre étouffant par sa chaleur humaine trop importante pour mon petit cœur qui pourtant supportait cela depuis bien longtemps. Après tout, c’est un peu pour ça que je n’aimais pas les endroits trop chargés de monde, ça en devenait irrespirable.
J’étais face au vide total qui s’abattait jusqu’en bas de la falaise où était juché Poudlard. Je regardais le vide avec insistance, fièrement assise sur le rebord en vieilles pierres qui était censé nous séparer du fond de l’eau qui était là, coulant en contrebas, tranquillement alors que c’était l’agitation la plus totale dans les couloirs.
Je me mise en tailleur, posant mes mains sur mes genoux, fermant les yeux pour me concentrer sur mon intérieur, voulant faire le vide parce que je entais trop de choses bouillonner et j’allais vite craquer si ça continuait ainsi. Je respirais profondément, profanant du vent frais de l’extérieur qui me balayait gentiment, me rafraichissant et m’apaisant au passage. J’en avais clairement besoin.

Je sentais que mon paysage n’était plus celui d’un ouragan fracassant violemment ce qui l’entourait, mais plutôt une mer à la fois calme et furieuse. Cela me ressemblait bien plus déjà. Je restais calme, toujours calme mais quand j’explosais plus rien ne m’arrêtais. Je ne devenais plus instable qu’une montagne qui s’écroule.
J’ouvris les yeux, regardant le paysage glacial mais tellement dans sa splendeur figée par le froid de l’hiver. Je souriais légèrement, ne bougeant pas, observant tous les recoins de ce qui aurait parfaitement pu être une photo carte postale.

Je me remis sur pieds, rentrant dans les couloirs bien plus calmes qu’il y a encore quelques instants. J’avançai donc tranquillement, pouvant cette fois laissé mon esprit vagabonder à sa guise sans craindre la surchauffe et me rendis dans ma chambre. Une fois là-bas, je pris des affaires propres et me dirigeais vers les douches. Je pris mon temps, me savonnant avec plaisir sous l’eau bien chaude et apaisante en cette fin de journée.
Je sortis habillé et coiffée au bout d’une bonne demi-heure. Je me rendais encore une fois dans ma chambre, pris un livre, me plongeant dans mes pensées, n’écoutant plus que la manière si vivante dont s’exprimait ce livre aussi vieux qu’intéressant.

A force de lire, je ne vis pas le temps passer à toute allure. Je relevais la tête de mon livre qui me criait presque de continuer de la happer aussi rapidement que j’avais commencé. Mais je me rendis compte que j’allais être en retard au rendez-vous que m’avait fixé Daphné, ma grande sœur que j’aimais profondément, même si sa relation avec Drago me troublait au plus haut point. D’ailleurs, il faudrait que je lui en touche deux mots…
Je refermais mon livre que je posais sur mon lit avant de prendre un gros pull en laine bien chaud, de changer d’avis et d’enfiler un jean épais et une grosse paire de chaussettes pour ne pas avoir froid.

Je quittais le quartier des Serpentard pour me diriger d’un pas décidé vers la tour d’astronomie où Daphné m’avait demandé de la retrouver. Les mains dans les poches, je pensais à tout ce que l’on allait bien pouvoir se raconter. Elle allait encore me parler de trucs que je savais déjà, puisque je savais à peu près tout d’elle. L’empathie était un don pas mal sur certains points. Au moins, je pouvais garder discrètement un œil sur ma grande sœur, comme ça, le moindre problème et l’élément perturbateur je l’explosais.
Je pensais encore et encore à ce qui me perturbait depuis plusieurs semaines déjà: sa relation amoureuse. Drago n’était pas assez bien pour elle. Ma sœur était un ange dans ce monde brutal et vicié. Elle restait pure là où moi je m’enfonçais dans ma bêtise et mes essayages foireux. Mais ça, personne n’en savais rien bien sûr, ça devait rester entre moi et moi. Je n’arrivais pas à me défaire l’image du sourire de ma sœur dès que Drago faisait son apparition dans les parages. J’avais tout grillé à des kilomètres, avant même qu‘ils soient officiellement ensemble, sentant en plus son amour envahir mon petit être qui s’écœurait encore bien plus quand il s’agissait d’elle et de lui.

J’arrivais à la tour d’astronomie et vis Daphné, déjà là. Elle était comme d’habitude en avance. Ça au moins ça ne changeait pas.

« -Bonsoir grande sœur. »
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Ven 15 Juin 2012 - 17:03

Etude by Empire of the Sun on Grooveshark

Daphné s'étira longuement, joignant ses doigts et tirant les bras au dessus de sa tête pour bien décontracter tous ses muscles. Long, long day... Heureusement que la journée touchait presque à sa fin, qu'elle puisse sortir de cours et rejoindre sa salle commune où elle serait bien au chaud entre les bras de Drago s'il daignait se montrer au lieu de partir se cacher on ne savait où pour travailler à sa mission. Mais avant ça, elle avait l'intention de passer un petit moment avec sa sœur, comme elle aimait à le faire une fois de temps en temps. Juste toutes les deux et personne pour venir les déranger, un retour aux sources et à la famille. Et Daphné avait cruellement besoin de ces instants là en ce moment que la situation était particulièrement difficile au dehors. Surtout depuis les vacances de Noël, en fait, et l'attaque du match de Quidditch.

Depuis qu'elle avait appris que son père était un Mangemort, elle avait eu des difficultés à se remettre, mais le pire fut sans doute quand il lui avoua, alors qu'elle faisait des recherches pour le compte de Luna Lodwick, qu'il avait été menacé et contraint de rejoindre les rangs du Seigneur des Ténèbres. Elle s'inquiétait déjà énormément pour lui depuis qu'elle savait à ce sujet mais depuis le match, c'était pire et elle se sentait horrible d'avoir laissé ses parents seuls au Domaine alors qu'elle était en sécurité à Poudlard. Être avec sa famille faisait partie des choses les plus importantes à ses yeux en ce moment et elle aurait tout donné pour qu'ils soient toujours ensemble tous les quatre. Comme ce n'était pas possible, elle était devenue plus insistante envers Astoria et avait finalement obtenue de sa petite sœur qu'elles passent cette soirée toutes les deux en tête à tête.

De quoi elles parleraient, Daphné n'en avait pas le moindre idée mais heureusement avec Astoria ce n'était jamais vraiment un problème puisqu'elle pouvait lire dans sa sœur comme dans un livre ouvert. Même si elle ne pouvait pas connaître ses pensées -par exemple, elle ne savait pas pour la menace à laquelle avait cédé Lennox- elle savait toujours lorsque quelque chose contrariait son ainée et savait donc qu'il était temps d'aborder certains points, quitte à en choisir au hasard tout en sondant ses émotions pour voir si elle se rapprochait du sujet qui fâche. Tout ce qu'elle pourrait sentir pour ce soir serait sans doute la crainte, le besoin infini d'être auprès des siens et son amour sans faille pour Drago, sa joie d'être enfin devenue officiellement sa petite-amie. Il n'y avait rien de plus à voir pour le moment à l'intérieur du cœur de Daphné Greengrass.

