- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Sam 16 Juin 2012 - 1:20


Playlist du RP
Samedi 11 Janvier 1997
Balade en forêt - Tryo



Sur la pointe des pieds, Daphné monta les dernières marches menant à la tour d'astronomie, l'endroit qu'elle avait choisi pour se réfugier ce soir. Être la meilleure amie et la petite amie des Préfets de Serpentard apportaient certains avantages, comme celui, par exemple, de connaître leur tours de ronde et le périmètre dont ils devaient s'occuper chaque fois qu'ils étaient de corvée. Elle n'avait qu'à demander pour être tenue au courant. En l'occurrence, ce soir, elle avait posé la question à sa meilleure amie puisque le but était de coincer Drago avant qu'il ne finisse sa ronde et qu'il ne s'échappe encore Merlin sait où et qu'elle ne le revoit pas jusqu'au lendemain. Certes il devait se débrouiller avec cette fameuse horrible mission secrète confiée par Lord Voldemort mais cela ne l'exemptait pas de prendre au moins une soirée de repos de temps en temps. Elle avait attendu quelque fois depuis le début de leur relation, patiemment, dans la salle commune des Serpentads que Pansy et lui reviennent de leurs rondes mais à chaque fois, sa meilleure amie était revenue seule, affirmant qu'elle ne savait pas où se trouvait Drago. Il passait de plus en plus de temps à se préoccuper de cette histoire, oubliant un peu tout le reste.

Certes, il n'avait certainement pas mieux à penser pour le moment que trouver un moyen de sauver sa vie et celle de sa famille, ça elle l'avait bien compris. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle avait tenu sa promesse tout ce temps et qu'elle n'avait fait aucun commentaire au sujet de ses nombreuses escapades nocturnes, qu'elle n'attendait même pas qu'il rentre à moitié endormie dans le fauteuil de la Salle commune, qu'elle ne posait aucune question et ne disait rien du tout. Mais elle s'était dit que cela ne lui ferait pas de mal de faire une pause un soir, de se détendre et de ne pas penser à tout cela. Au moins une fois, une seule petite soirée. Et il fallait avouer aussi que pour cette fois, c'est elle qui avait besoin de lui, de passer du temps avec lui et de sentir qu'il tenait un peu à elle.

Car depuis son retour à Poudlard, si elle faisait mine d'aller bien devant tout le monde, offrant le visage heureux qu'il était de circonstances d'aborder -et après tout, ce n'était pas un masque, elle était vraiment heureuse- elle était aussi profondément inquiète à propos de tout ce qui allait arriver désormais. L'idée de son père Mangemort l'inquiétait, l'idée de son petit-ami Mangemort l'inquiétait, l'idée de ses parents laissés sans protections dans une communauté que le Ministère ne parvenait plus à protéger l'inquiétait, l'idée que la guerre ne tarderait plus à être vraiment déclarée l'inquiétait. Et elle se sentait souvent seule, manquant de cette affection que lui avait offert sa famille pendant deux longues semaines. Elle avait bien essayé de se rapprocher d'Astoria mais sa petite sœur était trop occupée avec les BUSEs et ses propres inquiétudes et elles n'étaient parvenues à trouver un rendez-vous que pour dans quelques jours.

Alors, autant pour elle que pour le jeune homme, Daphné avait demandé à Pansy qu'elle lui dise où et quand exactement elle pourrait trouver Drago au cours de cette ronde et elle se trouvait maintenant dans la tour d'Astronomie, assisse à califourchon sur le rebord de la fenêtre, attendant patiemment son petit-ami qui aurait du visiter cette pièce pour s'assurer qu'elle était vide dans une vingtaine de minutes environ. De quoi lui laisser le temps de se détendre un peu par elle-même avant qu'il n'arrive. Au moins, s'il refusait et exigeait qu'elle retourne dans leur salle commune pendant qu'il irait passer une autre nuit blanche à un endroit ou un autre du château, elle aurait au moins eu le temps de se détendre un peu, elle.

Elle farfouilla quelques minutes dans son sac avant de parvenir à en sortir une boite en argent rectangulaire, décorée très finement de motifs végétaux gravés dans l'argent. Elle ouvrit la boite qui révéla rangés à l'intérieur, six petits cylindres de papier blanc/grisâtre ressemblant à s'y méprendre à cette cigarette que Dray lui avait fait fumer ici-même au début du mois de Décembre
à cela près qu'eux semblaient avoir été fait à la main. Et c'était effectivement le cas puisque Daphné elle-même les avait fabriqués avec du papier à rouler, un morceau de carton, et du tabac mélangé à du cannabis. Elle s'empara de l'un des cylindres qu'elle cala contre son oreille droite et chercha sa baguette dans l'immense bazar que représentait son sac. Lorsque ce fut chose faire, elle coinça le joint entre ses lèvres et l'alluma à l'aide de sa baguette avant de tiré une longue bouffée qu'elle garda quelques temps dans ses poumons avant de recracher la fumée doucement en l'air, prenant tout le temps qu'il fallait. A la voir ainsi faire, on aurait dit qu'elle fumait depuis des années.

En fait, elle ne s'y était même jamais vraiment mise. La seule et unique cigarette de toute sa vie remontait à cette soirée avec Dray dans cette pièce. Après quoi elle n'avait plus retenté l'expérience. Cependant, une réception barbante à mourir avait été organisée chez les Urquhart pendant les vacances de Noël et Daphné avait été forcée de s'y rendre et, afin de ne pas mourir d'ennuis avec les autres, James, le fils ainé de la famille Urquhart qui s'avérait être aussi le Capitaine de l'équipe de Quidditch de Serpentard et l'ex petit-ami de Daphné, l'avait emmené faire un tour dehors s'était mis à fumer un « bédo » comme il disait. Déjà quand ils sortaient ensemble, James fumait souvent ce genre de choses quand il voulait passer le temps lors des longues réceptions de ses parents mais Daphné n'avait jamais été intéressée pour le suivre là-dedans tout simplement parce qu'il ne le lui avait même jamais proposé. En général, il s'enfuyait seul de ces soirées et la laissait elle faire l'hibiscus dans la grande salle de réception du château de ses parents.

Mais au cours de cette dernière soirée, il avait eu la gentillesse de l'emmener avec lui et de l'initier à cette pratique, et étrangement, Daphné avait accepté sans hésiter. Avant que Rusard ne les retrouve et leur colle une retenue, fumer une clope avec Dray s'était avéré être un moment certes très bizarre mais aussi vraiment agréable et apaisant. De fait, elle n'avait pas vu de bonne raison de refuser lorsque James lui avait assurer que ce serait encore mieux. Et il avait eu raison, c'était bien mieux. Elle n'en était pas devenue accro pour autant mais avait fini par apprécier de fumer en de rares occasions pour se détendre, se sentir mieux un moment même si ce n'était qu'un court moment et qu'une illusion due à la drogue. James s'assurait de lui fournir ce dont elle avait besoin quand elle en avait besoin. Et en fait, depuis cette soirée avec lui chez ses parents, elle n'avait fumé qu'une seule fois. Ce soir était la troisième fois de toute sa vie.

Elle tira une seconde bouffée, rejetant la tête en arrière et fermant les yeux tandis que la fumée acre descendait jusqu'à ses poumons. Entre-ouvrant à peine les lèvres, elle fit jouer sa mâchoire pour laisser la fumée s'échapper en formant des cercles plus ou moins régulier, toujours aussi lentement qu'elle le pouvait. Elle commençait déjà à se sentir un peu mieux quand la porte de la pièce s'ouvrit, plutôt brusquement. Daphné sursauta, ouvrant brusquement les yeux et recrachant toute la fumée que contenait ses poumons. Elle se redressa ensuite et tourna les yeux vers la personne qui venait d'enter. Le nouveau venu devait porter sa baguette allumée à hauteur du visage car tout ce que voyait Daphné était une lumière éblouissante dont elle chercha à se protéger avec une main devant les yeux, l'autre tenant toujours fermement le joint.

« Drago ? C'est toi ? »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159


Dernière édition par Daphné Greengrass le Lun 2 Juil 2012 - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Dim 17 Juin 2012 - 14:09

Les Cognards sifflaient en passant à vive-allure autour de nous tandis que je plissais les yeux pour essayer de distinguer ne serait-ce qu’un éclat du minuscule Vif d’Or à travers la neige qui ne cessait de tomber. En dessous de moi, les poursuiveurs s’échangeaient le Souaffle en multipliant les techniques d’attaque et de défense que nous nous efforcions de développer durant chacun de nos entraînements. Seulement avec un temps pareil les choses étaient bien plus complexes que prévu, quand bien même s’entraîner au Quidditch sous une neige battante nous aidait également à savoir jouer et ce quel que soit le temps. Cependant ça n’était pas tant cette tempête qui m’embêtait, mais les battements anarchiques de mon cœur et ma vision qui se troublait de plus en plus. Mes oreilles se mirent à bourdonner, tandis que je ne prenais plus garde aux recommandations d’Urquhart. Je menais un instant une main tremblante sur mon visage, essayant de respirer lentement avant d’entendre la voix de Grace retentir auprès de moi, me demandant si tout allait bien. Je relevais lentement le regard vers elle, réfléchissant un instant. Non, je me sentais mal, mais pour autant je ne voulais pas en rester là pour l’entraînement. J’avais besoin de penser à autre chose qu’à mes éternels problèmes. Toutefois un brusque vertige me prit une nouvelle fois, et je sentis sa main se poser aussitôt sur mon bras comme pour me retenir. Son regard visiblement inquiet, celle-ci me dit alors de descendre sinon je n’allais plus tarder à tomber de mon balai et m’écraser plusieurs mètres plus bas. J’acquiesçais alors en silence, ne pouvant pas prononcer le moindre mot, et parvint à garder un minimum d’attention pour atterrir tranquillement et me diriger à la première tribune qui se trouvait à côté de moi pour m’asseoir et enfouir ma tête entre mes mains.

Et c’était ainsi qu’une véritable mauvaise après-midi venait de s’achever...

***


Je lâchais un bâillement, m’appuyant quelques instants contre le mur des couloirs parfaitement déserts à cette heure. Pris d’un vertige je fis une pause quelques secondes, fermant les yeux pour chasser ces sortes de points lumineux qui dansaient devant mes yeux. Passant alors une main sur mon visage aux traits tirés, je soupirais, tout bonnement épuisé. Et dire que la journée n’était pas encore finie... Il me fallait encore faire mes rondes de surveillance jusqu’à 22 heures, et ça ne serait seulement que par la suite que je serai enfin au calme pour travailler à mes affaires personnelles. Mais même s’il aurait été préférable que je dorme un minimum, je ne parvenais dans tous les cas pas à trouver le sommeil, bien trop préoccupé par mes inquiétudes quotidiennes depuis le mois d’août. Alors autant que je rentabilise au maximum le peu de temps libre que je pouvais avoir, quand bien même chaque jour ma santé en pâtissait un peu plus.
Soudain, des murmures dans les couloirs attirèrent mon attention. Je lâchais un profond soupir, exaspéré, me décollant du mur pour me diriger vers cinq Poufsouffles de troisième année. Me voyant arriver, l’une d’entre eux saisi son amie par le bras, me désignant du doigt d’un air soudain inquiet. Les toisant alors d’un regard mauvais, je leur demandai sur mon ton habituellement traînant :

« Je peux savoir ce que vous faîtes ici ? »

Les cinq gamines échangèrent un bref regard apeuré, ne sachant quoi répondre. Mais ça n’était pas plus mal qu’elles ne disent rien, car n’importe quelle excuse bidon qu’elles auraient pu me servir suffirait à me faire sortir de mes gonds une bonne fois pour toute.

« Bien, vous avez de la chance, je suis d’humeur généreuse aujourd’hui. » Commençais-je, devant leur regard qui semblait s’apaiser aussitôt. Malheureusement pour elles, c’était bien mal me connaître que prendre mes répliques pour argent comptant. Oh bien sûr que non je ne leur mentais pas, j’allais être généreux. Mais seulement pas dans le sens qu’elles l’espéraient...

« Au lieu de vous enlever 10 points je vous en retire 15. Chacune bien sûr, comme ça au moins j’ose espérer que vous retiendrez la leçon. »

Leur visage se décomposa aussitôt en une moue aussi déconfite que stupéfaite, l’une d’elles s’apprêtant à protester. Mais croisant mon regard, celle-ci se tût aussitôt, avant que toutes ne fassent demi-tour pour repartir vers leurs dortoirs. Au moins une bonne chose de faite, qu’est-ce que je pouvais aimer être Préfet des fois... Certes les soirées de ronde n’étaient pas spécialement de mon goût alors que je pourrais faire bien d’autres choses plus intéressantes que surveiller les infractions de gamins aussi stupides les uns que les autres. D’un autre côté, cela me permettait d’arpenter le château à ma guise, ayant un bon prétexte pour justifier mon propre non-respect du couvre-feu si jamais Rusard ou je ne sais qui d’autre venait à me surprendre hors de mon dortoir. Sans compter que je pouvais légèrement abuser de mon autorité, ce que, je l’avoue, je prenais un malin plaisir à faire.

