- Nox - A vous de rallumer l'espoir.

La 6eme année touche presque à sa fin à Poudlard, le trio de Gryffondor, toujours dans le coma, ne peut rien faire contre l'avancée des Mangemorts...A vous de vous battre pour faire gagner votre camp !
 

Partagez | 
 

 A l'ombre des Cauchemars [PV Terry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: A l'ombre des Cauchemars [PV Terry]   Mar 28 Aoû 2012 - 21:34

Le 8 Mars 1997


Bellatrix venait tout juste d’arriver à Pré-Au-Lard. Il n’était que 16h mais Bella avait décidé d’être en avance, elle n’aimait pas trop ça d’habitude mais comme elle n’était pas très sûre de l’heure de son rendez-vous et qu’elle détestait encore plus être en retard qu’en avance elle avait fait un effort. Elle pouvait se promener librement dans les villes sorcières, mais peut être étais-ce tenter le diable que de se balader si près de Poudlard, aussi prit-elle des chemins dérobés pour se retrouver près de la cabane hurlante. Cet endroit lui avait toujours plut allez savoir pourquoi ? Peut-être le coté…Tordu… De la maison ?

Enfin peu importe. Elle observait autour d’elle lorsqu’un bruit attira son attention. Elle tourna la tête dans sa direction et aperçut quelque chose qui la ravit : elle avait trouvé de quoi s’occuper en attendant qu’il soit l’heure de se rendre à la Tête de Sanglier. Un jeune garçon était penché vers un buisson sans doute en quête d’une quelconque plante, Bella ne s’intéressait pas vraiment à la botanique et, de toute manière, ça n’avait pas la moindre d’importance. Le jeune homme ne semblait pas avoir plus de 16 ans et portait une cape ornée du blason bleu et bronze représentatif de la maison Serdaigle. De là où elle se trouvait, Bellatrix ne voyait que ses cheveux bruns parfaitement entretenus. Le reste de son corps était caché par la cape.

Elle sentait qu’elle allait bien s’amuser. Elle s’approcha à pas de loup, veillant à ce qu’aucun bruissement ne la trahisse jusqu’à ce qu’elle se trouve à la hauteur du jeune homme avant de poser brutalement sa main sur son épaule. Bella sourit lorsqu’il se redressa. La peur avait cette particularité que l’on pouvait presque la toucher lorsqu’on la ressentait chez quelqu’un, la mangemort adorait ça, c’était vraiment grisant en fin de compte. Elle lui lança d’un ton enjoué bien qu’un peux moqueur :


« Tu as égaré quelque chose mon garçon ? »

Elle adorait provoquer cet effet de surprise qui ne marchait en général pas trop mal, il fallait savoir jouer de ses aptitudes. Elle avait toujours été forte pour cela, même si, il fallait bien l’avouer, elle n’avait pas besoin de surprendre pour faire peur, la brune était au-delà de ça. Mais elle préférait la peur primaire, celle que l’on peut générer avant même que l’on vous aperçoive, celle qui fait se recroqueviller comme un agneau égarer. Elle avait vu chez son nouveau « jouet », cet élève de Serdaigle, cette faiblesse qu’il est si aisé de briser. Cette part d’innocence que possède encore les adolescents qu’il est si facile de pervertir. Oui, Bellatrix Lestrange allait encore bien s’amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Terry Boot
"Donnons la culture à ceux qui ont l'intelligence sûre."

avatar

Messages : 369
Points rp : 2853
Date d'inscription : 08/04/2012
Age : 21

Identité du Sorcier
Baguette magique: Bois de ceriser, crin de licorne, 29 cm.
Ascendance: Moldue
Camp: Armée de Dumbledore

MessageSujet: Re: A l'ombre des Cauchemars [PV Terry]   Ven 14 Sep 2012 - 20:47

Une tête, parsemée d'une chevelure brune, impeccablement coiffée, traversait un village, dont les rues et les artères principales étaient piquées d'une effervescence jeune et scolaire, qui parcourait le chemin terreux mais sec et durci par les nuits fraîches qui permettaient aux élèves de se rappeler qu'ils étaient toujours en mars, malgré les journées ensoleillées et douces. C'était sûrement un temps idéal, pour Terry, qui ne refusait pas les rayons chauds d'un soleil au zénith, avec la tête d'Olivia calée sur ses genoux, caressant ses longs cheveux noirs, intenses comme un café relevé et efficace. Une nouvelle et énième vision du visage ovale de sa petite amie se reflétant dans ses souvenirs intimes, qu'il savourait à n'importe quel moment, obligeait le visage pâle et soigneusement rasé du Serdaigle à étirer un large sourire béat. C'était fréquent, et Terry ne crachait pas sur ses petits moments de plaisir intérieur. Bien qu'il eût ressemblé, en ce moment même, à un petit garçon qui était enfin allégé d'une lourde commission qui le tourmentait depuis un bon moment, Terry s'écarta finalement du long flot continu d'élèves qui annexaient littéralement le petit village sorcier, s'engageant sur le sentier tout aussi endurci, qui menait vers la Cabane Hurlante.