Tandis qu'elle pensait à tout cela, Daphné traça une longue arabesque à l'encre noire sur le parchemin sur lequel elle était censée prendre les notes pour le cours de Métamorphose qu'elle suivait actuellement. Le début de ses notes était parfait mais arrivés aux dix dernières minutes, ça partait dans tous les sens, les mots prononcés par le professeur MacGonagall qui auraient mérité d'être retenus finissaient en courbes en tout genre, en fleurs parfois même, ses « i » se retrouvaient surmontés d'un cœur à la place d'un point et deux « D » entrelacés en des arabesques fines, alternant motifs végétaux et simples traits. C'était très joli, vraiment, même si elle ne dessinait pas merveilleusement bien, avec un peu d'exercice elle aurait pu arrivé à quelque chose de vraiment très beau sur du vrai croquis. Mais en attendant, ça ne l'aiderait certainement pas à réviser ses cours...Bof, elle pourrait toujours recopier les notes de Théo ou Drago. Après tout son meilleur ami était un fana de cette matière et il s'en sortait à merveille et son petit-ami s'en sortait dans toutes les matières alors... Et puis ce n'était sans doute pas un cours d'inattention qui perturberait ses résultats scolaires !

De toute façon, alors que la Serpentard ajoutait une nouvelle boucle à son œuvre d'art, le son de la cloche se fit entendre, annonçant la fin du cours, et de la journée entière pour Daphné. Elle fourra ses parchemins et son livre dans son sac sans trop de cérémonie, referma avec précaution son encrier et essuya sa plume dans un chiffon avant de ranger le tout. Elle prenait son temps mais pas trop, son rendez-vous avec sa sœur étant fixé à dans une demi-heure plus ou moins. Le temps de saluer ses amis et de se frayer un chemin dans la foule des élèves qui sortiraient de cours et elle serait normalement à l'heure au rendez-vous. Enfin, à l'heure Daphné, c'est-à-dire avec au moins cinq bonnes minutes d'avances.
C'est sur le pas de la porte qu'elle abandonna ses amis, serrant rapidement Pansy dans ses bras, fixant rendez-vous à Théo pour le diner et échangeant une rapide étreinte avec Drago avant de se faufiler entre les élèves qui arrivaient dans tous les sens dans l'espoir de regagner au plus vite leur salle commune, sans doute. Elle était parmi les rares verts et argents à se rendre dans la direction opposées à celle de la sortie vers les étages inférieurs, puisqu'au contraire elle devait retrouver sa sœur dans la tour d'Astronomie. Sa silhouette fine parvint à se déplacer sans encombre dans la foule, tant et si bien qu'au lieu des cinq minutes d'avance prévues, elle arriva avec près de vingt minutes d'avance sur l'heure fixée. Tant pis...

Elle poussa la porte de la salle tout en haut de la tour et, après avoir pris soin de vérifier qu'il n'y avait personne, elle alla s'installer sur le rebord de la fenêtre, appuyant son dos contre le cadre et posant ses pieds sur le bord, devant elle. À sa gauche, le vide total se présentait, qui serait sans doute mortel si par malheur elle chutait. Ses yeux verts se perdirent vers l'horizon tandis que ses pensées s'envolaient dans tous les sens, sans chercher de sujet précis si ce n'est qu'elles revenaient souvent vers un certain blond. Après vingt longues minutes, Astoria arriva enfin, pile à l'heure, saluant sa sœur de sa voix douce qui réconforta tout de suite l'ainée.

« Salut, sœurette. Comment ça va ? »

Elle lui adressa un grand sourire et passa une jambe de chaque côté du rebord de la fenêtre, ayant ainsi un pied pendant dans le vide et l'autre touchant le sol de la pièce et invita Astoria à s'asseoir en face d'elle, sans perdre son grand sourire heureux et tendre. Sa petite sœur, sa moitié. Sans elle, elle n'était pas sûre qu'elle aurait tenu toutes ces années seule dans ce monde impitoyable.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159


Dernière édition par Daphné Greengrass le Mer 4 Juil 2012 - 14:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Ven 15 Juin 2012 - 19:52


Le monde paraissait de plus en plus sourd à la peine des autres, ou aux douleurs de chacun. Pourtant, en son sein, je sentais de plus en plus de malaise, de blessures profondes, allant de la simple égratignure à l’entaille profonde.
Tout cela m’affectait, surtout qu’en ce moment, mon âme se faisait hypersensible, j’étais bien plus exposée aux assauts incessants des ignorants qui m’entouraient. Je n’avais pas d’autre choix que de subir, de sentir encore et encore, les inlassables complaintes de leurs pensées égarées. Je trainais ce fardeau de toutes mes forces, commençant à m’épuiser. Pour peu que je touche les personnes, meurs sentiments étaient amplifiés puissants cent mille en mo petit être qui devenait complètement fou. Je devais intérioriser encore et encore, je ne devais pas exploser, mon attitude s’améliorant petit à petit au fur et à mesure que l’effet et le travail que je faisais sur moi et sur mon talisman grandissait.
Mais je sentais que toute la pression qui redoublait à travers mes sens démultipliés. Je m’engouffrais à mon grand regret dans un couloir bondé de monde. Je peinais à avancer, percutant plusieurs personnes, je morflais autant physiquement qu’intérieurement. Je me démenais pour marcher, avancer encore et encore alors qu’on me percutait sans ménagement.

J’avais mal, terriblement mal. Mon cœur allait exploser, j’avais envie de vomir tout ce dont mes tripes regorgeaient et là… Je sortis par la première issue que je trouvais vers l’extérieur, respirant rapidement, m’appuyant contre le muret de vieilles pierres qui nous empêchait de nous jeter dans le vide.
Je n’en pouvais plus, après cette journée, une telle pression n’était plus supportable pour moi. Après avoir retrouvé une respiration normale, je montais sur le muret, m’asseyais en tailleur et me mis à méditer pour expulser tout ce qui tendait à me faire craquer violemment.
Une fois que j’eus retrouver un calme à peu près normal, j’ouvris les yeux que j’avais précédemment fermés. Je regardais le paysage balayé par le vent d’hiver qui soufflait en cette mi-janvier. Un vent glacial aussi dur que la glace des cœurs de certaines personnes que j’avais malencontreusement percutés tout à l’heure. Je ne comprenais pas que l’on puisse rester de marbre devant un monde en tel changement. Ça commençait à virer de travers, je le sentais, le bateau semblait piquer du nez comme s’il s’apprêtait à couler d’un moment à l’autre. Mais qui allait plonger, qui allait se relever, qui allait réussir à fuir tous les problèmes ? Autant de questions qui restaient sans réponse. Je ne savais pas à qui en parler car après tout, il faudrait que je m’informe auprès des principaux intéressés, mais même si je me doutais bien qui était derrière tout ce raffut, j ne pouvais pas l’approcher, ce serait attenter à ma vie et à la vie de ma famille.