Je soulevais légèrement la manche de ma chemise, constatant qu’il me restait encore une quinzaine de minutes avant la fin de ma ronde. Un nouveau soupir d’exaspération s’échappa de mes lèvres, tandis que je me demandais si finalement je n’allais pas m’éclipser plus tôt pour me rendre à la Salle sur Demande. De toute manière il ne me restait plus que la tour d’Astronomie à inspecter, alors autant que je m’y rende dores et déjà, dégager les personnes qui pourraient potentiellement y être puis partir une bonne fois pour toute. De toute manière quinze minutes dans la vie d’un homme n’avait jamais tuées personne, alors qu’importe.
Je traversais donc les couloirs pour me diriger vers la tour d’astronomie, m’apprêtant à gravir ses longs escaliers en colimaçon. Je sorti néanmoins ma baguette de la poche de mon costume noir, et dans un murmure prononça :

« Lumos... »

La pointe de ma baguette s’éclaira alors d’une douce lueur qui ricocha contre les murs de pierres grises, tandis que je montais les marches qui me séparaient de ma dernière destination. Et j’espérais franchement qu’il n’y ait personne car j’allais être, dans le cas contraire, bien moins sympathique qu’avec les Poufsouffles.
Une fois arrivé sur son seuil, je posais la main sur la poignée de la lourde porte de bois sculpté, entrant franchement dans la tour dont un pan de mur donnait directement sur les alentours de Poudlard, laissant l’air glacial entourer les lieux. La lune parvenait tout juste à éclairer la pièce, se dissimulant derrière les nuages agglomérés. Mais mon regard fut aussitôt dirigé vers cette silhouette bien familière qui avait sursauté à mon arrivée. Se redressant en menant sa main à ses yeux pour se protéger de la lumière qui émanait de ma baguette, la voix de Daphné retentit dans le lieu désert.

J’abaissais alors légèrement ma baguette, soupirant une nouvelle fois non pas d’exaspération mais de résignation. Demander à Daphné de respecter le couvre-feu ou bien d’autres règles semblait être aussi impossible pour elle que pour moi, je m’étais fait une raison depuis bien longtemps à présent.

« Qu’est-ce que tu fais là ? » Lui demandais-je, sans l’ombre d’un sourire que mon épuisement m’empêchait de dessiner sur mon visage.

Mon regard glissa alors sur sa main qui tenait entre ses doigts une sorte de tube de papier ou je ne sais quoi d’où s’échappait une légère fumée.

« C’est quoi ce machin ? » Lui demandais-je en fronçant les sourcils, intrigué.






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Ven 22 Juin 2012 - 11:31

Daphné plissa les yeux et leva la main devant son visage pour tenter de se protéger de la lumière pointée sur elle. Étant donné l'utilisation de la baguette magique, il était déjà clair qu'il ne s'agissait pas de Rusard, ce qui était déjà une bonne chose. Contre le concierge, elle ne pourrait pas faire grand chose, surtout s'il la trouvait une seconde fois ici en train de fumer, ça aurait été très mauvais pour elle. S'il s'agissait d'un sorcier, c'était sans doute un préfet, et même s'il avait au moins un quart d'heure d'avance, ce serait sans doute Drago. La jeune fille se redressa et écrasa sa cigarette contre le rebord de la fenêtre avant d'interroger le nouveau venu sur son identité.

Elle n'obtint aucune réponse mais la baguette fut abaissée, éclairant par en dessous la scène et lui permettant de constater qu'il s'agissait effectivement du blond. Bon, au moins elle ne risquait pas grand chose. Elle lui adressa un sourire mais n'obtint en retour qu'une question posée sur une voix lasse. Elle laissa échapper un soupir discret. Un jour ou l'autre, il finirait bien par se montrer un tout petit peu content de la voir, elle ne perdait pas espoir. Et surtout, elle tentait de prendre du recul et ne pas lui en vouloir inutilement pour être aussi peu enthousiaste à l'idée de tomber sur elle ici. Il était dans une période difficile, elle le savait, et c'était la seule raison pour laquelle il agissait ainsi. Vrai ou non, c'est ce dont elle tâchait de se convaincre pour accuser le coup. Bien décidée à ne pas changer ses projets sous prétexte que Drago ne semblait pas de la meilleure humeur qu'il soit, elle décida de répondre à sa question sur un ton assez léger.

« Je t'attendais, figures-toi. »

Elle lui adressa un nouveau sourire tandis qu'il restait parfaitement impassible, jusqu'à ce que ses yeux gris glissent jusqu'aux mains de Daphné. Il lui demanda ce qu'elle tenait, bien entendu il ne devait pas savoir de quoi il s'agissait tout comme elle n'avait jamais vu une cigarette de sa vie avant de surprendre Dray. La jeune fille hésita sur le comportement à adopter face à cette question. Il s'agissait de quelque chose de moldu, ce qui ne ferait sans doute pas plaisir à Drago. Mais en même temps, il venait de la prendre en flagrant délit et puis qu'est-ce que ça pouvait faire que ce soit moldu ? Ils mangeaient aussi des pommes, et aucun sorcier n'avait arrêté d'en manger pour autant ! Elle avait bien le droit de faire ce qu'elle voulait, de toute façon.

« C'est juste... C'est pour aider à se détendre. »

Elle marqua une pause, l'observant avec attention afin de déceler la moindre réaction. Ce qui la frappa cependant, ce ne fut pas sa réaction mais plutôt son apparence. Si quelqu'un ici avait vraiment besoin de se détendre un peu, c'était bien lui. Et aussi de beaucoup de repos, il semblait ne pas avoir dormi depuis des jours ce qui était en soi difficilement possible, mais il avait vraiment une sale mine et donnait l'impression de manquer énormément de sommeil. Sans doute ne dormait-il pas plus de quelques heures chaque nuit ou du moins son sommeil devait-il être assez difficile. Quant à savoir s'il mangeait à sa faim... En tout cas il n'en avait pas l'air, mais que pouvait-elle y faire ? Elle avait compris depuis le temps que si elle se permettait la moindre remarque sur tout cela, elle ne parviendrait qu'à lui prendre encore plus la tête et ce n'était pas spécialement utile surtout qu'elle comptait passer une bonne soirée et pas se prendre la tête une fois de plus.

« Tu ne veux pas t'asseoir un moment avec moi ? »

Après tout c'était la raison de sa présence ici, et elle ne comptait pas perdre de vue son objectif. Elle s'attendait bien entendu à ce qu'il refuse, prétextant avoir trop de choses à faire pour se permettre de perdre son temps ici avec elle. Heureusement pour la jeune fille, l'apparence générale qu'il renvoyait était un argument de poids pour le faire flancher s'il osait refuser. Elle pourrait lui faire remarquer qu'il avait plus que besoin de repos et il pourrait difficilement nier. De toute façon, ce n'était pas parce qu'il prendrait sa soirée pour faire autre chose que sa mission échouerait tout à coup. Quoi qu'il ait à faire, ça devait bien pouvoir attendre demain matin, et s'il finissait par tomber malade à cause de la fatigue, du stress et du manque de nourriture, il aurait encore moins de chance d'y arriver. Sa mission semblait extrêmement difficile, il ne pouvait pas se permettre d'échouer pour cause de surmenage et de négligence envers sa propre santé.

Elle attendit une seconde qu'il prenne sa décision sans le quitter des yeux, puis détourna finalement le regard pour le poser sur sa propre main. Qu'allait-elle faire de ça ? Certes, ça ne lui coûtait pas grand chose, d'autant plus que généralement James lui en offrait la moitié, mais elle n'avait pas envie de le jeter à peine entamer. Elle hésita à le ranger, observant la petite boite en argent dans lequel elle l'avait trouvé. Après tout maintenant qu'il l'avait vu, autant le terminer. Et puis, il pourrait l'accompagner ! Cette pensée fit ricaner Daphné. Elle imaginait mal ce que pouvait donner un Drago Malefoy drogué mais une chose est sûre ça promettait d'être drôle.









Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159


Dernière édition par Daphné Greengrass le Lun 2 Juil 2012 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Dim 24 Juin 2012 - 22:17

Je pénétrai dans la tour d’astronomie, dernière étape avant que je puisse me consacrer à une activité tout à fait différente et bien plus importante que surveiller les moindres allées et venues des élèves à cette heure. Certes nombre de recoins du château étaient dangereux, mais tant pis, ils n’auraient que ce qu’ils méritent s’ils s’y aventuraient après tout. Bref, dans tous les cas c’était à moi de veiller à ce qu’ils respectent le couvre-feu, et même si c’était contraignant sur de nombreux aspects, cela me conférait également des avantages qui n’étaient absolument pas négligeables pour moi au vu de la situation dans laquelle j’étais.
Tournant la poignée, je dressai ma baguette devant mes yeux pour mieux pouvoir distinguer les ombres qui se mouvaient contre les murs, la luminosité nocturne qui filtrait à travers les larges et nombreuses ouvertures vers l’extérieur ne me permettant pas de pouvoir distinguer quoi que ce soit tant le ciel était encombré de nuages. Toutefois, un étrange point lumineux devant moi bougea légèrement, une silhouette le tenant dans ce qui semblait être sa main se couvrant le visage à cause de la lumière éblouissante de la baguette qui l’aveuglait. Je reconnus aussitôt Daphné qui s’était retournée vers moi, ne s’étant apparemment pas décidée à respecter un jour le règlement. Mais à vrai dire je ne l’avais jamais réprimandée pour cela. Disons qu’elle était une privilégiée, même si tomber sur elle avant d’avoir pu travailler sur ce que j’avais à faire m’embêter bien plus qu’autre chose. Pourquoi ? Question aussi complexe que simpliste : parce que je perdais ainsi un temps qui m’était précieux, parce que la voir me suffisait à remettre durant quelques instants même minimes mes certitudes. Aussi parce que cela me perturbait, et parce que j’avais tout simplement l’envie de rester avec elle comme tout adolescent normal qui ne préparait pas depuis des mois un meurtre et une trahison immense qui auraient un retentissement mondial, et ce sous le poids de la menace.

J’abaissais alors ma baguette, la lueur aveuglante dirigée vers le sol après que Daphné ait demandé si la personne qui se tenait face à elle était bien moi. Je demeurais silencieux, montrant mon visage pour seule réponse, retenant un soupiré dépité. Mais si son entêtement pouvait parfois – voire même bien souvent - m’exaspérer, c’était aussi une des choses qui me plaisait chez elle, car même si je ne supportais pas que l’on me tienne tête et que l’on n’écoute pas mes ordres, elle avait l’art et la manière de déroger aux règles que j’imposais par je ne sais quel sort sans que cela ne me mette pour autant hors de moi. Daphné se redressa alors, quittant le muret sur lequel elle était assise avant d’écraser contre cette chose incandescente qu’elle tenait dans sa main. Un sourire se dessina alors sur son visage lorsqu’elle posa son regard vert sur moi, mais je n’y prêtais pas réellement attention, lui demandant plutôt d’une voix lasse ce qu’elle faisait ici par une heure pareille. Ne se laissant pas démonter face à mon ton pour autant, elle m’annonça néanmoins qu’elle était ici parce qu’elle m’attendait.

« Tu m’attendais ? » Répétais-je, surpris, avant de hocher la tête d’un air entendu.

Est-ce que j’allais la blâmer pour cela ? Non, certainement pas, même si ce soir n’était pas spécialement le meilleur moment choisi pour que je passe du temps avec elle. Mais ça, elle ne pouvait pas non plus le savoir. Quoique... Elle connaissait bien la situation dans laquelle j’étais, mais pour autant je ne voulais pas lui faire de reproches car cela partait déjà d’une bonne intention de sa part, et parce que très sincèrement je ne pouvais pas dire non plus que j’étais gêné de la voir. Bien au contraire même, j’avais l’impression de me sentir un peu mieux, plus serein, bien que c’était encore à des années-lumière d’être absolument manifeste. Et pourtant, c’était bel et bien le cas.
Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres, avant que mon regard ne glisse sur sa main qui tenait ce tube d’où s’échappait de la fumée. Intrigué, je lui demandais donc ce qu’étais cette chose qu’elle tenait. Cependant, elle semblait hésiter sur la réponse qu’elle pourrait me fournir, alors que son visage se mut en instant en une certaine, quoique légère, expression de gêne. Mais après une simple fraction de seconde durant laquelle elle sembla hésiter, elle me répondit finalement que ce « machin » l’aidait à se détendre.
J’acquiesçai d’un simple hochement de tête à ses paroles, le regard un instant rivé sur le tube, comme hypnotisé. Mais je ne croyais pas réellement à ses bien-faits, quoique la magie accompli bien des choses. Encore que je ne voyais franchement pas ce qu’il semblait y avoir de magique là-dedans... Toutefois, ses yeux fixement posés sur moi me tirèrent de mon instant de torpeur, alors que je revenais en quelques sortes dans ce monde, plongeant une nouvelle fois mes prunelles grises dans les siennes, alors qu’elle me demandait si je ne voulais pas rester un moment avec elle.
Lâchant un soupir indécis, je lui répondis :

« Non, j’ai trop de choses à faire. Mais en même temps... » Ajoutais-je, laissant ma phrase en suspens.