En toute objectivité, le Serdaigle n'avait jamais prêté la moindre attention à ce monument éminemment connu dans les alentours. Il n'avait, en effet, que faire de cette bâtisse grinçante, dont certaines parties tombaient en ruines à certains endroits, rongées par des mites envahissantes et très gourmandes. Au loin, l'ébauche d'une architecture vétuste et grignotée par une érosion continuelle apparaissait finalement, alors que Terry s'approchait à présent bien de attraction appréciée des plus jeunes élèves. Quelques dizaines de pas plus tard, alors qu'un grillage, ultime barrière physique avant le chêne délabré et non traité de la maison frêle et fragile, barrait un chemin déserté et pas foulé depuis plusieurs semaines, Terry s'arrêta, inspirant une longue bouffée d'air. En fait, ce coin n'était pas aussi effrayant qu'il ne croyait ...

Il se retourna enfin, se dirigeant un peu vers la droite, en direction d'un gros chêne, apparemment centenaire vu la largeur de son tronc robuste, recouvert d'un lierre vert foncé et envahissant. Alors qu'il jetait son sac sur le sol, chute amollie par un duvet de feuilles échouées et mortes, dans un cliquetis verrier et métallique, dû notamment aux fioles et instruments de Botanique qui étaient, dorénavant plus, très soigneusement rangés. Et oui, Terry ne s'approchait pas de la Cabane Hurlante pour une simple envie de vagabonder, comme un touriste égaré et curieux. Il était là pour prélever.

Il était en réalité à la recherche de Napel. Évidemment, il avait antérieurement étudié la région sur une carte, qu'il avait découverte dans la Bibliothèque de Poudlard, Une telle sortie ne s'improvisait pas, et il était persuadé qu'il trouverait la plante tant désirée dans ce petit écrin forestier verdoyant. S'engouffrant dans les branches flexibles, au bout desquelles de petits bourgeons se formaient précocement, Terry parvint enfin à dénicher un plant d'Aconite, après avoir observé le petit écosystème avec minutie. S'armant d'une petite paire de ciseaux, et d'une fiole débouchonnée, le Serdaigle entreprit le prélèvement minutieux.

Et c'est exactement à ce moment là qu'une main, trop légère pour qu'elle appartienne à un homme, se posa sur un son épaule maigre. Aussi, alors qu'il se retourna vivement, il entendit la question suivante :

"Tu as égaré quelque chose mon garçon ?"

L'inconnue, car c'était bien une femme, avait demandé avec une arrogance subtile mais fière, trop pour qu'elle soit appréciable. Une voix aiguë, presque stridente, faussement relevée, à s'en glacer le sang, parvint aux tympans sensibles du Serdaigle. Se retournant vigoureusement, il tomba nez à nez avec le visage amusé et cruel de Bellatrix Lestrange.

De toutes les personnes qu'il n'aurait pas voulu voir en ce moment-même, la Mangemort devait bien faire partie de la tête de liste, avec une mention spéciale adaptée aux dires que le Serdaigle avait lu dans la "Gazette du Sorcier", autrement dit "Psychopathe adepte de Vous-Savez-Qui". Quoi de plus rassurant, à l'écart d'un village, seul, au milieu du bois, près de la Cabane Hurlante ? Pas grand chose, a priori. D'autant plus que le Né-Moldu nourrissait une peur affolée et démente pour la Mangemort, au point d'en faire son Epouvantard, qu'il avait rarement pu vaincre.

Son sang se figea dans ses voies circulatoires, et le Serdaigle, tétanisé, tomba à la renverse, par dessus le plant, qu'il saccagea pendant sa chute. Son postérieur étant endolori, l'élève de Poudlard parvint tout de même à ramper à l'opposé de la sorcière, heurtant un chêne au passage, pris dans un cul de sac. Alors qu'aucune issue ne s'offrait à lui, Terry désigna, dans un dernier espoir, de plaider sa cause :

"Par ... pitié ... laissez-moi ..."

Une nouvelle fois, il pensa à Olivia. Seulement, cette fois-ci, c'était pour tout autre chose ...

[HRP : Encore toutes mes excuses pour la (très) longue attente, mais avec la rentrée et tout ...]


"Il n'existe aucun homme cultivé ; il n'existe que des hommes qui se cultivent."
Terry Boot
6ème année
Serdaigle
Rédacteur en Chef de la Nox-Gazette

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A l'ombre des Cauchemars [PV Terry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'ombre furtive est là, mais vous ne la voyez pas...[En attente d'autres validations]
» Togoria- L'ombre d'un doute
» Terry Jownes' Trial
» Voyage en ombre et disparition d'armée
» L'Ombre du Vent. [ Free. ][ UC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Nox - A vous de rallumer l'espoir. :: - Hors Poudlard - :: Pré-Au-Lard :: La Cabane Hurlante-