Je descendis du muret, repartis dans les couloirs qui s’étaient considérablement vidés depuis tout à l’heure. Je marchais rapidement jusqu’à ma chambre, pris de nouvelles affaires, puis partis prendre une douche bien méritée pour décompresser encore plus. Je me prélassais sous l’eau chaude, ne pensant plus à rien. Je respirais profondément la vapeur d’eau chaude qui m’entourait. Je me sécha et m’habilla avant de me rediriger vers ma chambre. Une fois là-bas, je m’abandonnais à un livre que j’avais commencé depuis peu et qui était totalement captivant.

Après avoir trop longtemps lu, je me rendis compte que le rendez-vous avec ma sœur était pour dans une dizaine de minutes, il fallait donc que je me dépêche d’y aller si je ne voulais pas me faire étriper. J’enfilais une veste en laine, un bon vieux jean et une grosse paire de chaussettes avant d’enfiler mes bottes en cuir. Je quittais les dortoirs, me rendant au rendez-vous que m’avait fixé ma sœur. Pendant que je m’y rendais, mon esprit était assailli de questions: pourquoi maintenant ? Et surtout de quoi allions-nous parler ? De sa nouvelle amourette avec Drago Malefoy ? De ses bonnes notes ? De sa bonne humeur liée à tout ce qui l’entourait ? Je n’en savais rien mais ce dont j’étais sûr c’est que j’allais encore passé mon temps à la décrypter à chercher la moindre petite faille pertinente qui pourrait me servir à en apprendre un peu plus, car je me doutais que ma sœur en savait bien plus que moi sur toute cette ambiance qui régnait à Poudlard depuis quelques temps. Je soufflais en pensant que ça allait être sympa mais en même temps assez tendu, parce que je savais que j’aurai moi-même du mal à rester tranquille avec toute cette agitation que je sentais au fond de moi ces derniers temps. Pas sûr que je ne parte pas au quart de tour sur n’importe quel sujet… Je verrai bien, même si je ne voulais pas que ma chère grande sœur en face les frais.

« Salut, sœurette. »

J'étais à peine arrivée dans la pièce, qu'elle m'avait aussitôt remarquée. Je lui souriais et lui répondis:

« Bonsoir grande soeur. »

Elle tourna la tête et me regarda avec un grand sourire m’invitant à s’asseoir face à elle. Je ne me fis pas prier. J’avançai à travers la pièce, resserrant mon gilet autour de moi et alla m’asseoir face à ma sœur bien-aimée. Je la regarda en souriant et lui demanda, même si je connaissais déjà la réponse:

« Comment tu vas ? Tout se passe bien avec Drago ? »

Je souriais, mais au fond de moi, j’avais une sorte de boule tiède qui me disait que je ne devais pas avoir tant d’appréhension, ni même une quelconque rancœur, mais j ne pouvais m’en empêcher.
Je n’ajoutais rien de plus, regardant par la fenêtre. Toutes les sensations de Daphné m’envahissaient, et je sentis cette douceur, celle de l’amour qui la berçait. Ça m’écœurait et pourtant je me sentais si bien. Mais j’avais autant envie de pleurer que de lui dire à quel point j’étais heureuse. J’étais tellement partagée…
Pour ne pas perdre contenance, je continuais:

« Sinon, tu me racontes quoi depuis la dernière fois que je t’aies croisée ? »
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Ven 22 Juin 2012 - 12:21

Astoria s'installa à la place que Daphné lui avait montré sans rechigner et les deux sœurs se retrouvèrent face à face. Étrangement, Daphné se sentit plutôt mal à l'aise de cela. C'était très rare qu'elle ne se sente pas bien face à Astoria mais pour le coup c'était bel et bien le cas. Elle se mordit la lèvre et détourna le regard. Ce n'était certes pas en regardant ailleurs que la jeune fille ne remarquerait pas le malaise de son ainée mais c'était déjà ça de gagner, du moins elle ne perdrait pas l'apparence de la sérénité. Les apparences... Elle savait bien à quel point tout ceci était stupide, surtout connaissant le don de sa sœur mais c'était comme ça qu'on l'avait élevé : en lui apprenant à conserver une certaine apparence en toute occasion et devant toute personne. Même quand cette personne pouvait savoir sans même un regard tout ce que vous ressentiez au plus profond de votre cœur.

Astoria reprit la parole, sur un ton plutôt léger, demandant à sa sœur comment elle allait et comment cela se passait avec Drago. Cette question n'aida pas la jeune fille à se calmer, au contraire. Elle savait qu'elle ne pouvait rien dire à ce sujet, même pas à sa petite sœur mais la situation du jeune homme était une source supplémentaire d'inquiétude pour elle, et il y avait de quoi. Cependant, cela devrait rester à tout jamais entre eux et ce n'était certainement pas à Daphné d'aller en parler à quelqu'un d'autre, peu importe la confiance qu'elle pouvait avoir en ces autres. Astoria sentirait certainement le trouble que sa question avait semé dans le cœur de sa sœur mais il serait hors de question qu'elle en sache plus. Tant pis si elle en conclurait certainement qu'elle n'était pas si heureuse que cela avec le blond.

Daphné prit une profonde inspiration et se concentra uniquement sur les moments heureux de sa relation avec Drago, qui étaient bien plus nombreux qu'on ne pourrait le croire. Les battements de son cœur semblèrent se calmer, elle se sentait un peu mieux et sincèrement heureuse. C'est donc sourire aux lèvres qu'elle releva les yeux vers sa sœur pour lui répondre, agissant comme si la plus jeune n'avait pas la moindre idée de ce qui se tramait à l'intérieur.

« Je vais très bien. Et tout se passe très bien avec Drago. Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie... »

Elle n'avait pas prévu de dire cela mais quand les mots furent prononcés, Daphné constata que ce n'était pas un mensonge, au contraire. Même si tout était loin d'être facile pour elle en ce moment, et qu'elle s'inquiétait énormément pour tout le monde, elle était plus heureuse qu'elle ne l'avait jamais été dès qu'elle se retrouvait avec le blond. Il n'était pas le plus romantique de tous mais quand ils étaient ensemble, Daphné se sentait toujours mieux, complète et apaisée malgré tout. Et elle sentait que lui aussi se sentait souvent mieux, plus tranquille, moins stressé bien que ses idées noires ne partaient jamais très loin. Un peu plus détendue, Daphné adressa un sourire sincère à sa sœur avant de lui retourner sa question.

« Et toi, ça va ? »

De nouveau, les yeux de Daphné se perdirent dans la contemplation de l'horizon s'étendant à sa gauche. Il n'était pas spécialement tard, le diner n'aurait lieu que dans une petite heure mais il n'y avait pas foule dehors, sans doute à cause de la température qui n'était pas encore remontée dans les positifs. Cela dit, vu que le mois de Janvier commençait à peine, c'était assez normal. De nouveau, la voix d'Astoria se fit entendre, tirant Daphné de sa rêverie. Au moins, la Serpentard était un peu apaisée, l'anxiété ne lui serrait plus le cœur. Cependant, elle ne voyait pas ce qu'elle pouvait répondre à la nouvelle question de sa sœur car rien de particulier ne lui était arrivé depuis la rentrée et ce seul évènement, Astoria le connaissait, comme tout le monde.