Je tournais la tête vers la porte que je regardais un instant, me mordillant la lèvre dans un signe d’hésitation et de réflexion. Oui, j’avais bien des choses à faire, mais en même temps j’étais plus qu’épuisé. Etre sans cesse au bord du malaise, avoir l’impression d’avoir la tête broyée sous les pattes d’un centaure et autres sensations fort plaisantes m’empêchait de pouvoir réfléchir correctement. Tout ce que je gagnerai au final ce serait une nouvelle déception et une énième nuit blanche, alors est-ce que ça valait vraiment le coup ? Il valait mieux que je me repose un minimum pour pouvoir être d’avantage en forme pour le lendemain, certes. Mais d’un autre côté, allais-je seulement pouvoir profiter de cette soirée avec elle sans avoir la tête ailleurs et surtout sans culpabiliser ? Tant pis, c’était le risque à prendre.

« Laisse tomber, je m’en occuperai plus tard. De toute manière je ne pense pas pouvoir être réellement productif aujourd’hui. » Lui dis-je finalement, recroisant à nouveau son regard.

« Et puis sincèrement passer un peu de temps avec toi ne me fera pas de mal. » Ajoutais-je.

Ça n’était pas le genre de choses que je disais, certes, mais depuis quand ne disais-je pas précisément ce que je pensais ? Cela ne m’était jamais arrivé, du moins si l’on mettait de côté tout ce qui avait trait aux sentiments que j’avais pour elle. Mais par cette phrase elle comprendrait sans aucun doute qu’ils n’étaient pas inexistants.

Je me dirigeai donc vers le rebord qui séparait la tour du vide, croisant mes bras pour les appuyer dessus, légèrement en avant, mes yeux balayant les alentours sinistres du château et de la forêt interdite qui le bordait, auprès du lac noir. Je fermai un instant les yeux, prenant une légère inspiration pour me détendre et faire le vide, ce qui n’était pas gagné. Mais pour autant je me sentais légèrement mieux, comme libéré d’un poids pour ce soir même si ça n’était qu’éphémère. Plus calme, je tournais ensuite ma tête vers Daphné qui était juste à côté de moi, et lui donnai un léger coup d’épaule pour attirer son attention, un petit mais néanmoins doux sourire apparaissant sur mes lèvres.

« Il ne me semble pas t’avoir dit « bonjour » au fait. » Lui dis-je, avant de m’approcher d’elle et de l’embrasser.

Puis, lorsque nos lèvres se séparèrent, je regardais une nouvelle fois l’horizon avant de lui demander soudain et simplement :

« Et... ça détend vraiment ton truc ? »






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Lun 25 Juin 2012 - 17:12

Drago sembla légèrement surpris d'apprendre qu'elle l'attendait mais cela ne dura qu'un moment après quoi cette réponse devait lui sembler plutôt logique et il ne s'éternisa pas sur ce sujet. Il ne montra même pas le moindre signe de colère, alors qu'elle avait largement prévu qu'il lui demande sur son nouveau ton emprunt de lassitude de retourner à son dortoir, qu'il avait des choses à faire, blablabla... Elle commençait à le connaître sur certains points, mais cela était hélas largement réciproque et lui aussi la connaissait bien maintenant, assez pour ne plus être autrement surpris de la raison pour laquelle elle se trouvait ici et assez pour ne pas insister pour la faire partir. Il faut dire aussi, elle lui avait prouvé plus d'une fois qu'elle était aussi, voire bien plus, têtue que lui alors... Il faisait bien d'économiser son énergie et la laisser faire tout de suite plutôt que de se fatiguer à la repousser pour obtenir le même résultat.

A présent, la Serpentard avait quitté son perchoir et restait debout, faisant face au jeune homme même si elle n'avait pas fait un pas dans sa direction. Elle campait sur ses positions, littéralement. Bien décidée à ce qu'il lui dise oui, elle osa donc lui demander de rester un moment. Sa réponse la plus logique aurait été un non catégorique, c'est pourquoi la jeune fille devina qu'il finirait par accepter. Pas le choix. Certains pourraient penser qu'elle était un peu casse-pied sur les bords mais honnêtement c'était loin d'être le cas. Oui, une fois de temps en temps elle lui tombait dessus et l'obligeait à laisser de côté ses problèmes pour passer un peu de temps avec elle, se montrant très insistante pour qu'il ne puisse pas refuser. Mais en dehors de ça ? Elle tenait sa promesse, scrupuleusement, était toujours là pour lui quand il en avait besoin et ne lui demandait rien en échange, ne prenait même pas la mouche quand il se montrait désagréable. Elle jouait tout simplement le rôle qu'elle avait toujours joué avec Pansy : celle de la fille discrète, serviable, qui ne la ramène pas. En contre-partie, elle insistait parfois pour qu'il soit un peu avec elle, et la plupart du temps c'était plus pour son bien à lui que pour elle. Ce soir, il y avait un peu des deux, c'est vrai mais il lui devait bien ça, non ?

Comme prévu, il commença d'abord par refuser, prétextant avoir des choses à faire. Elle leva les yeux aux ciel, bien qu'aucune trace de colère ne soit visible, elle ne l'était pas du tout simplement éffaré qu'il en passe encore par là alors qu'il devait forcément savoir qu'elle ne le laisserait pas s'en tirer aussi facilement. Enfin, peut-être que ça l'amusait de la voir insister, qu'il aimait se faire désirer et la voir se battre pour qu'il s'intéresse un peu à elle. Heureusement que ça se passait toujours dans l'intimité sinon elle aurait eu l'air assez pathétique... Enfin, si on en croyait la discussion qu'elle avait eu avec Blaise quelques jours plus tôt, le meilleur ami de Drago la trouvait déjà pathétique et il semblait persuadé qu'elle avait jeté un sort au blond pour qu'il accepte de sortir avec elle. Quel crétin ce mec, comment Pansy et Drago pouvaient l'apprécier ? Enfin peu importe, elle avait bien mieux à faire que de penser à Blaise Zabini pour le moment.

Daphné secoua la tête et reporta son attention sur Drago qui semblait être finalement revenu à la raison et qui abandonna les armes, acceptant finalement de rester avec elle. Il alla même jusqu'à dire que cela lui ferait du bien, ce qui arracha un sourire à Daphné bien qu'elle tenta de le masquer quelque peu, celui-ci. Elle avait toujours beaucoup de mal à se faire à l'idée qu'il puisse se sentir bien avec elle et avoir de véritables sentiments pour elle. En même temps, on ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, ils ne sortaient ensemble que depuis une semaine et c'était toujours un choc pour la jeune fille de se dire que c'était réel.

Il s'approcha donc, la dépassant pour s'accouder au rebord de la fenêtre sur lequel elle s'était assise avant qu'il n'arrive et son regard se perdit vers l'extérieur alors qu'elle-même resta une seconde sans bouger avant de le rejoindre et de s'accouder à ses côtés. Elle coinça le joint derrière son oreille et observa à son tour le parc plongé dans le noir et dans le silence. Ses pensées vagabondèrent sur la discussion qu'elle avait eu avec Blaise, encore une fois. Elle avait fait bonne figure sur le moment mais elle devait reconnaître que les paroles du Serpentard avait insinué quelques doutes dans son esprit. Habituellement, elle n'était pas du genre à manquer de confiance en elle et ce n'était pas par présomption qu'elle se reconnaissait intelligente et plutôt maligne, entre autre. A en croire Blaise, elle passait plutôt pour une idiote superficielle. Elle n'avait jamais imaginé que Drago pense cela d'elle, du moins plus depuis le début de l'année mais était-ce vraiment le cas ? Si personne ne voyait pourquoi il était avec elle, alors que devait-elle en penser ?

Elle fut tirée de sa rêverie par le jeune homme qui lui donna un léger coup d'épaule. Daphné posa les yeux sur lui et lui sourit, légèrement plus crispée qu'avant. Sans sembler remarquer sa gêne, Drago fit remarquer qu'il ne lui avait pas encore dit bonjour et l'embrassa, faisant perdre toute pensée cohérente à la Serpentard. Ce ne fut pas un baiser très long mais il dura assez pour que toutes les craintes de la jeune fille disparaissent. Après tout, elle pensait connaître assez bien Drago et se doutait qu'il ne devait pas être plus bavard avec elle qu'avec les autres, il n'allait certainement pas aller parler des sentiments qu'il avait pour elle à Blaise ou à qui que ce soit d'autre. Il ne lui en parlait déjà presque pas à elle alors qu'elle était la première concernée... Dès qu'ils furent séparés, Drago reporta son attention sur le parc. N'ayant rien de plus à dire, Daphné en fit autant. Ils restèrent quelques secondes sans parler avant que le jeune homme ne reprenne la parole, lui demandant si son « truc » détendait vraiment.

Lentement, Daphné tourna la tête vers Drago et l'observa, restant interdite. Elle prit un long moment de réflexion avant d'oser une réponse. Elle était partagée entre deux réactions : l'hilarité et le malaise. Bien que ce soit encore assez peu répandu dans le monde magique, elle savait que consommer de la drogue était assez mal vu chez les moldus -enfin, c'est ce que James lui avait dit- et que c'était même interdit. En plus de cela, il s'agissait d'une pratique moldue et...enfin, c'était Drago quoi... Il y avait peu de chance qu'il soit toujours intéressé quand il saurait la vérité mais il lui en voudrait certainement de lui avoir caché ce détail s'il venait à l'apprendre par quelqu'un d'autre. Elle n'avait pas pour habitude de mentir, bien au contraire. Mais en même temps, c'était juste trop drôle de l'imaginer défoncé et elle avait bien envie de voir ça. Finalement, elle se décida, choisissant de jouer sur les mots.

« Oui, du moins ça marche pour moi et pour certains de mes amis. »

Elle marqua une pause, choisissant ses mots avec précaution. Évidemment, elle allait lui proposer d'essayer mais elle n'était pas certaine de devoir lui dire toute la vérité maintenant ou attendre qu'il soit drogué pour le lui faire savoir. Il risquait de refuser pour une raison stupide mais elle n'aimait vraiment pas mentir. Elle inspira discrètement avant de se lancer.

« C'est un truc que m'a fait découvrir un...ami. C'est moldu à la base mais ça se répand de plus en plus dans le monde magique... Et c'est vraiment efficace. »

Elle retira l'objet de leur discussion de derrière son oreille et le fit tourner lentement entre ses doigts avant de le poser au centre de sa paume et de tendre la main vers Drago pour lui laisser la possibilité de le prendre et de l'examiner de plus près.

« Tu veux essayer ? Personne n'en saura rien... »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159


Dernière édition par Daphné Greengrass le Lun 9 Juil 2012 - 0:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Jeu 28 Juin 2012 - 23:12

Je regardais l’objet que tenait Daphné d’un regard trouble, égaré. Comment cette chose-là pouvait détendre, je n’en avais pas la moindre idée. D’un autre côté c’était toujours cela de pris, même si je doutais qu’un tel produit ne soit pas sans conséquences. Mais en même temps je me contrefichais pas mal des répercussions que pouvait avoir telle ou telle chose sur ma santé déjà largement affaiblie. Au point où j’en étais il aurait été bien plus sage de se dire qu’il valait mieux arrêter les frais là, mais le fait été que je ne vivais plus que dans ma tête et mes pensées dévastatrices. Alors s’il pouvait y avoir quoique ce soit pour m’aider à m’oublier quelques instants même infimes s’il le fallait, ce serait toujours ça de pris...
Toutefois, ma question semblait avoir pris Daphné de court. Certainement ne s’entendait-elle pas à ce que je m’intéresse à cette chose, ce qui au final était assez légitime. D’un autre côté je n’étais pas un imbécile, et je voyais qu’à sa manière de me présenter les choses et au vu des effets que cela avait, ça ne pouvait qu’être une sorte de drogue. Mais jusqu’à présent je n’en avais encore jamais vu de telle sorte en tout cas. Alors quant à essayer... Non, c’était une véritable mauvaise idée. Tentante, certes, mais mauvaise.

Daphné me regarda un long moment, le visage parfaitement impassible. A quoi pensait-elle, je n’en avais pas la moindre idée. Certainement pensait-elle que j’avais perdu la raison, je n’en savais rien, et en cela elle n’aurait sans doute pas totalement tort. Au bout de quelques instants alors, elle me confirma que cela marchait bien, du moins pour la plupart des personnes qu’elle connaissait et qui avaient essayé, se comptant elle-même dans le lot. J’acquiesçai simplement d’un hochement de tête, avant qu’un nouveau silence ne s’installe entre nous. Toutefois, la Serpentard prit une légère inspiration, avant de m’avouer ce à quoi je ne m’étais absolument pas attendu venant d’elle. Ce truc-là était Moldus... Ben voyons. Mais elle trouva certainement bon d’ajouter que cela se rependait de plus en plus dans notre monde, chose qui manqua de m’arracher une réelle grimace de dégoût. Décidément ces parasites se faisaient de plus en plus influents... Daphné insista enfin une nouvelle fois sur l’efficacité de la « chose », ce qui m’arracha aussitôt un soupir. C’était hors de question que je touche à quoi que ce soit qui soit utilisé de près ou de loin par ces vermines, je valais bien mieux que cela, sans compter qu’un sorcier ne devrait même jamais à avoir quoi que ce soit à faire avec eux. Mais d’un autre côté cette curieuse sensation de besoin se faisait ressentir en moi. J’étais attiré par cet objet sans le moindre doute néfaste et originaire d’un monde qui me dégoûtait bien plus qu’autre chose. D’autant plus qu’il en allait ne serait-ce que de ma fierté de refuser cela, même si au fond celle-ci déclinait de plus en plus alors que je n’étais à présent plus que l’ombre de moi-même. Toutefois il m’était important de chercher à sauver les apparences, à ne jamais montrer ce que je ressentais réellement quand bien même la situation que je vivais ne lui était pas inconnue.

Aussitôt, mes pensées se tournèrent vers mon père, sortit d’Azkaban il y a peu de temps. Je me revoyais alors ce jour-là où j’avais enfin pu le voir à nouveau, son masque d’orgueil et de fierté pourtant omniprésent devant son propre fils alors que toute son apparence renvoyait l’image d’un homme brisé que j’avais pourtant toujours admiré plus que n’importe quel être au monde, voire peut-être même bien plus que le Seigneur des Ténèbres. Jamais il n’avait baissé les bras, jamais il n’avait montré une quelconque marque de faiblesse alors que notre famille avait presque tout perdu, à savoir notamment sa renommée qui traversait les âges. Mais je savais que je n’étais pas comme lui, et c’était ce qui me tuait profondément. Il avait toujours été mon modèle, celui auquel je rêvais de ressembler, que je tentais d’imiter pour avoir un jour l’espoir de lui ressembler, faisant tout mon possible pour le rendre fier de moi alors que je m’étais toujours demandé intérieurement s’il pourrait l’être réellement un jour. C’était entre autre pour cela que je devais faire mes preuves au Lord Noir, car je voulais réussir là où mon père avait échoué, quand bien même il avait été Son plus fidèle serviteur durant toutes ces années, ne se détournant jamais de Lui-même lorsqu’Il disparut après Son attaque contre les Potter.

Un léger soupir fendit mes lèvres, lorsque Daphné me demanda si je voulais essayer, me tentant le tube de papier posé dans le creux de sa main. Toujours tourné vers l’horizon, seul mon regard se posa transversalement sur l’objet que je regardais un instant avec hésitation. Que penserait-elle si je touchais à cela ? Certes, personne n’en saurait rien, mais son regard était pourtant de ceux qui me pesaient le plus. Quelle image allais-je lui renvoyer ? En tout cas une chose était sûre, ce serait une chose que mon père ne pourrait jamais se résoudre à faire... Mais je n’étais pas lui, à ma plus grande douleur. Je ne pourrais pas lui arriver à la hauteur, quoique d’un autre côté... Après tout qu’est-ce que c’était cet objet ? Rie, en réalité. Juste quelque chose que je pourrais tester quelques minutes qui, au fond, ne représentent absolument rien dans une vie, aussi courte sera-t-elle pour ma part, j’en étais de plus en plus convaincu. Mais mettre également de côté ce qui représentait pour moi un instant de repos et de sérénité que je n’avais plus connu depuis des mois n’était certainement pas négligeable.

Je pris alors l’objet que j’analysais du regard, le visage interdit, dénué d’émotions. Je le fis tourner entre mes doigts, regardant cette feuille de papier roulé contenant je ne sais quelles herbes. Enfin, je lâchai un soupir et lui dit d’une voix lasse :

« Pourquoi pas... »

Au point où j’en suis, après tout...






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Mer 4 Juil 2012 - 14:46


Daphné attendit patiemment, la main ouverte sans dire un mot jusqu'à ce que Drago se décide et qu'il s'empare de l'objet cylindrique pour l'observer de plus près. Il était resté extrêmement silencieux depuis un moment mais au moins son intérêt ne semblait pas s'être évaporé lorsqu'il avait su qu'il s'agissait d'un truc moldu alors qu'elle pensait sincèrement que le simple fait de lui avouer cela suffirait à perdre tout crédit. Mais il ne fit aucun commentaire et c'était déjà en soit une très bonne chose. Elle ne chercha même pas à savoir ce qu'il pouvait bien penser d'elle maintenant qu'il savait qu'elle s'adonnait à des pratiques moldues, ce n'était pas le moment de pousser sa chance.

Il s'empara donc du pétard et le fit tourner entre ses doigts pour l'observer de plus près. Durant tout le temps que dura son observation minutieuse, Daphné n'ajouta rien, lui laissant tout le temps qu'il faudrait pour découvrir et accepter ce fait. Cela ne lui pris pas si longtemps que cela avant qu'il n'accepte finalement d'essayer. Elle était à la fois assez surprise de le voir accepter et en même temps soulagée qu'il ne dise rien de plus, qu'il ne fasse aucun commentaire sur le fait que ce n'était pas digne de leur sang, blablabla. Elle ne venait pas de gagner une grande bataille mais enfin, rien ne viendrait alourdir un peu plus l'atmosphère.

Daphné récupéra le tube et le coinça entre ses lèvres alors qu'elle prenait sa baguette de l'autre main qu'elle pointa à l'extrémité. Silencieusement, elle lança un « Incendio » qui alluma le bout tandis qu'elle inspirait profondément. De nouveau, la fumée emplie ses poumons pendant quelques secondes avant qu'elle ne la laisse s'échapper lentement en direction de la fenêtre ouverte. Puis, elle se tourna à nouveau vers Drago et lui tendit le tube incandescent.

« Tu n'as qu'à inspirer, c'est tout. C'est un peu surprenant la première fois, fais attention. »

Daphné garda les yeux fixés sur le jeune homme, détaillant bien chacun des gestes qu'il faisait à présent. Elle ne parvenait toujours pas à croire que cela était en train d'arriver, qu'elle était en train de fumer un joint avec Drago Malefoy en haut de la tour d'Astronomie... Ce devait être la situation la plus invraisemblable de toute son existence. Et surtout, elle voulait vérifier qu'il s'en sortirait bien et voir un peu comment il réagirait lorsque la fumé pénétrerait ses poumons pour la première fois. Nul doute que ce serait une expérience déroutante pour le blond et assez drôle pour elle.

Cela dit son attention avait déjà assez de mal à se fixer sur la scène. En fait, chaque fois qu'elle restait plus de deux secondes les yeux et les pensées rivées sur quelque chose, elle sentait comme un immense vide dans sa tête. Elle avait déjà un peu d'avance sur Drago et les effets de la drogue commençaient donc déjà à se faire sentir chez elle. Dommage, elle aurait vraiment préféré rester assez lucide pour le voir succomber en premier. Enfin bon, le principal était qu'ils aillent tous les deux un peu mieux et surtout que Drago parvienne à se détende un peu et à relâcher la pression, il en avait grandement besoin.

Daphné détourna finalement les yeux et se retourna avant de se laisser glisser sur le sol, s'asseyant sous la fenêtre. Elle préférait généralement s'installer sur le rebord mais en étant drogué ce ne serait pas une idée très intelligente, si l'un d'eux tombaient ou glissait, ce ne serait pas un beau spectacle... Assise sur le sol, elle se sentait beaucoup mieux et ils seraient bien plus à l'aise, ce qui aiderait à se détendre considérablement. Elle releva la tête vers Drago et l'invita à s'asseoir à ses côtés.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Lun 9 Juil 2012 - 12:22

J’observai l’objet avec attention et hésitation. Etait-ce réellement une bonne idée ? J’en doutais fort, mais à vrai dire j’étais de toute manière suffisamment égaré pour ne plus savoir distinguer ce qui était bon de ce qui serait mauvais pour moi. De toute manière quels effets cela pourrait-il avoir sur le long terme ? Aucun si je n’essayais qu’une seule fois. Bien entendu la drogue n’était pas anodine, mais les moldus étaient tellement des êtres insignifiants doublés d’incapables que cela ne pouvait pas être si préjudiciable pour moi. La seule chose qui l’était c’était que je teste ce genre de chose venant de ce monde-là, créé par ces hommes qui me dégoûtaient plus qu’autre chose et à un point qui n’était pas négligeable. C’était la seule chose dont je pouvais avoir honte... mais cela montrait également à quel point je tombais de plus en plus bas sur l’échelle de la déchéance. Mais cela devra rester entre Daphné et moi quoiqu’il arrive, et cela faisait un bout de temps à présent que j’avais appris à quel point je pouvais réellement lui faire confiance. Elle n’irait pas crier cela sur tous les toits, d’autant plus si je le lui demandais moi-même. Je savais qu’elle respecterait ma volonté de faire le silence sur ce qui allait se produire, alors après tout pourquoi ne pas essayer ? Les choses se gâteraient de toute manière bien assez vite pour que je trouve le temps de culpabiliser.

Je sentais le regard de Daphné rivé sur moi, attendant certainement que je prenne une décision définitive, aussi stupide pouvait-elle être. Mais était-ce réellement idiot de vouloir à tout prix s’offrir ne serait-ce qu’un seul instant durant lequel je pourrais totalement oublier mes problèmes, me vider l’esprit à tel point que je ne pourrai alors plus être suffisamment lucide pour réfléchir sur un sujet quel qu’il soit ?
Un soupir franchit finalement mes lèvres, avant que je ne relève le regard vers elle et lui dise enfin, dans un haussement d’épaules en signe de lassitude :

« Pourquoi pas... »

Est-ce que j’allais le regretter ? Peut-être bien. Mais à l’heure actuelle je m’en contrefichais royalement. Si cela pouvait marcher alors oui, cela valait bien la peine d’essayer. Et quant à me ridiculiser je n’y pensais franchement pas. Pourquoi cela pourrait-il bien être le cas ? J’avais déjà connus quelques humiliations à vrai dire, la dernière en date remontant ce jour où ce malade mental nommé Fol Œil, ou plutôt devrais-je dire Barty Croupton Junior qui avait pris sa place en quatrième année, m’avait bien volontiers métamorphosé en fouine pour me donner une leçon, et ce devant Potter, entre autres. Bien entendu aujourd’hui on ne pouvait pas dire que cet homme pouvait encore avoir de quoi se venter, bien que la haine que je pouvais avoir pour lui ne s’en dissipait pas moins qu’il n’était plus rien. Mais face à Daphné j’avais bien moins peur du jugement qu’elle pouvait me porter, pour pouvoir m’être rendu compte à quelques reprises heureusement rares tout de même que ce que j’étais réellement ne la faisait pas fuir, bien au contraire. Bien entendu je n’avais pas non plus de quoi me dévaloriser car je savais que je pouvais être fier de moi sur bien des points, mais pour autant les quelques moments d’égarements dans lesquels j’avais pu succomber ne l’avaient pas détournés de moi. Alors un de plus... De toute manière elle aussi ne se gênait pas pour prendre cette chose, et visiblement elle avait déjà dû commencer sans moi au vu de ce que j’avais pu apercevoir en arrivant ici.

Je ne relevai donc pas l’air tout de même surpris de l’adolescente qui reprit le tube avant de le porter à ses lèvres. Saisissant sa baguette afin d’en allumer l’extrémité qui dégagea aussitôt une légère fumée, Daphné prit une inspiration avant de laisser la fumée qui emplissait ses poumons s’échapper de sa bouche. Je regardais un instant cette dernière s’évaporer avant de reporter mon regard sur le paysage toujours aussi paisible et presque sans vie de l’école. Là, la Serpentard me tendit l’objet que je regardais du coin de l’œil avant de finalement le saisir, le casant entre mon pouce et mon index. Je le regardais à nouveau un instant durant lequel Daphné m’expliqua que je n’avais qu’à prendre une inspiration tout en faisant tout de même attention puisque c’était visiblement assez surprenant la première fois que l’on essayait.

J’acquiesçai d’un simple hochement de tête, hésitant une dernière fois avant de conduire finalement le tube incandescent à mes lèvres et d’en absorber l’air relativement doucement. L’air nauséabond pénétra aussitôt dans mes poumons, envahissant mes bronches. Surprenant était le moins que l’on puisse dire en effet... Je recrachais la fumée en toussant bien malgré moi, mes yeux me brûlant aussitôt.