« Oh, tu sais...Les jours passent et se ressemblent. Aucun événement particulier ne vient troubler tout ça de mon côté... Et toi, du neuf ? »

Une conversation banale. Daphné ne s'était pas attendue à ça mais elle était rassurée. Tant que les questions d'Astoria ne creusaient pas plus loin, ça allait pour elle.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159


Dernière édition par Daphné Greengrass le Mer 4 Juil 2012 - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Lun 25 Juin 2012 - 12:30

Je venais de m’asseoir face à ma grande sœur, qui à mon plus grand soulagement, semblait détendue et plutôt bien. Je souriais, lui demandant:

« Comment tu vas ? Tout se passe bien avec Drago ? »

Elle mit un certain temps à me répondre. Je sentis son intérieur, qui au premier abord ma semblait clame et serein, se retourner vaguement, comme si elle essayait de me cacher quelque chose. Elle semblait réfléchir à ma question. Mais comment pouvait-on réfléchir sur ce genre de choses ? Ça me dépassait et je compris qu’elle s’inquiétait pour Drago. Peut-être était-ce la même source d’angoisse que celle que j’avais sentie plutôt malencontreusement chez le grand blondinet.
Après quelques instants, elle releva le regard vers moi, me souriant et me répondit:

« Je vais très bien. Et tout se passe très bien avec Drago. Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie... »

C’était la première fois que ma sœur me mentait clairement et qu’en plus, je me doutais du pourquoi du comment de son malaise. Malgré tout, je n’en tenais pas compte, laissant cela pour plus tard. Mais je ne la laisserai pas s’en sortir comme ça. Elle me mentait et je détestais ça. Vraiment ça me répugnait.
Peut-être y’avait-il une part de vrai dans ces paroles, mais malgré tout, je restais perplexe face à elle, cachant mon jeu habilement, lui souriant légèrement. Mais l’atmosphère commençait à nous tomber dessus, se rendant lourde, devenant irrespirable alors que cela n’avait jamais eu lieu entre nous deux.

« Et toi, ça va ? » me demanda-t-elle

Je la regardai sans rien dire pendant quelques suintants voulant lui répondre: « Ca irait mieux si tu ne te fichais pas de moi. » mais je me retins, ne voulant pas que tout de suite, l’historie parte en brouette alors que j’étais bien heureuse de pouvoir revoir ma sœur en tête à tête.

« Ca peut aller je te remercie. » lui dis-je en me remettant à fixer l’horizon, fourrant mes mains dans les poches de ma veste, trouvant pas hasard un paquet de cigarettes.

Je retins un sursaut d’étonnement, ne voulant pas que ma sœur grille quoi que ce soit. Si elle savait que je fume… Quoi que. Bon on verrait ça plus tard, l’important n’était pas ce vulgaire paquet qui faisait office de déstressant occasionnel mais plutôt à ma chère grande sœur.

« Sinon, tu me racontes quoi depuis la dernière fois que je t’aies croisée ? »

J’avais demandé ça au hasard, même si j’avais bien plus souvent de ces nouvelles qu’elle ne semblait le penser. À vrai dire, j’étais toujours au courant de tout, le monde de Poudlard était petit et j’étais la petit sœur à qui l’on racontait tous les malheurs que vivaient ma grande sœur, ainsi que tous les reproches quad on ne me voyait pas progresser alors qu’elle ne cessait de s’améliorer.
Mais je n’allais pas envier ma sœur, ce n’était pas mon genre et en plus, je savais qu’elle faisait tout ça pour notre famille. Elle avait du courage où je m’étais laissée couler.
Elle me répondit, me lançant sur une autre question.

« Oh, tu sais...Les jours passent et se ressemblent. Aucun événement particulier ne vient troubler tout ça de mon côté... Et toi, du neuf ? »

Je triturais mon paquet de clopes avec nervosité à l’abri dans ma poche et lui répondit cash, en ayant marre de me faire prendre pour une imbécile finie.

« Bin écoute, comme d’habitude, j’fais des conneries, je me fais choper allumer mais ça, tu commences à avoir l’habitude avec moi.
Par contre, y’a un truc qui est différent par rapport à d’habitude… »
dis-je en plantant mon regard dans le sien.

Je n’allais pas la laisser s’en tirer si simplement.

« Daphné, me prend pas pour une ignorante, tu sais très bien que tu ne peux pas me mentir, alors vas-y, dis-moi ce qui ne va pas ! Je déteste au plus haut point quand tu me mens et tu ne le fais jamais vraiment d’habitude, mais là c’est sérieux ! Y’a un truc qui cloche ! »

Je la fixais, les yeux brillants d’une étincelle de sincérité et en même temps de détermination. Je n’allais pas la lâcher, j’étais la plus têtue de nous deux, elle ne pouvait rien. Je ne la laisserai pas sortir sans savoir le pourquoi du comment.
Elle ne disait rien, je sentais que son intérieur se retournait au fur et à mesure que les secondes passaient. J’étais furieuse.

« Qu’est-ce qu’il y a à la fin ?! » lui lançais-je en criant à moitié.

J’étais hors de moi, je ne supportai pas que l’on se fiche de ma tête comme ça. Même si je savais bien que j’allais me faire enguirlander après, je sortis une clope, l’alluma avec mon briquet fétiche et tira une longue taffe. Je rangeais le paquet dans ma poche ainsi que le briquet.
Je ne perdais pas de vue mon objectif: la faire parler à tout prix. J’y arriverai, elle ne pouvait rien me cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Mer 27 Juin 2012 - 22:04

Astoria ne semblait pas particulièrement convaincue par les réponses de sa sœur mais elle resta silencieuse à ce sujet, se contenant de coup d'œils vers sa sœur qui n'en menait pas large. Elle connaissait bien sa cadette et il n'était pas dans ses habitudes de rester aussi calme et aussi tranquille alors qu'elle devait savoir parfaitement que Daphné n'était pas totalement honnête avec elle. Les deux jeunes filles restaient face à face, se parlant comme si de rien était alors que le malaise était palpable.

Aux gestes de sa sœur, Daphné voyait bien que celle-ci commençait à se stresser. Elle devait être en colère, elle voyait ses mains remuer dans ses poches et pourtant elle ne disait rien. Ce silence et ces réponses polies n'arrangeaient en rien le malaise de Daphné qui se disait que ce n'était vraiment pas normal. En fait, elle allait même jusqu'à se sentir d'autant plus mal. Ce n'était pas Astoria. Peut-être qu'elle aussi n'allait pas bien ces temps-ci, et Daphné n'avait rien remarqué, trop occupée avec ses propres problèmes. Si c'était réellement le cas, elle ne se le pardonnerait jamais.

Daphné attendit encore une seconde avant d'ouvrir la bouche pour oser poser la question à sa sœur, lui demander si elle était sûre que tout allait bien pour elle mais c'est ce moment que choisi Astoria pour redevenir elle-même et dire ce qu'elle avait à dire sans prendre de pincettes. Même si elle se sentait un peu honteuse, Daphné n'en fut pas moins soulagée de retrouver celle qu'elle connaissait, avec laquelle elle savait comment agir.

Le discours d'Astoria pénétra l'esprit de sa sœur qui baissa les yeux, honteuse et mal à l'aise. Elle ne mentait pas à Astoria par plaisir mais parce qu'elle le devait. Enfin... Le devait-elle vraiment ? Oui, bien sûr que oui, elle n'avait pas le droit d'en douter. Sa sœur était encore trop jeune pour vivre tout ça, autant qu'elle-même l'était. Et cette année était trop importante, avec les BUSEs pour que Daphné la fasse stresser encore plus pour des choses pour lesquelles elle ne pourrait rien faire de toute façon. Daphné vivait déjà avec tout ce qu'elle savait chaque jour et avait du mal à s'y faire, elle ne pouvait décemment pas partager cela avec sa sœur, c'était trop injuste. Et ça ne changerait absolument rien. Il était du devoir de l'ainée de protéger sa cadette de toutes ces histoires ignobles.

Daphné prit une profonde inspiration et releva les yeux vers sa petite sœur qui continuait son petit speech en concluant que quelque chose clochait. Elle n'imaginait pas à quel point elle avait raison à cela près que tout clochait. En croisant le regard de sa sœur, Daphné fut surprise et heureuse à la fois. Cette lueur de détermination qui brûlait dans ses prunelles, elle la connaissait par cœur puisqu'elle habitait souvent les siennes. Les deux sœurs étaient très différentes sur bien des points mais elles se ressemblaient parfois tellement sur d'autres que c'en était choquant. Et cela agaçait d'ailleurs souvent Enora qui se retrouvait avec deux terreurs inséparables sur les bras. Elles avaient souvent fait tourner leur mère en bourrique étant plus jeune. Daphné était très fière de voir sa sœur assise face à elle avec cette détermination dans le regard, elle admirait sa force.

Finalement, Daphné s'apprêtait à répondre quand Astoria sortit enfin ses mains de ses poches, mains qui n'étaient plus vides puisque l'une tenait une cigarette et l'autre un briquet. Daphné fut légèrement effarée de voir sa sœur s'allumer une clope avec autant de naturel. Depuis quand elle fumait, celle-là ? Elle lui lança un regard noir.

« Tu fumes, maintenant ? C'est du beau, ça ! Tu as intérêt à faire attention que Papa et Maman ne l'apprennent pas ! »

Daphné ne se permit cependant pas de se montrer plus sévère. Déjà et d'une parce qu'elle ne savait absolument pas que les cigarettes étaient mauvaise pour la santé mais aussi et surtout parce qu'elle jugeait qu'il aurait été un peu hypocrite d'engueuler sa sœur pour quelque chose qu'elle faisait elle-même. Certes, elle n'avait commencé que depuis quelques semaines, et à cause de Dray en plus, mais c'était suffisant pour ne pas donner de leçon aux autres. D'autant plus que grâce à certaines fréquentations, elle était allée bien plus loin qu'une simple clope de temps en temps. Elle pouvait parfaitement comprendre qu'Astoria puisse avoir besoin de cela pour se détendre pour le moment, elle n'insista donc pas. En revanche, il fallait qu'elle réponde quelque chose à propos du reste.

« Pour ce qui est du reste... Écoute, Astoria, je ne veux pas que tu te préoccupes de tout cela pou le moment. Tu as bien mieux à faire pour l'instant, comme t'occuper de tes propres soucis et passer tes BUSEs, le reste viendra bien assez vite. »

Daphné avait des doutes mais avec un peu de chance, Astoria se laisserait convaincre avec seulement ça... Elle lui lança un regard assuré et ajouta :

« Je m'occupe des sales histoires, occupes-toi d'aller bien. »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159


Dernière édition par Daphné Greengrass le Mer 4 Juil 2012 - 14:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Ven 29 Juin 2012 - 19:47

« Sinon, tu me racontes quoi depuis la dernière fois que je t’aies croisée ? »

Pourquoi avais-je posée cette question ? Elle était totalement stupide. En plus, je savais bien qu’elle ne me dirai rien de plus que des banalités. Mais moi je m’en contrefichais des banalités, je voulais savoir ce qui la tracassait elle, au plus profond de son être, ce qui la rendait ainsi. Elle n’était pas comme à l’accoutumée. Non, j’avais l’impression qu’elle me cachait des choses pour que je ne sois pas inquiète, sauf que là, le seul effet que ça eut, c’est justement de m’inquiéter. De plus, elle me connaissait depuis toujours et moi aussi, alors elle savait très bien que mon don ne me permettrait pas de laisser passer quelque chose d’aussi gros qu’un mensonge.
C’était n’y plus rien comprendre. Je me sentais trahie. Totalement délaissée par celle qui m’avait toujours montré le bon chemin, même si je ne l’avais jamais vraiment suivi, ne voulant as rester dans l’ombre d’une sœur tellement parfaite que le sourire le plus crédule faisait tout de suite pensé à la parfaite épouse amoureuse. Alors pourquoi essayait-elle de changer quelque chose pour se protéger ou protéger je ne sais qui d’un mal qui n’était pas commun à ce que j’avais l’habitude de voir. Tout simplement parce que c’était pas sœur, celle que je ne voudrais jamais perdre, et surtout pas pour une quelconque raison superflue et invraisemblable.

« Oh, tu sais...Les jours passent et se ressemblent. Aucun événement particulier ne vient troubler tout ça de mon côté... Et toi, du neuf ? » me répondit-elle

Le paquet de clopes que j’avais dans ma poche me servait de déstressant en attendant de voir n peu ce qui pourrait être une début de vérité dans cette aura de mensonge qu’elle éjectait autour d’elle. Je le tournais dans tous les sens, à l’abri du regard de ma sœur, ne voulant pas tout de suite passer aux choses complexes. Je voulais voir si la vérité sortirai seule de sa bouche ou bien s’il fallait que j’aille la chercher moi-même.
Malgré tout, j’entrepris de me blinder pour parer à toute éventualité de ce qui allait sortir de la bouche de Daphnée une fois mon speech balancé avec sévérité et sincérité.

« Bin écoute, comme d’habitude, j’fais des conneries, je me fais choper allumer mais ça, tu commences à avoir l’habitude avec moi.
Par contre, y’a un truc qui est différent par rapport à d’habitude… »


Je plantais mes yeux dans les siens, l’air déterminé, mon cœur battant à toute allure. Mon cerveau ne réfléchissait plus, mon corps respirait l’anarchie de l’énervement et je n’avais qu’une envie, en finir maintenant.