« Par la barbe de Merlin, c’est ignoble ce machin... » Lâchais-je, ne pouvant toutefois pas m’empêcher de lâcher un léger rire amusé.

Je fermais un instant les yeux, ce léger sourire sur mes lèvres s’évanouissant avant que je ne reporte mon attention sur l’objet que je portai finalement une nouvelle fois à mes lèvres, prenant cette fois une inspiration plus légère avant de bloquer ma respiration et d’expirer lentement de la même manière. Daphné s’assit pendant ce temps-là sur le sol avant de m’inviter à en faire de même. Je m’exécutais en silence, lui rendant la drogue pour qu’elle puisse en prendre à nouveau si elle le désirait. J’expirais lentement la fumée que j’avais une nouvelle fois inhalée, avant de fermer les yeux et de renverser légèrement la tête en arrière pour l’appuyer contre le muret derrière moi. Etrangement, je sentais mes muscles se décontracter peu à peu, tout en ayant comme l’impression que penser me demander un certain effort que je n’avais pas l’envie d’entreprendre. Je me laissais simplement aller comme cela ne m’était plus arrivé depuis... je ne sais même plus combien de temps en réalité, mais sans aucun doute un bon moment, il faut croire.
Je lâchais un profond soupir, passant ensuite ma main sur ma nuque tout en roulant légèrement la tête pour laisser mes cervicales endolories finir de se décontracter. Puis je saisis ma baguette restée dans la poche de ma cape et la pointa en direction de la porte d’entrée de la tour que je verrouillai d’un « Collaporta ».
On n’est jamais trop prudent...






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Mar 10 Juil 2012 - 22:40


Daphné se permit un petit rire amusé en entendant la toux de Drago, se souvenant de sa propre expérience douloureuse en la matière. C'était vraiment une sensation étrange que d'emplir ses poumons d'un air parfaitement irrespirable mais on s'y habituait vite comme elle l'avait expérimenté. Ce fut aussi le cas de Drago qui, à la seconde bouffée, sembla s'en sortir beaucoup mieux. D'un rapide coup d'œil, elle se fit la réflexion qu'il ressemblait déjà à un pro. Elle se garda cependant bien de lui dire et préféra se retourner pour se laisser glisser au sol, l'invitant à faire de même.

Assise, le dos collé contre le mur, elle parvenait mieux à gérer l'instabilité croissante de la pièce. C'était le moment qu'elle préférait dans ce genre de chose, tout au début quand la tête commençait à lui tourner lentement et que ses pensées vagabondaient sas trop de sens, oubliant toute forme de logique. Elle n'était pas certaine que ce soit le cas pour les autres mais cela lui faisait toujours cela à elle. James par exemple, semblait rarement vraiment affecté par ce qu'il fumait bien que la drogue magique qu'il se procurait faisait toujours un effet étrange à Daphné, à tel point qu'elle s'était rapidement tournée vers l'équivalent moldu beaucoup moins fort.

Drago s'installa à côté d'elle et sortit sa baguette pour verrouiller après lui avoir rendu le joint. Bonne initiative, elle s'était déjà fait attraper dans cette situation une fois par Rusard et c'était une fois de trop pour elle. Par chance, ses parents n'avaient pas été mis au courant de cet incident mais si on l'y reprenait, elle n'aurait sans doute pas autant de chance. De là, elle repensa à Dray. Elle n'avait pas revu le jeune homme depuis le voyage en Poudlard Express, enfin elle l'avait seulement aperçu à plusieurs reprises dans le château mais ils n'avaient pas de nouveau discuté et elle trouvait cela dommage. Il avait l'air vraiment cool enfin...ouais, cool. D'ailleurs, elle ne comprenait pas ce qu'il faisait à Gryffondor, c'était un tel gâchis !

Daphné aspira une nouvelle bouffée, constatant que ses pensées partaient vraiment dans tous les sens quand elle vit défiler derrière ses paupières closes un Dray Garisson vêtu de vert qui dansait en sautant d'un pied sur l'autre. Elle lâcha un rire pendant qu'elle laissait la fumée s'échapper entre ses lèvres et aussi vite qu'elle était arrivée, cette pensée disparue à nouveau. Elle tourna ensuite la tête vers Drago alors qu'elle reprenait une nouvelle bouffée, plus longue cette fois. Un sourire un peu niais pris place sur ses lèvres tandis qu'elle détaillait le profil du jeune homme. Il avait déjà l'air de s'être détendu un peu, c'était en bonne voie même s'il lui en faudrait sans doute plus pour commencer à vraiment ressentir les effets de la drogue. Ce qui n'était pas le cas de Daphné qui commençait à être déjà bien entamée. Elle attrapa sa main et entrelaça leurs doigts tandis qu'elle libérait une nouvelle fois la fumée inhalée de ses poumons. Puis elle lui tendit de nouveau le joint.

« Alors, tes impressions ? »

Elle se sentait prise d'une envie de rire difficilement contrôlable mais qu'elle tâcha de réprimander un peu pour le moment. Elle voulait essayer de rester lucide suffisamment longtemps pour le voir lui sous les effets de la drogue. Ce qui était loin d'être simple. A plusieurs reprises, ses yeux glissèrent le long du visage de Drago, s'arrêtant un instant sur ses lèvres puis continuant leur course sur le reste de son corps. Toute cette fatigue l'avait certes amaigri et creusé son visage mais il était loin d'en être amoché, au contraire. Le teint pâle et l'air soucieux lui allaient bien, ils le rendaient adulte. Elle se souvenait de la première fois que cette impression de voir un homme et non plus un gamin lui était apparue. C'était ce soir de Septembre quand elle l'avait vu au bord du lac, la première fois qu'elle se retrouvait vraiment seule avec lui et qu'elle osait le défier réellement.

Il lui en était arrivé des choses au bord de ce lac... C'était là aussi qu'elle avait fait la connaissance d'Adam, un Serdaigle de cinquième année pour qui elle s'était trouvée une véritable affection. Un soir après l'une de ses baignades, comme Drago, il l'avait surpris sortant de l'eau et comme avec Drago elle avait décidé de rester et de lui tenir un peu compagnie. En discutant, ils s'étaient trouvés tellement de points communs qu'une véritable amitié était née entre eux. C'était amusant de voir comme un moment apparemment insignifiant sur les rives d'un lac pouvait tout changer entre deux personnes... Cette fois, elle ne parvint pas à retenir un rire.

« Dis-moi, Adam...euh, Drago, pardon. »

Elle éclata de rire une nouvelle fois de rire même si pour le coup la situation n'avait rien de drôle. Son cerveau était sans dessus dessous et elle ne se rendait même plus vraiment compte de ce qu'elle disait, raison pour laquelle ce lapsus la fit rire plus qu'autre chose. Elle ne pensait même pas à comment Drago réagirait suite à cela, tout ce qu'elle pensait en cet instant était qu'elle était idiote. Cependant, elle ne se laissa pas abattre et continua sur sa lancée.

« Drago. Tu te souviens de ce soir au bord du lac, au début de l'année ? »

Il aurait été quand même étrange qu'il ne s'en souvienne pas, après tout cela ne faisait que quelques mois seulement et pour elle ça avait été un moment vraiment important, surtout au niveau de leur relation qui avait pris ce soir-là un tournant non négligeable. C'était le soir où ses doutes concernant l'état de Mangemort de Drago s'étaient confirmés, le soir où elle avait osé s''imposer face à lui pour la première fois mais aussi et surtout la première fois qu'elle lui avait dit « Je t'aime », mot pour mot, en le regardant droit dans les yeux et elle ne l'avait regretté que quelques secondes. Depuis ce soir là en fait, elle n'avait plus jamais prononcé ces mots bien que l'envie lui avait pris bien souvent. Maintenant qu'elle y pensait, ce n'était peut-être pas une bonne idée de faire mention de cette soirée alors qu'elle se trouvait dans cet état où n'importe laquelle de ses pensées pouvaient lui échapper sans qu'elle ne puisse y faire grand chose.








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Ven 13 Juil 2012 - 1:51

La fumée amère descendait lentement dans mes poumons, envahissant mes bronches qui, peu à peu, la rejetaient avec des moins en moins d’hostilité. La sensation était surprenante mais pas réellement étrange pour le moment. La seule différence notable que je pouvais ressentir résidait dans mes muscles qui, à présent, me faisaient un mal atroce tellement j’avais été crispé jusqu’à présent, et durant tout ce temps. Se dénouant lentement, je sentais mes nerfs se détendre éveillant un peu plus la sensation de cette sorte de brûlure qui se propageait en moi. Assis sur le sol auprès de Daphné, je fixais un point invisible devant moi, essayant de faire un maximum le vide dans ma tête pour me laisser aller plus rapidement, attendant d’être emporté par ces effets qui ne devraient plus tarder à se faire sentir. Du moins je l’espérais. Rien n’était moins sûr que la manière dont j’allais réagir face à cette substance qui m’était jusqu’à présent inconnue, mais qui ne tente rien n’a rien, et à vrai dire j’étais assez curieux de découvrir si ce produit était réellement si miraculeux qu’elle le prétendait. Après tout, au vu de sa provenance je ne pouvais qu’en douter. Mais je préférais de toute manière ne pas penser à son origine qui était largement peu flatteuse, car au fond de moi j’avais réellement honte de consommer cette drogue moldue. Tombais-je aussi bas que je l’avais pressenti depuis des mois ? Sans le moindre doute, et si j’étais en ce moment-même plus désespéré qu’autre chose pour en arriver à une telle extrémité, je me doutais pourtant que les choses allaient être bien différentes demain. Comment allais-je me considérer après cela ? Quel regard allais-je une nouvelle fois avoir sur moi-même ? Je ne le savais déjà que trop bien. La honte, le regret, la culpabilité... il ne manquait plus que cela à ce tableau déjà bien sombre et peu flatteur. Alors devais-je arrêter maintenant ? Tant qu’il en était encore temps ? Sans doute, mais alors pourquoi ne parvenais-je pas à me résoudre à le faire ?

Je lâchais un soupir, perdu, rendant le tube à Daphné avant de sortir ma baguette de la poche de ma cape pour la pointer vers la porte que je condamnais afin d’être sûr que personne ne puisse nous surprendre. Il ne manquerait plus que cela... Dans le silence absolu, Daphné prit une nouvelle bouffée tandis que mon regard demeurait fixé devant moi, me mordillant la lèvre inférieur alors que je pesais le pour et le contre. Je savais pertinemment ce que je devais faire : arrêter cette comédie sur le champ et oublier tout cela. Mais pourquoi ne parvenais-je pourtant pas à faire quoi que ce soit pour y mettre définitivement un terme ? Pourquoi ne pouvais-je pas lui dire que j’arrêtais là et que c’était tout bonnement une honte que cette tentation ne m’ait ne serait-ce qu’effleurée l’esprit ? Je valais bien plus que cela pourtant. Mais non je ne disais rien, cloitré dans mon silence alors que je sentais au fond de moi ce besoin de poursuivre. Bien plus qu’un désir, je voulais essayer, qu’importe les répercussions sur mon mental et ma propre estime de moi-même que cela pouvait avoir. De toute manière comme on dit, les morts n’ont pas de regrets, et ma vie allait être suffisamment courte comme cela pour que je refuse de m’octroyer ne serait-ce qu’un seul instant de tranquillité et de sérénité. Qui n’avait jamais fait d’erreur de toute sa vie, aussi courte le serait-elle ? Si je devais mourir en perdant tous les honneurs, je doutais qu’un peu de drogue prise une seule et unique fois un soir où j’étais avec ma petite amie ne change grand-chose dans la balance. Ça ne serait pas ce que l’on retiendrait de moi. Et qui le saurait de toute manière ? Personne, absolument personne. Et si par je ne sais quel maléfice quelqu’un parvenait tout de même à savoir ce qui se passait, rien ne m’empêcherait d’utiliser un sortilège d’amnésie pour effacer ses derniers souvenirs, qu’importe l’impact que cela pouvait avoir sur la personne en face. Egoïste, certes, mais à qui est-ce que cela pose problème ? Certainement pas à moi en tout cas.

Un léger rire puis la sensation d’un regard qui était demeuré fixé sur moi quelques instants me tira de mes pensées. Je tournais alors la tête vers Daphné, sentant sa main venir prendre la mienne, nos doigts s’entrelaçant. Un sourire quelque peu étrange sur les lèvres, je voyais que les effets que pouvaient avoir cette chose faisaient déjà leur effet sur elle. Une nouvelle bouffée de fumée s’échappa une nouvelle fois de ses lèvres rosées avant qu’elle ne me demande quelles étaient mes premières impressions tout en me passant une nouvelle fois la cigarette que je me décidais finalement à reprendre.

« Il n’y a rien en particulier pour le moment. C’est un peu surprenant, mais pour l’instant en tout cas je m’en sors un peu mieux que toi, on dirait. » La taquinais-je dans un léger sourire amusé, remarquant son sourire rieur installé sur son visage depuis quelques instants déjà.

Je vis lentement son regard quitter le mien, se baladant sur mon visage avant de se poser un instant sur mes lèvres puis de poursuivre leur course sur le reste de mon corps. Une étrange sensation me parcouru alors mais que je préférais toutefois réprimer, la chassant aussitôt de mes pensées. Peut-être était-ce la fatigue ou bien simplement les premiers effets de cette drogue qui agissaient déjà sur moi, quoique j’en doutais. Peut-être était-ce, certes, un élément favorisant, mais il n’y avait pas que cela. Depuis combien de temps n’avais-je pas fait attention à mes réels ressentiments, passant mon temps à réfléchir sur mille et un moyens de trouver la solution la plus efficace pour accomplir ma mission ? Je n’aimais pas Daphné pour sa seule personnalité, bien entendu, et ce regard qu’elle avait eu sur moi m’avait rappelé à d’autres sensations qu’elle me faisait éprouver. Mais ça n’était pas le moment de penser à ça. Vraiment pas.

Je menais donc une nouvelle fois la cigarette à mes lèvres tandis que Daphné se mit à rire une nouvelle fois, avant de tout simplement m’appeler... Adam ? Sur le coup de la surprise je pris une inspiration bien trop forte, m’étouffant à moitié alors que la fumée était parvenue en bien trop grande quantité et trop subitement dans mes poumons. Je ne pus pourtant pas m’empêcher de lâcher un rire sincèrement amusé non pas tant pour son erreur tout de même un peu étrange, bien que Daphné n’avait visiblement plus de pensées tout à fait cohérentes dans sa tête, mais pour ma réaction qui s’en était découlée, bien malgré moi.

« Je ne sais pas comment je dois le prendre mais on dira que je n’ai rien entendu. » Lui dis-je en plaisantant, parvenant enfin à reprendre une respiration normale.

Plaisanter, rire... Oui, cela faisait bien longtemps que ça ne m’était plus arrivé, et très sincèrement ça m’avait manqué. Mais j’avais en réalité l’impression en cet instant-même que je pouvais y parvenir avec plus de facilité, comme si mes problèmes étaient bien entendu toujours aussi insurmontables à mes yeux, mais que je pouvais pourtant prendre de la distance avec eux. Etait-ce déjà quelques effets que je commençais à ressentir ? Peut-être, je n’en savais rien. La seule chose que je sentais réellement c’était un mal de tête qui commençait peu à peu à s’installer, surtout révélé lorsque j’avais inhalé bien trop de cet air toxique il y a quelques secondes à peine. Mais ça passerait je suppose.

Enfin, Daphné me posa cette fameuse question dont je ne compris pas réellement l’objectif. Comment pouvais-je oublier cette soirée de toute manière ? Je tournais à nouveau mon regard vers elle, lui tendant à nouveau sa cigarette, laissant mes souvenirs prendre à nouveau toute leur place dans mon esprit quelque peu... embrumé. Bien sûr que je me rappelais. C’était la première fois en cinq ans que j’avais vraiment eu une conversation avec elle qui, auparavant, faisait entre guillemets parti de mon cercle grâce à Pansy qui était sa meilleure amie. Mais je n’avais pas spécialement eu de conversation à avec, et à vrai dire je ne l’avais pas particulièrement remarquée non plus. Physiquement je ne pouvais pas dire qu’elle n’avait jamais attirée mon regard car ce serait un mensonge, plus d’une fois je l’avais remarquée à ce titre mais je ne m’étais pas pour autant intéressé à sa personne. Si je devais faire attention à tous les Serpentards qui m’entouraient je n’avais pas encore fini d’en faire le tour, et de toute manière ça n’était pas mon objectif et ne m’intéressait pas non plus. Mais ce soir de septembre son caractère et sa personnalité avaient eu un certain impact sur moi non seulement parce qu’elle avait réussi à me piéger pour découvrir mon identité, mais parce que je m’étais rendu compte de la personne qu’elle était réellement. Et même si je n’avais pas voulu l’admettre sur le coup de la colère, j’avais réellement été... agréablement surpris. Elle n’était pas comme les autres, elle avait quelque chose en plus, et surtout elle était parvenue à me tenir tête là où d’autres se seraient inclinés depuis longtemps. Et le pire dans tout cela, c’est qu’elle avait réussi à me faire flancher, chose dont j’ai plus que l’horreur mais... quelque chose avait été différent, vraiment. Et surtout cette nuit-là elle m’avait avoué quelque chose qui m’avait laissé sans voix et que je n’avais jamais même supposé pouvoir un jour entendre de sa bouche : ses sentiments à mon égard. Je la revoyais encore debout face à moi, ses cheveux encore ruisselants sur son visage, ses vêtements qu’elle venait à peine d’enfiler après être sortie du lac à moitié nue et son regard durement planté dans les miens, empreint d’une détermination sans limite qui l’avait poussée à prononcer ces quelques mots que je n’avais moi-même toujours pas réussi à lui dire : « Je t’aime ». Et pourtant ça n’était pas faute de les penser... Mais dans tous les cas, quand bien même je serai prêt à le faire, ça n’était pas le bon moment pour le lui dire.

« Bien sûr je m’en souviens. Je ne risque pas de l’oublier, et j’espère dans tous les cas que cela n’arrivera pas. » Lui répondis-je avec franchise.

Ces mots prononcés, je quittais un instant le recueil de son regard pour fermer les yeux, massant brièvement mes tempes avant d’ajouter :

« Ça détend peut-être ton truc, mais là j'ai surtout l’impression d’avoir un cognard enfermé dans le crâne... »

C’était malheureusement le moins que l’on puisse dire...






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Lun 16 Juil 2012 - 16:44

Qu'il s'en sorte mieux qu'elle était le moins qu'on puisse dire... Daphné se sentait partir doucement dans un autre monde, peuplé d'un épais brouillard mais qui semblait extrêmement drôle à la manière dont elle ne cessait de rire toutes les deux minutes. Pourtant, elle voulait lutter encore et se retenait, se mordant les joues pour ne pas partir dans un nouvel éclat de rire. Rester lucide encore quelques minutes. Vu l'état dans lequel Drago semblait être, il ne mettrait plus longtemps avant de partir même si pour l'instant il s'en sortait mieux qu'elle. Ça ne durerait pas, qu'il en profite donc et qu'il se moque d'elle tant qu'il le pouvait encore.

Cependant, qu'elle soit dans un tel état d'égarement d'esprit se révéla bien plus avantageux lorsque ses yeux se posèrent sur Drago et qu'une fois de plus, une envie irrépressible de se jeter sur lui la pris. Elle ne comprenait vraiment pas comment il faisait pour résister ainsi à l'appel de ses sens. En fait, la plupart du temps, elle sautait à la conclusion qu'il ne ressentait tout simplement rien de ce genre pour elle. Pourtant, elle n'était pas du genre à déprimer toute seule dans son coin après s'être fait des idées sur un sujet ou un autre mais sa relation avec Drago la faisait réagir et penser d'une manière différente. Il avait ce don insupportable de lui retirer toute confiance en elle.

Avec le temps, elle en était venue à se dire qu'elle lui avait juste tellement pris la tête qu'il avait fini par accepter de sortir avec elle pour qu'elle lui fiche la paix. Quand on étudiait les mots qu'il avait prononcé ce soir-là sans le contexte, cette solution fonctionnait parfaitement. C'était assez difficilement acceptable mais tellement logique quand on regardait tout d'un œil extérieur...

Heureusement pour ce soir, ses pensées ne s'arrêtèrent pas à cette réflexion, elle gardait cela pour les soirs où elle était parfaitement sobre et où elle n'avait rien d'autre à faire que se faire des idées. Au lieu de quoi, elle se mit à penser au lac, puis à Adam, paniquant une demi-seconde seulement quand elle appela le Serpentard « Adam » au lieu de « Drago ». Si le jeune homme manqua de s'étouffer suite à ces mots, arrachant une nouvelle vague d'hilarité chez Daphné, il ne s'en offusqua pas plus que ça une fois qu'il eut retrouvé un rythme cardiaque normal et se contenta de dire qu'il ferait comme s'il n'avait rien entendu. Sans doute la jeune fille se serait inquiété de ce manque de réaction mais pour le moment, elle était juste trop amusée par la situation et de toutes façons son attention s'était déjà fixée sur un tout autre sujet...

En fait, elle écouta même à peine sa réponse, entendant juste d'une oreille distraite que oui, il se souvenait et qu'il espérait ne jamais l'oublier. Elle ne s'était même jamais douté que ce soir-là avait pu être plus pour lui qu'une mauvaise soirée de plus où l'une de ses groupies venait le harceler pendant quelques longues minutes. Elle aurait été ravie qu'il le lui dise à un autre moment mais elle ne s'en souviendrait sans doute plus le lendemain alors... A vrai dire, elle pensait à Pansy, maintenant. A Pansy avec Drago, sur lui,.... Bien sûr, sa meilleure amie ne lui avait jamais dit directement s'il s'était passé quelque chose de cet ordre entre elle et lui mais Daphné s'en doutait assez largement et en cet instant elle voyait la scène avec une précision accablante.

Par chance, Drago interrompit cet atroce moment en prenant de nouveau la parole. Il ne semblait pas si bien réagir à l'ingestion de la drogue, puisqu'il avait un cognard dans la tête. Daphné observa le jeune homme une seconde, un air interrogatif peint sur le visage. La tête du Serpentard était exactement semblable à d'habitude, elle ne montrait aucune différence notable et elle devait faire à peu près la même taille qu'un cognard, d'ailleurs... Elle hésita une seconde avant de répondre, visiblement désolée pour lui.

« Drago...Ta tête est beaucoup trop petite pour qu'un cognard puisse y entrer... Je crois que tu délires à cause de la drogue. »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Mar 17 Juil 2012 - 1:06

Mon regard s’était une nouvelle fois posé sur Daphné, alors que la fumée de cette nouvelle bouffée de cigarette pénétrait dans mes poumons. Mon regard se perdit un instant sur son visage puis sur ses lèvres avant de redescendre un instant sur son corps avant de se détourner subitement d’elle pour contempler une nouvelle fois le mur d’en face. Qu’est-ce qui avait bien pu me passer par la tête franchement ? Oh certes cette soudaine envie de l’embrasser qui venait de me prendre n’était en soit pas quelque chose de compromettant, surtout puisque nous étions bien évidemment ensemble, mais à vrai dire et très sincèrement le problème était davantage que ça n’était pas là la seule pensée qui venait de me traverser subitement l’esprit. Il n’y avait pas non plus de quoi en faire tout une tarte à la citrouille, mais disons que ce qui était vraiment surprenant n’était pas tant que je pense à ce genre de choses peu orthodoxes, mais c’était surtout le fait de me rendre compte tout à coup que l’adolescent de seize ans que j’étais en réalité avait presque totalement disparu pour ne laisser plus que la place au Mangemort que j’étais devenu. J’avais tout délaissé, absolument tout, et cette distance forcée que je maintenais entre Daphné et moi dans le but de pouvoir m’en défaire plus facilement n’avait rien fait pour favoriser non plus ce genre de dérive de mes pensées. Pourtant, et en ce moment-même, j’avais l’impression que ce qui m’avait tant gâché la vie depuis des mois avait soudainement prit une toute autre importance bien moindre à mes yeux, laissant mes seuls ressentiments recommencer à diriger mon être. J’avais la sensation de pouvoir à nouveau être investi de mes émotions, tout ce qui les réprimait alors jusqu’à présent s’évanouissant enfin. J’étais simplement celui que j’aurai dû être... quoique non. Au vu de la clarté et de la précision de mes pensées plus les minutes défilaient et au fur et à mesure que la drogue se consumait, il ne valait mieux pas dire que j’étais dans le même état que ce à quoi j’aurai dû ressembler ce qui, pour le coup, ne serait pas particulièrement flatteur.

La voix de Daphné me tira soudain de mes interrogations de plus en plus difficiles à mener, accru par ce manque de concentration et cette difficulté de plus en plus croissante que j’avais à mener un raisonnement correct. Est-ce que je me souvenais de cette soirée de septembre au bord du lac ? Il pouvait m’être difficilement possible de l’oublier à vrai dire, et ce non pas dans un sens péjoratif mais parce que je devais bien avouer que cette soirée avait été marquante pour moi également, même si je ne le déclarais pas ouvertement. Comme beaucoup d’autres choses d’ailleurs... Je ne pouvais pas oublier ce qui s’était produit cette nuit-là, alors que j’avais rencontré Daphné qui sortait de ce lac à moitié nue alors que je n’avais eu besoin que d’une et une seule chose : être parfaitement seul. Mais elle m’avait poussé dans mes derniers retranchements, me forçant à lui avouer que j’avais officiellement choisi mon camp en lui montrant la Marque qui reposait sur mon bras. Mais c’était également le soir où elle m’avait avouée ses sentiments, et que je le veuille ou non ces quelques mots avaient aussitôt fait naître mille et unes questions dans mon esprit déjà suffisamment torturé pour qu’on lui ajoute un lot supplémentaire d’interrogations. Malgré tout, je ne voyais pas réellement où elle voulait en venir en me demandant cela, mais soit. De toute manière je n’avais plus vraiment les idées assez claires pour pouvoir me poser d’avantage la question, et est-ce que c’était réellement intéressant de la connaître ? Ce n’en était qu’une parmi d’autre, rien de plus.