« Daphné, me prend pas pour une ignorante, tu sais très bien que tu ne peux pas me mentir, alors vas-y, dis-moi ce qui ne va pas ! Je déteste au plus haut point quand tu me mens et tu ne le fais jamais vraiment d’habitude, mais là c’est sérieux ! Y’a un truc qui cloche ! »

Hors de moi, je l’étais plus que jamais. Le paysage intérieur de ma sœur se brouilla, virant subitement à l’instabilité. Moi, je ne pouvais plus rien contrôler bien trop lancée, même si je sentais que la réplique de ma sœur n’allait pas tarder. Je voulais ne rien lâcher, ne laissant pas ma chance de savoir passer, même si elle ne me dirait certainement rien.

« Qu’est-ce qu’il y a à la fin ?! »

Je sortis une cigarette de mon paquet, l’alluma avec nervosité, j’étais de plus en plus tendue, il me fallait un tuc qui me permettrait de faire s’évader mes nerfs avant que je n devienne une réelle bombe à retardement.
Et évidemment, la première chose qu’elle trouva à me dire, ce fut seulement ça:

« Tu fumes, maintenant ? C'est du beau, ça ! Tu as intérêt à faire attention que Papa et Maman ne l'apprennent pas ! »

Je n’en revenais pas, j’allais péter un câble si elle continuait ainsi et elle le savait éperdument. Elle marqua une petite pause, avant de reprendre, d’une voix qui était trop calme pour être réelle:

« Pour ce qui est du reste... Écoute, Astoria, je ne veux pas que tu te préoccupes de tout cela pou le moment. Tu as bien mieux à faire pour l'instant, comme t'occuper de tes propres soucis et passer tes BUSEs, le reste viendra bien assez vite. »

Non mais celle-là c’était la meilleure. Que je me préoccupe de moi avant de m’occuper d’elle. Elle voulait qu’on se voit, elle savait très bien que j’allais tout cramer et elle me disait de m’occuper de mes affaires. Non mais elle se fichait de la tête de qui là ?

« Je m'occupe des sales histoires, occupes-toi d'aller bien. » dit-elle d’un air assuré

Je continuais de fumer, descendant ma cigarette à vue d’œil, et alors qu’elle venait de finir sa phrase, je me levais d’un bond ne tenant plus en place. Je me mis à marcher d’un pas mal-assuré, presque chancelante tellement l’énervement me rendait folle.
J’allais péter un câble en moins de deux minutes si elle s’afférait à ne rien me dire.

« Bon écoute Daphné, commençais-je d’une voix que j’essayais de garder calme au maximum, je ne vais pas rester zen très longtemps si tu fous de ma tête comme ça encore interminablement. Alors arrête avec tes prétextes aussi stupides les uns que les autres et crache moi le morceau une bonne fois pour toute, sinon je te jure que ça va très mal se passer. »

Plus j’avais prononcé de mots, et plus ma voix était secouée par les spasmes du mécontentement. Je m’étais retourné pour la regarder en face, un air noir sur le visage, les doigts tremblants à moitié, et fumant le peu de tabac qu’il restait à ma cigarette pour continuer de brûler.
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Mer 4 Juil 2012 - 15:33


Daphné regardait d'un mauvais œil sa petite sœur fumer à une vitesse impressionnante, tant et si bien qu'elle avait quasiment terminé sa cigarette quand Daphné eut lâché sa dernière réplique. En temps normal, elle lui aurait passé un savon pour ça mais actuellement, elle était plutôt tentée à lui demander si elle aussi pouvait avoir une clope et à fumer avec elle pour se calmer un peu. Cependant, cela ne semblait pas vraiment détendre Astoria qui semblait furieuse -et encore, le mot est faible- tandis qu'elle se levait d'un bond pour faire les cent pas dans la pièce sous l'œil coupable de sa grande sœur. Enfin, elle s'autorisa à reprendre la parole, luttant clairement pour garder son calme.

Daphné l'écoutait en évitant de la regarder dans les yeux, gardant ceux-ci baissé dans une expression coupable. Chacun des mots d'Astoria lui donnait envie de tout lui dire mais hélas elle ne pouvait pas faire ça, qu'elle le veuille ou non. Bien entendu, il était clair que jamais la jeune fille n'accepterait cette réponse et elle continuerait de s'énerver jusqu'à ce qu'elle décide finalement d'abandonner sans oublier d'en vouloir vraiment à Daphné. Malheureusement cette dernière avait promis aussi bien à leur père qu'à Drago qu'elle ne dirait rien et elle n'était pas du genre à rompre une promesse surtout quand elle portait sur un sujet aussi grave. Pourtant, perdre sa sœur de cette manière, même si c'était pour la protéger, lui apparaissait comme impossible, insurmontable.

Quand Astoria eut enfin terminé de lui crier dessus, Daphné inspira profondément et ferma les yeux l'espace de quelques secondes, pesant le pour et le contre dans sa tête. Même sous la torture, elle ne dirait rien à propos de Drago, tant pis si Astoria devait lui en vouloir à tout jamais pour cela, risquer la vie de toute la famille Malefoy pour qu'Astoria cesse de lui faire la tête était bien trop dangereux et elle refusait de prendre cette responsabilité. En revanche, lui parler de ce qui se passait pour Lennox n'était pas aussi grave même si cela risquait de provoquer encore une réaction assez violente chez la jeune fille. C'était décidé, elle ne lui parlerait que de cela, de toute façon c'était un sujet assez épineux pour justifier qu'elle ressente autant d'inquiétude et ça suffirait sans doute à apaiser Astoria. Enfin, du moins sur le fait que sa sœur ne se fichait pas d'elle.

« Très bien...calme-toi, je vais tout te raconter. »

Daphné prit une nouvelle profonde inspiration avait de se lancer.

« Au début de l'année, j'ai rencontré cette fille, Luna Lodwick, c'est une Serdaigle. On a beaucoup discuté et elle m'a avoué qu'elle se posait des questions à propos de son oncle, un ancien Auror maintenant mort, il semblerait qu'il jouait un double-jeu et qu'il était en fait un Mangemort. J'ai proposé de l'aider à découvrir le fin mot de l'histoire alors j'ai commencé à poser des questions à notre père et... »

Elle marqua une pause, incapable de prononcer les mots les plus importants de toute cette confession. Cela l'avait énormément effrayé et énervé quand elle avait elle-même appris la vérité sur ce sujet, elle avait donc peur de la réaction d'Astoria. Pourtant, il fallait bien qu'elle parle, que ce secret soit dévoilé une bonne fois pour toute.

« Nous avons échangé des lettres pendant quelques semaines dans lesquelles je lui posais des questions auxquelles il s'efforçait de toujours me répondre honnêtement, tu sais comment il est... Enfin, bref, une chose en amenant une autre je lui ai finalement posé cette question qui me pesait depuis un moment : pourquoi est-il devenu un Mangemort ? »

Cela, elle ne l'avait jamais compris avant qu'il ne lui donne la réponse dans cette lettre. C'était une chose qui l'avait dépassé très longtemps. Lennox avait beau être un sorcier au sang pur, très pur même, il n'avait jamais montré la moindre envie d'exterminer tous les moldus et les né-moldus de la planète. C'était un homme droit et juste, tolérant. Et jamais il n'avait appris à ses filles à haïr des hommes parce que leur sang n'était pas aussi pur que celui des Greengrass. Elle s'était sentie trahie lorsqu'elle avait compris que la Marque des Ténèbres reposait désormais sur le bras de l'homme qu'elle admirait le plus au monde, jusqu'à ce qu'elle apprenne, enfin, la vérité.