Une nouvelle fois, une violente douleur remonta dans mes tempes, me donnant l’impression que l’on enfonçait une barre de fer en travers de ma tête. Certainement une nouvelle fois ces mystérieux effets de ce qu’elle me faisait fumer, je ne voyais pas d’autre explication.

« Ça détend peut-être ton truc, mais là j'ai surtout l’impression d’avoir un cognard enfermé dans le crâne... » Lui dis-je en me massant un instant les tempes, fermant les yeux en espérant que cela m’aiderait au moins un bref instant à calmer la douleur.

A cette remarque, Daphné sembla revenir doucement à la réalité, quittant ces pensées qui me seraient à jamais inconnues pour me regarder un instant d’un air intrigué qui se métamorphosa quelques secondes après en quelque chose de différent, comme si elle était navrée à propos de je ne sais quoi mais qu’elle ne tarda pas à m’expliquer en me disant après une légère hésitation que la drogue devait me faire délirer puisque ma tête était trop petite pour qu’un cognard puisse entrer à l’intérieur. A ses paroles je fronçais les sourcils, écarquillant légèrement les yeux de stupéfaction avant de tout simplement éclater de rire. Un rire franc, sincère et amusé alors que je me disais que décidément elle était vraiment bien plus amoché que moi. Quoique... Non, en fait je n’allais plus tarder à balancer des répliques aussi brillantes dignes de Crabbe ou de Goyle au vu de la tournure que prenaient les choses... Mais je ne m’en faisais pas spécialement. Si d’habitude je prenais un soin tout particulier à paraître le plus respectable possible, étrangement les répliques que je pourrais avoir de cet ordre-là ne m’effrayaient pas spécialement, ni même l’état dans lequel je pourrais être. Tout ce que je voulais c’était pouvoir profiter au moins une seule et unique fois dans ma vie de cette sensation de sérénité qui m’habitait avant que les problèmes ne reviennent. Tout ce que je désirais c’était de pouvoir ne plus avoir à me poser de questions et à me laisser simplement aller comme bon me semblait, en écoutant mes seuls désirs. Et là, pour le moment, je n’en avais qu’un et un seul.

Je tournais à nouveau la tête vers Daphné, observant une nouvelle fois son beau visage avec plus d’attention que jamais car pour ce soir je n’avais plus peur de l’avenir, ni de ce qui devrait indubitablement se produire. J’avais l’impression que tout était futile et si peu digne d’autant d’inquiétude que je lui accordais. Là, je me ressentais simplement ce besoin d’être avec elle et de laisser aller ces sentiments trop longtemps enfouis au plus profond de moi-même. Je ne voulais plus laisser ce masque qui m’étouffait continuellement m’empêcher de faire ce que bon me semblait. Car même si je ne voulais pas l’admettre, même si je savais que tôt ou tard je finirai par la perdre, je l’aimais. Au plus profond de moi-même je l’aimais. Je n’avais peut-être encore jamais eu l’occasion de le lui dire, et cette soirée serait sans aucun doute loin d’être le meilleur moment pour le faire, mais soit. Si je ne pouvais pas le lui dire, je voulais simplement le lui montrer, et pour la première fois laisser mes pulsions et mes envies guider mes gestes au lieu de sans cesse les brider.

Je levais alors simplement ma main vers sa joue, l’effleurant dans une douce caresse, mon regard rivé vers le sien. Le fait été que je la trouvais superbe, vraiment superbe, et ça n’était pas la drogue qui me faisait imaginer ces choses-là, loin de là. Elle me faisait simplement les admettre, une bonne fois pour toute. Je m’approchais alors d’elle avec lenteur, m’arrêtant à quelques millimètres seulement de ses lèvres, sentant son souffle chaud caresser ma peau. De la pulpe de mes doigts je vins délicatement dessiner le contour de ses lèvres avant que ceux-ci ne glissent à nouveau sur sa joue, mes lèvres se posant alors sur les siennes pour lui donner ce que je ne lui avais encore jamais pleinement offert : un baiser tendre et amoureux.






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Mar 17 Juil 2012 - 2:56

Becoming Insane - Infected Mushroom


Pour toute réponse, Daphné n'obtint qu'un nouveau rire, preuve qu'il ne devait pas être dans un bien meilleur état qu'elle après tout. Elle n'entendait que trop rarement ce son pourtant c'était l'une des choses les plus belles qu'elle ait jamais entendu. Son rire. Comme c'était bon de le voir sourire, de le voir heureux et détendu. Elle savait qu'elle n'en était pas vraiment la cause, même si elle lui avait mis la drogue entre les mains, ce n'était pas vraiment à cause d'elle qu'il était heureux et qu'il semblait bien en cet instant mais c'était pourtant réconfortant. Il en était encore capable, si tant est qu'on lui donne l'occasion de baisser sa garde. Elle avait envie d'être là à chaque fois qu'il oserait un nouveau sourire, qu'il lâcherait un autre rire et elle était persuadée en cet instant que ce serait possible.

Ils étaient dans une bulle. La porte fermée par magie les confinait à l'intérieur d'un espace sécurisant que rien ne pourrait détruire. Et à tout jamais, ils resteraient à l'intérieur de cette bulle indestructible. Daphné tendit la main devant elle pour la poser sur la parois du dôme. Elle ne sentait rien, pourtant elle voyait bel et bien sa main posée sur une surface plane, d'apparence douce, semblable en tout point à une bulle de savon. Peut-être était-ce juste imperceptible au toucher et à la vue pour que les autres ne la voient pas. Un sourire s'imprima sur ses lèvres et elle détourna le regard pour le poser sur Drago qui ne riait plus à présent.

Il la regardait. Avec un sérieux effrayant. Et elle ne trouvait rien dans ses yeux pour expliquer ce qu'il pouvait ressentir, quel genre de pensées étrange pouvaient traverser son esprit. L'impénétrable glace de ses prunelles ou la vision brouillée de la jeune fille ? Merlin seul le savait mais quelque chose en tout cas empêchait Daphné de voir véritablement ce qui se cachait derrière tout ça. Du coin de l'œil, elle constata que la bulle avait disparu, ils étaient de nouveaux seuls, simplement dans un coin d'une tour d'Astronomie désertée. Mais elle n'arrivait pas à s'en inquiéter, ne parvenait plus à détacher son regard de celui de Drago.

Pourquoi lui faisait-il cela ? Pourquoi passer tant de temps à la torturer, à lui donner de faux espoirs et à la ridiculiser ? Elle connaissait la réponse à toutes ses questions mais celles-ci semblaient s'être envolées avec le dôme protecteur. Quelque chose d'étrange était en train d'arriver, trop étrange pour qu'elle arrive à se concentrer sur la logique. Car qu'y avait-il de logique après tout là-dedans ? Elle le fixait droit dans les yeux et se demandait où était ce lien qu'il y aurait du avoir. Cette électricité dans l'air, la tension qui étouffe et qui réchauffe. Ce qui vous fait dire d'un simple coup d'œil que quelque chose existe entre deux personnes mais sur quoi on arrive jamais à mettre de mot plus précis.

Entre eux, « quelque chose » ne brillait pas de toute sa puissance. Elle savait que « quelque chose » était là, elle pouvait le sentir au fond de son cœur quand il posait la main sur elle, quand il lui adressait un sourire, un regard plus tendre. Mais ce n'était pas le feu d'artifice qu'elle aurait aimé voir. Rien de grandiloquent, de surprenant. Malgré tout ce qui était arrivé entre eux au cours des derniers mois, elle continuait d'avoir peur qu'il la repousse et elle ne pouvait s'empêcher d'interpréter son manque de sentimentalité et de gestes d'affection comme une preuve qu'il ne voulait pas vraiment qu'ils soient ensemble. Mais « quelque chose » n'était pas au rendez-vous.

Pourtant, là tout de suite, elle commençait à sentir lentement les premiers signe de sa présence. Les battements de son cœur prenaient un rythme plus soutenu tandis que leurs regards refusaient de se lâcher. Pas un son ne troublait cet échange. Il leva la main et la tendit vers son visage. Elle avait l'impression de vivre au ralentit, que leurs corps évoluaient dans une immense boule de coton, ce qui rendait tout exagérément lent. Pourtant, les doigts touchèrent enfin la peau lisse du visage, le caressant avec douceur. C'était là. Elle pouvait le sentir. Du bout des doigts de Drago, ce qui manquait depuis le début commençait à tenter de s'échapper. La sensation glissa le long de sa joue jusque dans son cou et le long de son bras, réveillant la chair de poule. C'était très léger mais c'était enfin présent.

Et lui prenait tout son temps ! La sensation était cependant tellement agréable, à chaque caresse, c'était comme une petite vague brûlante qui parcourait ses membres et qui la rendait folle, folle de devoir attendre la déferlante finale, qui emporterait tout sur son passage. Enfin, il posa ses lèvres sur les siennes, avec une tendresse et une douceur impressionnante. Effrayante. Comment parvenait-il encore à rester aussi calme ? Alors que « quelque chose » venait certainement d'exploser entre leurs lèvres unies et se dispersait dans l'un et l'autre depuis ce point, glissant le long de la colonne vertébrale dans un long frisson, se nichant au creux de son ventre pour lui brûler les entrailles. Daphné glissa ses bras autour du cou de Drago, approfondissant leur baiser et pivota pour lui faire face, se mettant sur les genoux pour traverser l'espace qui les séparait encore.

Ce n'est que lorsque son souffle fut devenu trop court pour qu'elle parvienne encore à respirer convenablement qu'elle accepta de se reculer quelque peu, observant Drago avec une attention toute particulière. Si elle n'avait pas été aussi ailleurs, elle aurait sans nul doute ressentit un stress important à cet instant, heureusement la drogue limitait cet effet. Elle attendait un verdict, n'importe quoi, lui permettant de comprendre ce qu'il adviendrait ensuite. Pour savoir s'il allait la repousser encore alors qu'elle venait de faire un nouveau très grand pas, ou s'il continuerait sur cette lancée. S'il arriverait quelque chose ou si cet instant de flottement durerait toujours. Elle ne parvenait plus à suivre ce qui était en train de se passer lorsqu'elle lâcha enfin, hébétée et d'une voix rauque :

« Drago... Je... Je. »

Elle attrapa la main du jeune homme et la colla contre son visage, ne le quittant toujours pas des yeux. La tension ne semblait pas vouloir redescendre et mille et unes idées s'emparaient de Daphné alors qu'elle cherchait quoi dire, quoi faire. Lui sauter dessus semblait être la meilleure idée qu'elle pouvait avoir mais elle se borna tout de même à suivre la seconde.

« Je ne sens plus mes joues. »








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drago Malefoy
Préfet
Préfet
avatar

Messages : 250
Points rp : 2702
Date d'inscription : 23/10/2011
Age : 25

Identité du Sorcier
Baguette magique: 25 cm, aubépine et crin de licorne
Ascendance: Sang Pur
Camp: Partisan du Seigneur des Ténèbres

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Mar 24 Juil 2012 - 23:26

La sensation était étrange, indéfinissable. Je me sentais à la fois réellement mal, ma tête me donnant l’impression pour le moins désagréable qu’elle ne tarderait plus à exploser alors que mes membres semblaient s’engourdir. Mais d’un autre côté, je me sentais... incroyablement bien. C’était comme si, à chaque fois que cette fumée pénétrait mes poumons, cette petite voix qui hurlait inlassablement dans ma tête pour me hurler de prendre mes distances avec elle et de ne penser encore et toujours qu’à mon sort s’était enfin tue. Comme si son silence me laisser enfin l’opportunité de laisser mes envies et mes pulsions prendre le dessus sur toute ma logique et ce que la bienséance, à laquelle j’étais fidèlement attaché depuis ma naissance, m’avaient dictées jusqu’à lors. Mais en ce moment-même, plus rien d’autre que ce qui se passait entre nous m’importait. Tout avait semblé si lointain entre nous deux, comme si, au fond, cette relation n’était rien d’autre qu’un arrangement comme un autre entre familles de hautes lignées. Moi-même m’étais-je peut-être même laissé bercer par cette illusion pour tenter de me détacher totalement d’elle. Tout sonnait si froid, si distant, si... faux. Et tant mieux, c’était indirectement l’effet souhaité. Si je parvenais à lui faire croire qu’il n’y aurait jamais rien de plus au moins notre sort sera bien plus rapide et simple à régler. Mais en laissant mes sentiments reprendre le dessus, je ne pouvais que me rendre combien ce que je ressentais pour elle était bien trop longtemps resté en suspens, mis de côté pour me protéger encore et toujours de la douleur qui s’en suivrait le moment venu.