« La vérité c'est que... qu'on l'a menacé. Des Mangemorts l'ont menacé de s'en prendre à nous deux et à Maman. Ils lui ont fait comprendre très clairement que la place d'un homme de son rang et d'une position aussi élevée que la sienne au sein du Ministère était dans les rangs des Mangemorts et qu'il ne pouvait pas refuser s'ils nous aimaient vraiment toutes les trois. »

Finalement, Daphné avait cessé de fuir le regard de sa sœur et la regardait à présent dans les yeux tandis qu'elle lui avouait enfin le fin mot de l'histoire. Astoria devait sans doute ressentir la peur, la tristesse, la colère et l'inquiétude de sa grande sœur, autant de sentiments avec lesquelles l'aînée se battait depuis des semaines maintenant. Pourtant, aucune solution ne lui semblait efficace. Lennox ne disposait d'aucune preuve de ces menaces, aucune Mangemort ne lui avait envoyé de lettre pour proférer ces menaces, tout s'était déroulé par conversation et désormais le sceau mortel reposait sur son bras. Si jamais Voldemort ne l'emportait pas, leur père irait droit en prison car personne ne croirait jamais à cette histoire. Ce n'était certainement pas à une jeune fille de seize ans de réfléchir à un moyen d'éviter ça pourtant elle y pensait chaque jour, cherchant un plan pour obtenir à rassembler des preuves en faveur de son père.

« Je ne t'en ai jamais parlé car je ne voulais pas que tu te sentes aussi mal que moi pour cette histoire. Je sais que c'est stupide, excuse-moi, je cherchais seulement à te préserver et te protéger. Je sais que tu n'es plus une enfant et que tu es assez forte pour accuser le coup mais tu restes ma petite sœur, je ne veux pas que le moindre mal te touche. Pardon... »









Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Jeu 12 Juil 2012 - 21:23

C’était incroyable comme tout à coup je pétais le feu. Pardonnez-moi l’expression, mais tout de même, ce n’était pas banal comme discussion. Voir sa grande sœur, son modèle vous mentir ouvertement alors qu’elle sait bien évidemment que vous possédez le don d’empathie, c’est quand grotesque. Du moins, je trouvais cette situation particulièrement désagréable et je n’avais qu’une envie, lui cracher tout ce que je pensais et sentais au visage.
C’est ce que je fis d’ailleurs au bout de quelques minutes, n’en pouvant plus de la voir me mentir à tout bout de champs comme cela. J’avais une seule envie : exploser quelque chose. Non je ne pouvais pas le faire sur elle-même si la trahison qu’elle m’avait infligée n’avait pas manqué de me donner des envies e meurtres sur qui que ce soit qui croiserait ma route, y compris elle. Cela faisait bien longtemps que je n’avais perçu une si grande haine dans mon corps qui était totalement envahi sous les ressentiments des autres. Pour une fois, c’était bien ma colère qui résonnait dans mon être. Malgré tout, je me contrôlais au maximum, ne voulant pas passer pour l’hystérique de service même si je savais bien que ce rôle était déjà largement rempli.

« Qu’est-ce qu’il y a à la fin ?! »

Oui j’étais hors de moi, tellement hors de moi que j’avais à moitié crié sur ma sœur et qu’en plus de cela, j’avais allumé une cigarette, commençant à la fumer avec empressement, devant ma sœur qui n’était véritablement au courant que je me permettais de telles choses. Après tout, à chacun ces mensonges. Les miens étaient petits, les siens plus voyants qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. La comparaison était donc tout simplement impossible entre nous deux. Elle était le jour, j’étais la nuit. Elle était la joie de vivre, j’étais plutôt l’obscurité de l’Humanité en personne.
Daphné avait pris une grande inspiration avant de m’enguirlander à demi-mot pour mon comportement de fumeuse, ce à quoi je ne prêtais guère attention. Non ce fut plutôt les paroles qui suivirent qui m’ennuyèrent profondément. Elle me traitait encore comme un bébé et cela je m’en rendais bien compte surtout quand elle me dit, après m’avoir annoncé que je devais d’abord m’occuper de moi avant de m’occuper des autres, c qui dans mon cas était plutôt ironique, elle affirma qu’elle s’occupait des : « sales histoires » comme elle le disait.
Bien évidemment, je ne l’entendais pas de cette oreille et lui fit comprendre rapidement, m’exprimant malgré tout, avec le plus grand calme possible, ce qui était à ce moment même, chose compliquée.

« Bon écoute Daphné, commençais-je d’une voix que j’essayais de garder calme au maximum, je ne vais pas rester zen très longtemps si tu fous de ma tête comme ça encore interminablement. Alors arrête avec tes prétextes aussi stupides les uns que les autres et crache moi le morceau une bonne fois pour toute, sinon je te jure que ça va très mal se passer. »

Elle ferma les yeux, expirant bien trop fortement à mon goût. Je sentais son être se tourner et se retourner comme pour peser le pour et le contre. Oui toute cette agitation ne prédisait pas forcément la bonne issue : en effet, soit elle me dirait la vérité, soit elle réfléchissait à un plan pour me faire abandonner, voire les deux. Il fallait que je clame mes nerfs qui me faisaient tremble comme une feuille, et je jetai mon mégot pas la fenêtre me rapprochant de Daphné au maximum, pour être sûr de bien comprendre ce qui doit être compris. Celle-ci commença d’un ton presque découragé :

« Très bien...calme-toi, je vais tout te raconter. »

Elle décidait enfin d’être raisonnable. Je sentais peu à peu le stress s’évaporer de son corps, comme si cette solution la soulageait quelque part. Je souris, ne peinant pas à comprendre que j’allais obtenir une grande partie de ce que je voudrais puisque je me doutais que, au sentir des quelques résidus d’amertume de son intérieur, que tout ne serait malgré cela pas dit.
Je me posais donc plus calmement face à elle avant qu’elle ne commence :

« Au début de l'année, j'ai rencontré cette fille, Luna Lodwick, c'est une Serdaigle. On a beaucoup discuté et elle m'a avoué qu'elle se posait des questions à propos de son oncle, un ancien Auror maintenant mort, il semblerait qu'il jouait un double-jeu et qu'il était en fait un Mangemort. J'ai proposé de l'aider à découvrir le fin mot de l'histoire alors j'ai commencé à poser des questions à notre père et... »

Des frissons commençaient à parcourir mon corps. Je n’étais pas bien su de tout comprendre là. Je la fixais avec attention, ne ratant pas un mot de ce qui sortait de sa bouche avant qu’elle ne continue son histoire.

« Nous avons échangé des lettres pendant quelques semaines dans lesquelles je lui posais des questions auxquelles il s'efforçait de toujours me répondre honnêtement, tu sais comment il est... Enfin, bref, une chose en amenant une autre je lui ai finalement posé cette question qui me pesait depuis un moment : pourquoi est-il devenu un Mangemort ? »

Sans trop savoir pourquoi, je me doutais de la réponse qui allait suivre dans les mots de Daphné puisque son être se mettait sans dessus dessous comme pour me montrer l’agitation des premiers instants qui l’avaient possédés et qui la possédaient encore maintenant.

« La vérité c'est que... qu'on l'a menacé. Des Mangemorts l'ont menacé de s'en prendre à nous deux et à Maman. Ils lui ont fait comprendre très clairement que la place d'un homme de son rang et d'une position aussi élevée que la sienne au sein du Ministère était dans les rangs des Mangemorts et qu'il ne pouvait pas refuser s'ils nous aimaient vraiment toutes les trois. »

Je pris une sorte de massue sur la tête. Papa était devenu Mangemort, ça encore s’était plausible, mais à cause de cela… C’en devenait incroyablement dégueulasse. Il y avait donc un gros complot qui se montait quelque part. Je ne rêvais pas en sentant une sorte de tension monter petit à petit, même au sein de l’école. Certes la vie n’était pas une gentille cour de récréation pour les enfants, mais tout de même, ce genre de pratiques me dégoûtait au plus haut point.

« Je ne t'en ai jamais parlé car je ne voulais pas que tu te sentes aussi mal que moi pour cette histoire. Je sais que c'est stupide, excuse-moi, je cherchais seulement à te préserver et te protéger. Je sais que tu n'es plus une enfant et que tu es assez forte pour accuser le coup mais tu restes ma petite sœur, je ne veux pas que le moindre mal te touche. Pardon... »

Je souriais légèrement, la regardant fixement alors qu’elle soutenait enfin mon regard qu’elle n’avait pas croisé depuis le début de son récit. Ok, c’était dur mais tout de même, je pense qu’elle ne réalisait pas à quel point j’étais bien plus confronté à toute la vie douloureuse des Hommes que n’importe quelle personne de cette école.
Je décidais d’ailleurs de lui dire, la voix un peu lasse :

« Ca fait bien longtemps que je ne suis plus protégée de quoi que ce soit malgré tout le mal que tu te donnes grande sœur. Merci quand même, ça me touche. »

Je m’étais apaisée, sentant l’aura toujours aussi bienfaitrice de Daphné. Je craignais certes beaucoup de malheurs possibles, mais je savais ne la regardant qu’avec elle, tout pourrait être surmonté. Elle m’avait presque élevé plus que n’importe qui, me pardonnant chacune de mes frasques, me réconfortant sans rien demander en retour. Elle était une grande sœur en or, mais je me rendais compte que plus le temps passait, moins j’avais l’occasion de la protéger comme j’aurai toujours voulu le faire. Peut-être qu’un jour je lui serai vraiment utile…
Revenir en haut Aller en bas
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   Ven 13 Juil 2012 - 16:24


Voilà, elle avait tout dit, tout lâcher. Et elle se sentait bien mieux, à vrai dire. Mentir à Astoria ne lui avait jamais fait plaisir mais elle savait parfois reconnaître quand il le fallait et s'y résoudre. Sur ce sujet, elle avait peut-être fait une erreur, peut-être que lui cacher les choses n'était pas la meilleure solution. Après tout, elle était assez grande pour comprendre et même si ce n'était pas le cas, elle ne serait pas plus préservée que les autres par la guerre qui approchait et tout ce que cela apporterait. Que Daphné le veuille ou non, Astoria serait là, elle vivrait cela avec elle et il valait mieux ne pas l'énerver et perdre ainsi sa plus grande alliée.

Cette révélation avait beau être une horreur pour l'aînée, Astoria sembla s'apaiser instantanément lorsqu'elle fut faite. Était-ce seulement le mensonge qui la dérangeait et pas le fait qu'une menace pèse sur les épaules de leur famille ? C'était une chose que Daphné ne pouvait pas comprendre bien qu'elle soit en même temps contente de voir que sa petite sœur ne s'inquiétait pas trop, ce qu'elle avait craint au moment de lui révéler. Oh bien sûr, l'inquiétude viendrait surement plus tard mais pour le moment elle était apaisée et soulagée et Daphné aussi. A tel point que ce devait être la seule émotion qu'Astoria devait parvenir à capter car elle n'ajouta rien d'autre, se contentant de remercier sa grande sœur. Elle ne sentait donc pas qu'autre chose la tracassait et c'était tant mieux car jamais Daphné ne parviendrait à lui mentir, elle venait d'en avoir la preuve et hélas elle ne pouvait pas se permettre de parler des soucis de Drago, c'était une promesse qu'elle lui avait faite.

Daphné expira lentement, lâchant dans in souffle toute la pression qu'elle ressentait depuis des jours, des semaines, des mois maintenant. Elle n'y avait jamais pensé avant ce soir mais elle commençait à se dire que tout ceci était peut-être trop pour une seule personne comme elle, qu'elle n'était peut-être pas assez forte pour supporter tout ceci. Au mois elle pouvait toujours compter sur sa sœur pour l'aider et pour l'accompagner dans les moments difficiles et sur Théo qui aurait fait n'importe quoi pour elle. C'était apaisant de savoir que malgré toutes les difficultés que la vie mettrait sur son chemin, il y aurait toujours au moins deux personnes au monde qui ne la trahirait jamais et qui ne lui ferait jamais de mal. Sans compter sur ses parents. Sans sa famille, aucun doute qu'elle serait perdue depuis longtemps.

Tout avait été dit mais la jeune fille se sentait encore un peu sur les nerfs. C'était beaucoup à dire d'un coup. Elle osa un regard timide vers Astoria, hésitant à lui faire part de l'idée qui lui traversait l'esprit. Bien sûr, elle savait que la Serpentard ne la trahirait pas, surtout pas sur ça mais elle se sentait quand même un peu coupable de ne pas lui donner le bon exemple. Enfin, de toutes façons au point où elles en étaient...

« Tu m'offres une cigarette ? » demanda-t-elle finalement.

Daphné était bel et bien en train de glisser sur la mauvaise pente, en ce début d'année : cigarette, drogue, fricotage avec un Mangemort et complotage à l'abri des oreilles indiscrètes. Ce n'était peut-être pas visible aux yeux de tous mais peu à peu un voile sombre commençait à recouvrir sa personne, la plongeant doucement dans des eaux troubles et dangereuses où il lui faudrait un peu plus que de l'endurance pour nager sereinement.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sister Power [Pv Daphnée]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sister Power [Pv Daphnée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» [Power Down] La liberté s'allume dans les ténèbres...
» [Photoshop][Difficile]The Power Sign'

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Septième Étage et Tours :: Tours de Cours :: Tour d'Astronomie-