Mais en ce moment-même, mon esprit était tellement embrouillé que plus aucun ordre de celui-ci ne pouvait se faire entendre dans mon être et dans mon corps entier qui ne désirait plus qu’une chose : elle. J’avais envie de la prendre dans mes bras, de sentir son souffle saccader s’écraser avec douceur contre ma peau qui devenait de plus en plus brûlante plus je m’abandonnerai pour laisser enfin ce que nous aurions dû vivre depuis le début se dérouler. J’avais besoin de sentir ses lèvres contre les miennes, de sentir son parfum enivrant pénétrer mes poumons, et bien plus encore... Voir son visage aussi prêt et en même temps aussi loin de moi me faisait éprouver une profonde sensation de manque alors que je me sentais attiré vers elle dans une sorte d’attraction de plus en plus forte. Mon regard gris d’ordinaire tellement impassible et froid qu’il donnait l’impression de n’être rien de moins qu’un voile opaque derrière lequel je me dissimulais encore et toujours sembla tomber enfin, laissant apparaitre une étrange lueur.

Les yeux rivés dans les siens qui ne semblaient également ne plus pouvoir s’en détacher, alors qu’un son étrange et désordonné retentissait dans mes oreilles, tel un bruit sourd. Plus je la regardais, plus j’entendais ce rythme accélérer tant et plus, à tel point qu’un cognement de plus en plus fort dans ma poitrine se fit ressentir, battant à cette même vitesse de plus en plus soutenue. Etait-ce l’effet de la drogue qui faisait battre mon cœur à cette cadence ? Non, elle lui laissait juste l’opportunité de se faire enfin entendre en mon for intérieur. Je me rapprochai un peu plus d’elle, brisant au fur et à mesure l’obstacle de ces quelques centimètres qui me séparaient d’elle pour me retrouver cette fois bien plus proche. Là, je levai lentement ma main vers son visage, sans quitter le recueil de ses yeux d’émeraudes, laissant le bout de mes doigts effleurer avec lenteur ses lèvres rosées. Un frisson me parcouru alors le corps, remontant le long de ma colonne vertébrale avant de se réfugier dans ma nuque, alors que mes doigts glissèrent sur sa joue qui s’empourprait au fur et à mesure.

Peut-être la neige recommençait-elle à tomber au dehors, mais je ne la sentais plus. Toute sensation de froid avait quitté mon corps, tandis que la caresse sur sa joue descendait le long de son cou avant de poursuivre sa route le long de son bras dans une lenteur presque exagérée. Puis mon visage s’approcha du sien avant que mes lèvres ne viennent épouser les siennes, se mouvant lentement mais dans une tendresse que je n’avais encore jamais osé lui témoigner jusqu’à présent. Cet instant était radicalement différent de ceux que nous avions connus jusqu’à présent. Eternellement sur mes réserves, j’avais toujours refusé de m’abandonner à mes émotions. Pourtant en ce moment même je n’avais plus rien à faire du futur, de cette évidence qui nous attendait de poings fermes. Non, je m’en fichais éperdument, laissant simplement et pour la première fois mes sentiments se faire enfin ressentir dans chacun de mes gestes.

Cette force invisible m’attirait inextricablement vers elle, alors que je sentais ses bras glisser autour de mon cou, la jeune femme me faisant maintenant face tandis qu’elle se mit sur les genoux pour finir de rompre ces derniers centimètres qui nous séparaient. Je ne prenais plus garde à rien si ce n’est qu’à la sensation de ses lèvres sur les miennes et celle de mon souffle qui commençait à se saccader de plus en plus. Daphné s’écarta alors légèrement de moi, brisant cet instant alors que l’un comme l’autre essayait visiblement de retrouver un rythme respiratoire un minimum décent. Son regard semblait alors être à l’affut de la moindre réaction certainement décevante de ma part, seule chose que j’étais encore parvenu à lui fournir malgré moi durant le moindre de nos moments intime que nous avions passé ensemble alors que je n’avais jamais baissés réellement mes gardes. Mais ce soir pourtant je ne regrettais rien, alors que la perspective de ressentir enfin indubitablement quels étaient mes sentiments à son égard aurait dû m’effrayer. Et pourtant non, à part cela rien d’autre ne m’importait réellement alors que de toute manière je ne devais pas être spécialement apte à mettre un ordre quelconque dans mes idées.

Pourtant, ce fut elle qui rompit une nouvelle fois ce silence qui s’était installé entre nous alors que d’une voix étrange elle parvint à lâcher mon nom, parvenant toutefois difficilement à poursuivre. J’attendais tout de même la suite avec patience, avant de sentir sa main se poser sur la mienne alors qu’elle la menait à son visage pour la déposer contre sa joue, son regard demeurant rivé dans le mien alors qu’elle semblait hésitante, comme prise d’assauts par des pensées purement contradictoires entre lesquelles elle ne parvenait plus à trancher. Mais elle la dit tout de même, cette phrase lâchée sur un ton divisé entre incertitude et résignation. Un éclat de rire franchit à nouveau mes lèvres, non pas moqueur mais amusé, ne m’étant pas attendu à ce qu’elle me dise quelque chose de ce genre. Incroyable ce que cette drogue pouvait avoir comme effet décidément. D’ailleurs où était-elle passée ? Je ne le savais même plus tant je n’y prêtais plus attention.

« Tu ne sens plus tes joues ? » Répétais-je, en me redressant légèrement, un sourire en coin sur les lèvres.

Je me rapprochais alors lentement d’elle, posant mes lèvres contre sa joue pour y déposer quelques baisers, avant de les approcher de son oreille pour murmurer :

« Et là, c’est mieux ? »

C’était étrange, je n’avais plus l’impression de me contrôler ni même de me reconnaître. Blaise se serait certainement fendu la poire s’il me voyait dans cet état. Quoique, depuis le temps qu’il voulait me voir sortir de mes limites...
Toutefois, un tambourinement contre la porte de la Tour attira mon attention. Je tournais la tête vers celle-ci, entendant une voix malheureusement connue et d’une bien mauvaise augure retentir derrière celle-ci.

« Rusard... Allons-y. » Lui dis-je en me relevant, me sentant tituber malgré moi.

Je posais une main sur la rambarde pour retrouver mon équilibre, fermant un instant les yeux pour retrouver mes esprits avant de sortir ma baguette pour faire disparaître la cigarette afin que Rusard ne tombe pas dessus. Je toussotais légèrement, réajustant la veste de mon costume que j’époussetais avant de lancer un coup d’œil vers Daphné, débloquant la porte.

« Que faîtes-vous ici vous deux ? » Demanda celui-ci, ses cheveux gras retombant en mèches devant son visage creusé que le temps n’avait pas épargnés.

J’essayais de rassembler un minimum mes idées pour construire une phrase la plus correcte et la plus naturelle possible, répliquant alors :

« Elle ne respectait pas le coup de feu. J’allais la reconduire dans les dortoirs en finissant ma ronde. N’est-ce pas ce que je suis censé faire ? » Lui lançais-je sur un ton méprisant teinté de dégoût.

Je fis signe à Daphné de me suivre pour quitter les lieux, n’attendant aucune réflexion de la part du Cracmol. Bref, encore une soirée qui se terminait prématurément...






Drago Malefoy ~ Serpentard ~ 6ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daphné Greengrass
"Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées."

avatar

Messages : 893
Points rp : 3794
Date d'inscription : 13/08/2011
Age : 24
Localisation : Sibsey, Conté du Lincolnshire, Angleterre

Identité du Sorcier
Baguette magique: Orme, ecaille de Serpencendre, 27.5 cm
Ascendance: Sang-Pur
Camp: Neutre

MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   Mer 25 Juil 2012 - 1:44


Pour une fois, c'était elle qui avait gâché ce moment parfait alors que c'était sans doute la première fois qu'on aurait pu qualifier cela ainsi. La drogue avait totalement embrumé son esprit et elle ne savait plus trop quoi faire. Tout se mélangeait dans sa tête, lui donnant envie de dire à peu près tout et n'importe quoi tout autant qu'elle avait envie de se jeter sur lui et de lui arracher ses vêtements, que cela soit fait une fois pour toute. Cependant, une minuscule lueur de lucidité lui soufflait que ce n'était pas la chose à faire pour le moment et qu'il y avait des tas d'autres choses qu'elle pourrait faire ce soir et qui seraient bien mieux. Comme prendre une douche ou monter sur un balai, jouer dans la neige... Il y avait aussi des tas de choses qu'elle voulait dire, chacune des pensées qui lui passaient par la tête semblaient être suffisamment intelligentes et passionnantes pour être dites à haute voix mais elle n'était pas certaine de savoir par où commencer. Après quelques secondes de réflexions, elle pencha pour celle qui lui paraissait la plus grave à l'heure actuelle et annonça après hésitation qu'elle ne sentait plus ses joues, arrachant un nouveau rire à Drago.

De toute évidence, le blond ne comprenait pas la gravité de la situation. Il ne devait pas se rendre compte de combien ce serait horrible si Daphné perdait définitivement l'usage de ses joues. Elle n'avait cependant pas la force de répliquer pour lui expliquer et elle n'en eut tout de manière pas le temps car il venait de reprendre la parole puis de déposer quelques baisers sur les-dites joues, rassurant au passage la Serpentard. Effectivement, elle avait senti cela, donc tout espoir n'était pas perdu pour elle, il faudrait simplement qu'elle sorte de son trip pour retrouver l'usage complet de son corps.

« Oui, merci... »

Daphné était prête à se reperdre dans la contemplation de ses yeux gris qui brillaient différemment de ce qu'elle avait l'habitude de voir quand on frappa fortement à la porte. Le son résonna désagréablement aux oreilles de la jeune fille qui se demandait qui pouvait donc faire un tel vacarme à une heure pareille alors qu'elle était tranquillement en train de passer un bon moment avec Drago quand elle entendit la voix rassurante de celui-ci lui annoncer qu'il s'agissait de Rusard. Effectivement, la voix qui accompagnait le tambourinement à la porte semblait appartenir à ce saleté de cracmol qui se croyait toujours tout permis, y compris casser les pieds de la jeune Greengrass. Il ne devait pas savoir qui elle était pour agir ainsi ! Et elle comptait bien rester ici si cela lui chantait, qu'il soit d'accord ou non !

Cependant, Drago ne semblait pas du même avis et il s'était déjà relevé alors que Daphné terminait de former cette pensée dans son esprit. Elle fut considérablement déçue mais décida tout de même d'obtempérer et se leva à son tour, avant de murmurer.

« Pourquoi on ne reste pas ? Il ne peut pas utiliser la magie, il ne pourra jamais entrer ! »

Certes ce n'était pas l'idée la plus brillante qu'elle eut dans sa vie, mais vu le niveau des remarques qu'elle servait depuis tout à l'heure, cela aurait été attendre beaucoup trop d'elle que d'espérer l'entendre dire quelque chose de plus intelligent. Elle soupira quand, pour toute réponse, Drago annula le sort retenant la porte et laissa l'occasion à Rusard d'entrer. Le concierge pénétra dans la pièce et leur lança un regard suspicieux avant de leur demander ce qu'ils fichaient ici, ce à quoi Drago répondit avec un naturel déconcertant. Daphné elle, se contenta d'exploser de rire, visiblement très amusée par la manière dont Rusard fronçait les sourcils en regardant Drago, pas tout à fait convaincu de son honnêteté mais n'ayant aucune preuve de son mensonge.

Le blond adressa un signe de la main à Daphné pour lui intimer de le suivre, ce qu'elle fit sans oublier de lancer un regard méprisant à Rusard quand elle passa devant lui. Le concierge ne semblait pas ravi et il voyait très clairement que les deux adolescents se payaient sa tête mais, n'ayant aucune preuve de sa suspicion, il n'eut d'autre choix que d'accuser le coup et de les laisser filer, non sans s'assurer qu'ils prenaient bien la bonne route pour rejoindre la salle commune des Serpentards ce qu'ils firent, au plus grand dam de Daphné qui avait espéré finir la soirée autrement. Cela dit, une bonne nuit de sommeil lui ferait le plus grand bien au vue de la difficulté avec laquelle elle se déplaçait.

THE END








Daphné Greengrass - 6 ème année - Serpentard D&D.


StormNox159
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't Worry, Be Happy ♫ [PV Drago]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Don't worry be happy [ft. Jiao Xù]
» 04. Let's move like Jagger ! Uh... Who ?
» don't worry, be happy Δ r o b b i e
» Don't worry, be happy ( Jamaïque )
» Don't worry, be happy!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Poudlard - :: Septième Étage et Tours :: Tours de Cours :: Tour d'Astronomie-